AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de laisser un mot sur BAZZART & PRD
Le bal a ouvert ses portes ici amuse-vous les licornes

Partagez | .
 

 Tunnel ▲Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PEOPLE
on vit notre vie

avatar

Date d'arrivée : 05/01/2015
Mots débités : 46

Métier/Etude : Tatoueuse

MessageSujet: Tunnel ▲Sid   Jeu 29 Jan - 14:27

Tunnel

Eh! Excuse moi, est-ce qu'on peut parler deux minutes? Ce sera pas long j'te promets, et après j'disparais. Il fallait juste que j'te parle de quelque chose et j'me connais si j'le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir. Δ Fauve

C’est le bordel dans ta tête, dans ton corps, dans ton être. Tu ne sais même plus où tu en es, si ce n’est au bout du rouleau. Perdu entre confusion et indécision. Pourtant tu te connais, t’es assez forte pour tenir le coup face à tout. T’es assez battante pour ne pas laisser la situation t’échapper aussi facilement. T’es assez bornée pour savoir ce que tu veux et ne jamais laisser place au doute, et pourtant. Pourtant t’es paumée. T’es paumée parce que tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. On récolte que ce que l’on sème, mais ça tu préfèrerais l’éviter. Tu veux pas affronter la vérité si elle s’avère vraie. Tu veux pas l’affronter lui et encore moins ce qui devra suivre… Lui, il n’est rien pour toi, juste un mec rencontré une nuit pour quelques minutes de plaisir. C’est ça, t’aurais mieux fait de t’abstenir de jouer avec le feu uniquement pour prendre ton pied. Pourtant, tu le voulais, tu l’as désiré, t’aurais pas pu te résoudre à passer à côté.
Du sexe, juste pour une nuit.
Aucune promesse pour toute la vie.
T’as seulement suivi tes désir de liberté tout en prenant ton pied. T’es trop gourmande et tu le sais, mais tu fais jamais attention à réfréner tes ardeurs. Si tu lui avais laissé une once de choix, peut-être que tu ne te retrouverais pas là aujourd’hui. A trop être capricieuse et exigeante t’as oublié le plus important et te voilà à courir après un mec que tu ne connais pas pour lui demander d’assumer avec toi. Assumer quoi ? Seulement ta propre connerie. T’hésite encore, de toute façon tu sais ce qu’il reste à faire, avec ou sans son consentement. Seulement, inconsciemment tu t’es dis que ça serait une bonne occasion de le retrouver, bien que le sujet puisse être délicat. Même en faisant preuve de bonne volonté, tu peux pas le nier, cette nuit t’as marquée. Lui, Sid, il t’as marqué aussi. Tu peux pas arrêter de repenser à son sourire, à ses mots, à son humour ridicule, à sa drague maladroite. T’es pas amoureuse, loin de là, t’es juste curieuse et attirée par ce mec que t’arrive pas à cerner. C’est comme ça que tu t'es pointé au seul endroit où tu pouvais être sûr de pouvoir le recroiser. Ça fait pourtant trois semaines que tu n’es pas revenu remettre les pieds dans cette académie, il t’a probablement oublié, mais toi tu saurais le retrouver, sans aucun doute.  

T’es nerveuse, indécise. Tu sais même pas si t’arriverais à soutenir son regard pour lui dire les choses. Tu sais pas, tu préfère pas imaginer. Tu t’es déjà torturée la tête un bon nombre de fois en imaginant tous les scénarios possibles. Pourtant, t’es là. Ce matin t’as décidé que c’était le moment et que ça servirait à rien de reculer pour mieux sauter. T’es déjà au bord du gouffre et un rien pourrait t’y faire plonger. Tu fais rouler ta cigarette entre tes doigts, fixant l’entrée de l’académie à t’en crever les yeux. De temps en temps quelques élèves sortent, attirant ton attention, ça te sert le ventre quand tu imagine que c’est lui. C’est encore pire quand tu te rends compte qu’il ne s’agit pas de lui. Pourquoi ? Parce que l’agonie est longue. T’as ce poids lourd que tu porte et dont tu voudrais bien te débarrasser au plus vite entre ses mains à lui. Tu n’as même pas songé à la réaction qu’il pourrait avoir, en fait, tu t’en contre fiche. Tu préfère être honnête avec lui, un point c’est tout. Tu supporte de moins en moins d’attendre et tu te décide à te rapprocher un peu mieux de l’établissement. Un coin d’herbe attire ton attention, t’as besoin de t’assoir, tes jambes ne te portent plus à cause de cette angoisse permanente. A peine prends-tu place dans l’herbe que la sonnerie annonçant la fin des cours retentit. C’est de pire en pire à l’intérieur de toi, à tel point que tu passe tes nerfs en assassinant ta cigarette à une vitesse folle. Tu regrette presque d’avoir eu le culot de te pointer comme ça, comme une fleur, l’air de rien. Et si tu partais ? Ouais, t’y songe, mais tu le vois sortir et tes jambes refusent de bouger. Peut-être que tu passeras inaperçu et qu’il tournera les talons. Peut-être qu’il ne te remarquera pas et que tu pourras retourner d’où tu viens pour t’y enterrer.  
© GASMASK

_________________
je t'offrirai les hautes, lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 30/12/2014
Mots débités : 78

Je me trouve : dans ma bulle, mon jardin secret
Je suis : solitaire
Métier/Etude : étudiant en 1er année et musicien

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Ven 30 Jan - 12:25

Pour une fois depuis bien longtemps tu te trouvais en cours, bon au fond de la classe mais tu faisais quand même acte de présence. Du moins physiquement, parce que psychologiquement tu étais totalement ailleurs. Depuis que tu avais rencontré Pixie, elle hantait ton esprit, quoique tu fasses, où que tu sois. Pourtant, c’était une fille comme les autres, une fille avec qui tu avais simplement pris du plaisir durant un moment. Et surtout, une fille qui avait pris la poudre d’escampette comme tu le faisait en tant normal. Finalement, c’était peut-être pour ça qu’elle te hantait, parce qu’elle te ressemblait et que ça te perturbait parce que jamais tu aurais pensé rencontrer une telle personne dans cette ville. Lentement, tu te passais une main dans ta chevelure pendant qu’un long soupir s’échappa d’entre tes lèvres. Tu étais tellement dans tes pensées que tu ne savais même pas dans quel cours tu te trouvais et t’avais la flemme de demander à ton voisin de table. Quoiqu’en le regardant, tu remarquais rapidement qu’il était tout autant dans la lune que toi, ce qui te rassurait un peu, parce que ça signifiait que le cours n’était vraiment pas intéressant. Quand enfin la cloche annonça la fin du cours et en même temps de la journée, tu te dépêchas de te lever, de prendre ton sac et de sortir de cette salle où tu avais l’impression d’étouffer. Tes mains enfoncées dans tes poches de ton jeans, tu te rendais en direction de la sortie, parce que tu avais besoin de prendre l’air et vite. A peine à l’extérieur du bâtiment, tu pris une longue bouffée d’air frais tout en poussant ensuite un long soupir de soulagement. Lentement, tu avançais en direction des grilles, sans vraiment prendre la peine de regarder autour de toi et pourtant, rapidement ton regard fut attirer vers une blondinette qui se tenait à l’écart, sur un carré d’herbe. Il ne te fallut que quelques millièmes de secondes pour la reconnaître. QU’est-ce qu’elle faisait ici ? Pourquoi, comment ? Tellement de questions passaient dans ta tête que tu restais pétrifié sur le chemin alors que tout le monde te contournait. Finalement, tu t’avanças en sa direction pendant qu’un doux sourire naquit sur tes lèvres, parce que même si tu ne voulais pas l’avouer, tu étais content de la revoir. « Pixie… Qu’est-ce que tu fais là ? » T’avais envie de la prendre dans tes bras, de déposer tes lèvres sur les siennes et pourtant tu restais debout devant elle, essayant de comprendre pourquoi elle se trouvait là, alors qu’elle était partie alors que tu dormais encore.

_________________

love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEOPLE
on vit notre vie

avatar

Date d'arrivée : 05/01/2015
Mots débités : 46

Métier/Etude : Tatoueuse

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Ven 30 Jan - 14:20

Tunnel

Eh! Excuse moi, est-ce qu'on peut parler deux minutes? Ce sera pas long j'te promets, et après j'disparais. Il fallait juste que j'te parle de quelque chose et j'me connais si j'le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir. Δ Fauve

Tu croyais pourtant avoir une dernière chance d’y échapper. Oui, tu pensais que ta blondeur platine passerait inaperçu et qu’il continuerait sa route sans même t’adresser un regard. Tu as cessé de bouger, cessé de respirer et ton coeur à arrêter de battre, comme si tout d’un coup le sol se dérobait sous toi et que ton être entier s’apprêtait à faire le plongeon du siècle. Tu supporte pas du tout ce sentiment d'instabilité qui vient t’envahir dès que ses yeux se posent sur toi. T’as envie de lui faire signe de ne pas approcher, ou de hurler pour l’en dissuader, mais tu reste complètement tétanisée, abasourdi par l’idée qu’il puisse se rappeler de toi aussi bien. Toi tu l’as pas oublié non plus. Tu n’as pas oublié ses mains sur ton corps, ses baisers pleins d’ardeur, sa voix chaude. Non, tout est resté bien sagement gravé dans ta tête, comme si devais revivre cet instant à tout jamais pour tenir de ta inconscience. Il s’approche de toi et ton coeur termine de se décomposer, son sourire vient de nouveau t’envouter et tu rage intérieurement contre les raisons qui ton poussées à venir le retrouver. Tu aurais largement préféré le revoir dans d’autres circonstances, plus agréables. Il affiche son légendaire sourire, toujours là pour te réchauffer le coeur, mais tu es incapable d’en faire autant lorsque sa voix te parvient. Tu baisse les yeux, un peu honteuse, ne sachant trop comment lui répondre. « Salut… Je… Euh, je me doutais qu’en venant ici je tomberais sur toi » T’es hésitante, un peu honteuse et surtout pas du tout à l’aise, pourtant t’essaye de sourire, mais ça sonne trop faux, même pour toi. Tu as complètement fait disparaître la fille franche et dévergondée de l’autre fois, tu as même l’impression de retomber en enfance. Finalement, tu trouve le courage de te lever, pour lui faire face, même si tu n’arrive toujours pas à le regarder dans les yeux. « En fait, il faut que je te parle » T’es yeux plongent enfin dans les siens, ta gorge se serre, tout sauf désireuse de le laisser cracher le morceau. T’aimerais qu’il devenir tout à travers ton regard, qu’il devine tout et t’épargne les explications. T’es tellement terrifiée de la réaction qu’il pourrait avoir que tu songe à mentir pour prétexter une autre raison. Malheureusement c’est bien trop grave pour le garder pour toi seul. « Je comprendrais que tu me prenne pour une idiote… Surtout après que je sois parti l’autre fois, mais j’ai personne d’autre vers qui me tourner » Tu soutiens toujours son regard, regrettant amèrement d’avoir pris la poudre d’escampette comme une voleuse au petit matin. Cette nuit là n’a pas seulement été une parmi tant d’autres, au contraire même, c’était bien différent. Tellement différent que ça t’as presque fait peur au point de te pousser à la fuite. Tu ne voulais pas croiser son regard quand il se réveillerait. Tu ne voulais pas l’entendre te dire au revoir comme si il avait simplement partager un café avec toi et non pas son lit. Tu voulais pas que ce soit lui qui déchire ton semblant d’espoir. « Puis ça te concerne un peu, je suis obligé de t’en parler » Tes yeux finissent par le fuir. Ça le concerne, certes, mais ce n’est aucunement sa faute, seulement la tienne et ton tempérament de capricieuse impatiente. Tu te sens vraiment minable d’être obligée de venir lui demander d’assumer avec toi, d’une certaine façon, il ne mérite aucunement de se retrouver coincé comme ça, à cause de toi.  
© GASMASK

_________________
je t'offrirai les hautes, lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 30/12/2014
Mots débités : 78

Je me trouve : dans ma bulle, mon jardin secret
Je suis : solitaire
Métier/Etude : étudiant en 1er année et musicien

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Ven 30 Jan - 17:46

Toi qui avais rêvé de la revoir depuis le moment où t’avais remarqué qu’elle était partie durant ton sommeil, tu avais de la peine à croire qu’elle était bel et bien en face de toi. Tu l’observais tranquillement tout en avançant en sa direction tout en te demandant pourquoi elle était là. Après tout, vous aviez passé qu’une nuit ensemble, enfin même moins et vous vous n’étiez rien promis pour la suite. Pour toi, elle faisait partie des nombreuses demoiselles avec qui tu avais pris du plaisir, même si au fond de toi elle était plus spéciale que ça. Tu t’arrêtas pile en face d’elle, plongeant ton regard dans le sien et la voir si petite en face de toi te faisait presque bizarre. Rapidement, elle pris la parole et tu laissas un rire s’évaporer dans la cour de l’établissement scolaire tout en haussant légèrement les épaules. « C’est presque évident que tu me trouves ici, vu que j’y étudie. Enfin, quand je me rends en cours, ce qui est rare je dois bien avouer. » En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, la demoiselle se remis sur ses pieds et une nouvelle fois tu la détaillas. Aujourd’hui, elle paraissait beaucoup moins sûr d’elle, cela se voyait dans sa façon de se tenir et dans son regard. C’était étonnant, parce que tu avais plutôt le souvenir d’une demoiselle qui savait ce qu’elle voulait et qui maîtrisait tout à la perfection. Rien que de repenser à tout ça, tu sentis ton cœur s’emballer dans ta poitrine et un petit frisson parcourir ton dos de haut en bas. Ton cerveau tournait toujours à deux cents à l’heure pour essayer de savoir la raison de sa venue et la phrase qui t’atteignit ensuite ne te rassura pas vraiment. « Et bien… je t’écoute, que se passe-t-il ma vol… euh, Pixie ? » Tu avais faillis l’appeler par le petit surnom que tu lui avais trouvé durant votre première rencontre, mais tu n’étais pas certain que c’était une bonne idée de le sortir ici et maintenant, surtout que tu avais l’impression qu’elle devait te dire quelque chose d’important. Les secondes donnaient l’impression d’être des heures et tu étais impatient de savoir ce qui tracassait ta blondinette préférée, même si vu son regard, ça de devait pas être une bonne nouvelle. Vous n’aviez pourtant rien fait de mal en couchant ensemble, parce que si tes souvenirs étaient bons, elle avait été consentante, vraiment consentante. Mais qui sait, peut-être qu’elle était en couple et qu’elle venait t’annoncer que son petit ami allait débarquer pour te refaire le portrait. Tu te passas nerveusement une de tes mains dans ta chevelure pendant que tu continuais de la regarder, essayant de trouver des réponses dans sa gestuelle ou dans son regard. « Vas-y dis-moi tout… T’es en couple et il va venir me tuer ? Ou alors t’avais une saloperie que tu viens de découvrir et tu m’as refilé ? » Tout et n’importe quoi passait dans ta tête, mais tu n’aimais vraiment pas la tête qu’elle était en train de faire. Ton regard parcouru la cour pendant que ton cerveau imaginait voir apparaître un musclor tout rouge de colère. Mais peut-être que c’était le lieu qui la dérangeait ? Après tout, Vous étiez à la vue et aux oreilles de tout le monde. Tu lui pris donc la main pour l’entrainer dans un coin de la cour où peu de monde se rendait et t’assis à même le sol en entrainant Pixie dans ta mini chute.

_________________

love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEOPLE
on vit notre vie

avatar

Date d'arrivée : 05/01/2015
Mots débités : 46

Métier/Etude : Tatoueuse

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Ven 30 Jan - 19:40

Tunnel

Eh! Excuse moi, est-ce qu'on peut parler deux minutes? Ce sera pas long j'te promets, et après j'disparais. Il fallait juste que j'te parle de quelque chose et j'me connais si j'le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir. Δ Fauve

Tu t’en veux presque de lui annoncer ça comme ça, laissant le suspense monter involontairement. Cependant, tu ne pouvais pas te résoudre à lui balancer ta nouvelle de but en blanc, surtout qu’elle n’a rien de réjouissant. Tu ne sais même pas comment introduire le sujet dans la discussion, c’est bien trop confus dans ta propre tête. Puis tu ne veux pas passer pour une idiote irresponsable, même si tu n’es que ça. Il a l’air autant perturbé que toi, peut-être impatient que ta langue se délie enfin, mais c’est bien trop dur pour toi. Il a même faillit t’appeler par le surnom qu’il t’as donné cette fameuse nuit, tu perds pieds petit à petit, vraiment confuse d’être obligé d’en arriver là. T’es tellement gênée que tu ne sais même pas où poser tes yeux et tu te rends compte que ça doit vraiment être perturbant de te voir aussi fragile alors qu’il t’as connu déterminée et effrontée. Tu te risque enfin à lui dire que ça le concerne, c’est déjà un début pour toi, mais ses paroles te déstabilisent d’avantages. Tu as envie de rire, mais seul un sourire se dessine sur ton visage. Si seulement c’était aussi simple, quoi que non, ça ne serait probablement pas mieux. « Non, c’est plus compliqué que ça… Enfin… » T’hésite encore alors qu’il te prend par la main pour t’emmener ailleurs. Ce simple contacte te rend toute chose, finissant de balayer le peu de courage que tu pouvais avoir. Il a raison dans un sens, ce que tu as à dire ne mérite pas de tomber dans de mauvaises oreilles. Pour toi ce n’est rien, mais pour lui ça serait peut-être une véritable catastrophe. Les ragots circulent vite dans ce genre d’endroits. Tu te laisse aller, assez perturbée pour le suivre au bout du monde s’il le voulait. Il se contente juste d’un coin un peu plus reculé du reste, pour s’assoir et tu t’exécute comme lui. Il a sans doute eu une bonne idée de s’assoir, étant donné ce que tu t’apprête à révéler. Tu ne peux plus reculer maintenant, tu n’as plus du tout le choix de pouvoir fuir. Tu regarde sa main sur la tienne, ça te donne un semblant de courage, juste assez pour relever les yeux vers les siens en soupirant. « Alors voilà, comme tu le sais on s’est pas protégé l’autre nuit et… Y’a une forte probabilité que je sois… Enfin tu vois, je vais te faire de dessin » Tu fais la moue, cherchant à fuir avec ton regard. « J’ai pas pris la pilule ce soir là, j’avais pas prévu de coucher avec le premier venu, enfin tu comprends… » Tu baisse la tête, complètement résolue et plus que honteuse d’avoir à avouer ça. A partir de cet instant tu t’attends à tout. De la colère, des injures, qu’il te repousse, qu’il te rejette. Tu comprendrais parfaitement d’ailleurs, mais y’a tout de même une partie de toi qui espère qu’il puisse être plus compréhensif qu’il en a l’air. « Je suis pas là pour te demander d’assumer ni quoi que ce soit, sache le, je voulais seulement que tu sois au courant, parce que comme je l’ai dis, ça te concerne aussi » Tu t’emporte légèrement à cause du stresse. C’est peut-être la première fois que tu parles autant en sa présence. T’es pas du genre à trop causer en général, les phrases courtes et précises sont les meilleures. Seulement, tu cherche désespérément à éviter la catastrophe. T’es yeux cherchent à nouveaux les siens alors que ton autre main va se poser sur la sienne, comme pour te rassurer et essayer de minimiser les choses.  
© GASMASK

_________________
je t'offrirai les hautes, lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 30/12/2014
Mots débités : 78

Je me trouve : dans ma bulle, mon jardin secret
Je suis : solitaire
Métier/Etude : étudiant en 1er année et musicien

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Sam 31 Jan - 13:25

C’était bien la première fois que tu étais heureux de revoir l’une de tes conquêtes et même temps cela te stressait énormément. Surtout qu’elle avait quelque chose à te dire et plutôt d’important si tu en jugeais par son comportement. T’avais tellement eu l’habitude de la voir sûre d’elle, voulant tout gérer durant votre moment, que de la voir si fragile te déstabilisait totalement et tu ne savais pas quoi dire ni quoi faire. Tu lui sortis donc deux trois idées qui tournaient dans ta tête en espérant que l’une d’entre elle soit la bonne, mais apparemment ce n’était pas le cas. Tu te passas nerveusement une main dans ta chevelure. « Enfin ? Je n’aime pas te voir comme ça Pixie. » Elle était stressée et sans le vouloir, elle te stressait également, ce qui n’arrangeait pas ton cerveau qui avait envie d’exploser dans ta boite crânienne. En pensant qu’elle n’osait pas parlé à cause du monde qui l’entourait, tu décidais d’aller dans un coin plus tranquille et tu lui pris donc la main pour qu’elle te suive. Ce coin était connu de tous et étonnement personne  n’y venait, ce qui t’arrangeais bien à cet instant précis. Tu te laissais ensuite tomber au sol, te doutant bien que ce qu’elle avait à te dire n’était pas génial et au moins en étant déjà assis, cela t’éviterait de tomber. Ta main toujours dans la sienne, tu scrutais ce regard que tu aimais tant, attendant de savoir ce qu’elle avait de si important à te dire. Les phrases qu’elle sortit d’entre ses lèvres t’arrivèrent comme des bombes au sommet de ton crâne. Ta bouche s’entrouvrit légèrement mais aucun son n’en sortit. Tu te demandais si c’était réellement bien ce qu’elle avait voulu te dire, si elle ne c’était pas trompée dans ses mots. D’une main tremblante, tu te la passas dans te cheveux tout en secouant légèrement la tête. «  T’es sérieuse Pixie ? T’es… T’es en train de me dire que t’es en cloque ? » Ta main se retira instinctivement de la sienne et t’avais la nette impression que tout ton corps tremblait. Tu t’étais attendu à tout, sauf à ça. Avec toutes les femmes avec qui tu avais couché, c’était bien la première fois qu’une d’entre elle te sortait qu’elle était enceinte. Tout tournait autour de toi, t’avais l’impression d’être dans un film ou dans une caméra caché et se fut très certainement pour ça que tu regardais autour de toi, t’attendant à voir surgir des caméras. Mais rien, rien ne se passa à par la voix de la demoiselle qui rejoint une nouvelle fois tes oreilles. En l’entendant te dire que tu n’avais pas besoin d’assumer, un rire s’échappa d’entre tes lèvres et tu secouas encore une fois en espérant que tout ceci soit une blague.  En sentant sa main se reposer sur la tienne, il te fallut beaucoup d’énergie pour ne pas l’enlever, pourtant au fond de toi t’adorais ce contact. Un long soupir s’échappa d’entre tes lèvres pendant que ton regard se fixait sur un arbre qui se trouvait en face de vous. « Franchement… Je ne sais pas quoi te dire. C’est… Inattendue. Oui on ne c’est pas protégé mais vu que tu en avais tellement envie, je pensais que tu l’avais prise. T’aurais du me le dire sur le moment Pixie. Enfin, c'est aussi de ma faite, jamais j'aurai du te séduire.. On aurait du continuer notre petit jeu de rôle sans rien faire de plus. » Tu reposas lentement ton regard sur elle. « Et, tu comptes faire quoi ? »

_________________

love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEOPLE
on vit notre vie

avatar

Date d'arrivée : 05/01/2015
Mots débités : 46

Métier/Etude : Tatoueuse

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Sam 31 Jan - 20:56

Tunnel

Eh! Excuse moi, est-ce qu'on peut parler deux minutes? Ce sera pas long j'te promets, et après j'disparais. Il fallait juste que j'te parle de quelque chose et j'me connais si j'le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir. Δ Fauve

Il se veut rassurant, essayant de te donner un peu de courage pour t’aider à sortir tes mots, pourtant ça fonctionne pas, t’y arrive pas. Ça reste coincé, parce que tu sais que ça changerait beaucoup de choses, tu sais qu’il le prendrait pas bien, c’est évident. Alors tu stresse, lui aussi, tout de viens confus et désagréable. Tu as l’impression que tu vas exploser, que ton coeur va s’arrêter de battre, que tes poumons vont cesser de respirer et ton cerveau de fonctionner. Pourtant, tu trouve le courage de tout balancer d’une traite. T’as compris que garder ce poids plus longtemps serait complètement ridicule et que ça finirait de rendre ce moment insoutenable. Malheureusement sa réaction te déstabilise, son mouvement de recule fini de tout faire chanceler à l’intérieur de toi. Tu culpabilise, tu t’en veux, tu regrette. Tout, depuis le début. « Je sais pas ! C’est pas sûr… » Tu te sens vraiment mal, ta voix se casse, les larmes commencent à monter, mais ne font qu’embrumer tes yeux. T’es pas encore prête à craquer, même si toutes les émotions qui te submergent commencent à peser lourd à l’intérieur de toi. Sur l’instant t’aimerais partir, loin, en courant, abandonner tout ça et ne pas être obligé de l’affronter.Pourtant t’essaye de combattre ta peur, essayant de le rassurer comme tu le peux, assez maladroitement. Il rit, toi t’es pas fière, tu fronce les sourcils, cherchant ce qui pourrait être drôle dans tes paroles. Tu as tout sauf besoin de ça, là tout de suite. Il est là et pourtant tu te sens seule, seule dans ton désarroi énorme, alors tu te risque à reposer ta main sur la sienne, espérant un minimum de compréhension, même si tu te doute que c’est tout aussi dur pour lui que pour toi. Tu te sens minable, ridicule, conne. Le silence s’impose et tu ne sais plus ou te mettre, son soupire te fait même sursauter tellement tu ne te sens pas tranquille et ses mots finissent de t’achever. « Excuse moi, oui excuse moi de pas avoir résisté à ta provocation, je suis navré d’avoir oublier ce détail, je suis navré d’avoir accepté ta proposition à te rejoindre et je suis navré d’avoir ouvert ta porte ce soir là… Je suis navré aussi que tu regrette » T’es t’emballe légèrement, un mélange de colère et de peine qui produit un cocktail désagréable à l’intérieur de toi, puis sa question fini d’enfoncer le clou. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et les larmes finissent par couler une bonne fois pour toute. « J’en sais rien, je suis perdue » Tu craques, ta main relâche la sienne pour venir cacher ton visage. Tu replis tes genoux contre toi pour enfouir ton visage dedans, pour ne former qu’une petite boule de fille, complètement terrorisée. T’avais besoin d’exploser en larme, tu ne l’as toujours pas fais depuis que tu as des doutes sur ta supposée grossesse. Ça te soulage, t’en avais vraiment besoin et ça t’aide à retrouver un semblant de courage. La vague est passée, finalement tu relève ton visage, essuyant tes larmes du revers de ta manche pour pouvoir le regarder à nouveau. « Je dois aller passer des examens, pour être fixée… Si c’est positif, je suis pas prête à l’assumer seule, ni même à deux… Je le garderais pas » Tu renifle un coup, soupir et termine d’essuyer ton misérable visage. « Si c’est négatif, et bien ça sera une bonne nouvelle pour nous » Tu t’essaye à un sourire, même si t’es pas franchement convaincu toi-même. Tu es toujours aussi fragile au fond de toi, prête à craquer de nouveau, mais d’un autre côté tu te sens soulagée d’avoir enfin osé tout lui avouer. T’es yeux divaguent ça et là, sur les gens qui passent un peu plus loin, sur les arbres, sur l’herbe.  
© GASMASK

_________________
je t'offrirai les hautes, lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 30/12/2014
Mots débités : 78

Je me trouve : dans ma bulle, mon jardin secret
Je suis : solitaire
Métier/Etude : étudiant en 1er année et musicien

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Dim 1 Fév - 12:00

Ton pauvre cerveau tournait à mille à l’heure dans ta boite crânienne, tu te demandais comment c’était possible, comment vous aviez pu vous mettre dans cette situation. D’accord, vous vous n’étiez pas protégés, mais tu l’avais laissé faire en pensant qu’elle avait son propre moyen de contraception et pas forcement la pilule, vu qu’il y avait d’autre sorte. La responsabilité te revenait également, parce que jamais tu n’aurais du la laisser faire. Tu aurais du la retenir, te relever et prendre de quoi vous protéger, mais tu avais été tellement impatient qu’elle, que tout ça était sorti de ton petit cerveau. Et maintenant, tu allais en payer le prix, même si elle venait de te dire que ce n’était pas encore sûr. Tu arquais un sourcil et déposas ton regard sur elle, sans savoir comment réagir. « T’as fais un test ou un truc dans le genre ? » Ben oui, pour qu’elle soit certaine de bien être enceinte, c’était le seul moyen, parce que le retard ne comptait pas vraiment, du moins pour toi. Tu commenças ensuite à parler, parler sans te retenir, il fallait que tout ce que tu avais sur le cœur sorte, d’une manière ou d’une autre. Tu étais en train de lui faire des reproches, de t’en faire à toi-même, pendant que le film de cette nuit repassait en boucle dans ta tête. Oui, tu n’aurais pas du lui sauter dessus comme tu l’avais fais, jamais tu aurais du la tenter à aller plus loin alors qu’à la base tu voyais bien qu’elle avait été réticente. Un long soupir s’échappa d’entre tes lèvres alors que tu avais l’impression de perdre pied, que ton univers était en train de t’échapper. Tu secouas légèrement la tête à sa remarque, parce que tu ne voulais pas qu’elle s’en veuille, ce n’était pas de sa faute après tout. C’était toi et seulement toi qui était coupable dans cette histoire. « Ne dis pas ça Pixie. J’ai aimé te voir débarquer dans ma chambre, de voir comment tu as réussis à me séduire avec ton air sur de toi, de faire fuir mon affreux colocataires. Et ne dis pas que je regrette, parce que ce n’est pas vrai. Jamais je n’ai regretté ce qui c’est passé entre nous, tu m’entends ? J’ai aimé, beaucoup aimé. » La question que tu n’aurais jamais du sortir, celle qui fait peur à toutes les filles du monde, ne fit pas le même effet sur ta voleuse d’étoiles. A la place de te traiter d’imbécile et même de te gifler, elle fondit en larmes. Tu la regardas interdit, ne sachant plus quoi dire ni quoi faire. T’avais toujours eu horreur de voir des larmes, cela te serrait le cœur et c’était encore pire avec elle et tu ne savais pas pourquoi, parce qu’après tout tu ne la connaissais quasiment pas. Tu levas une main pour la déposer sur son dos ou sa tête, mais elle resta en suspens dans les airs, pendant que tu te demandais si c’était vraiment une bonne idée. T’avais jamais été doué pour ce genre de chose et cela se confirmait à cet instant précis. T’étais complètement perdu et ça te perturbait totalement et se fut à cet instant qu’elle décida de se prendre, ce qui te fit pousser inconsciemment un léger soupir à peine audible. Ses mots vinrent te frapper en plein fouet alors que tu reposais ton regard sur elle. Tu pouvais comprendre qu’elle ne veuille pas assumer, qu’un enfant à cet âge c’était une charge que peu de monde pouvait assumer. Mais ce qui te frappa encore plus, c’est qu’elle ne te demanda même pas ton avis. Elle avait pris sa décision seule et tu te demandais bien pourquoi elle était venue t’en parler si de tout façon elle ne comptait pas le garder. Tu te passas nerveusement une main dans ta chevelure en bataille sans savoir quoi dire. Il fallait que tu remettes de l’ordre dans ta tête, dans ton esprit. Cette révélation était encore pire qu’une drogue pour embrumer le cerveau. « Oui tu as sûrement raison. » T’avais pas envie de te prendre la tête avec elle pour le moment, parce que si elle avait pris sa décision, tu te doutais bien que rien ni personne ne pourrait la faire changer d’avis.

_________________

love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEOPLE
on vit notre vie

avatar

Date d'arrivée : 05/01/2015
Mots débités : 46

Métier/Etude : Tatoueuse

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Dim 1 Fév - 23:30

Tunnel

Eh! Excuse moi, est-ce qu'on peut parler deux minutes? Ce sera pas long j'te promets, et après j'disparais. Il fallait juste que j'te parle de quelque chose et j'me connais si j'le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir. Δ Fauve

Il a l’air complètement paniqué et désoeuvré, tout comme toi. Ce n’est plus seulement parce que ton état émotionnel est communicatif, maintenant qu’il sait, il n’a plus qu’à réaliser avec effroi ce que tu porte depuis quelques jours comme angoisses. Quand il fait référence à un test de grossesse, t’as presque envie de rire. Ce genre de gadget qui s’achètent un peu n’importe où ne t’a jamais semblé assez fiable pour s’en remettre à ça, puis tu connais ton corps, ça fait trop longtemps que tu as du retard pour en douter, ou bien la chance n’est vraiment pas de ton côté. « Non, j’avoue que non, c’est pour ça que je te dis que c’est possible, mais que je ne sais pas… J’ai du retard, c’est suffisant pour se faire du soucis » T’es de nouveau honteuse d’être obligée d’admettre que tu t’es seulement basé sur l’inactivité de tes menstruations. Tu ne crois vraiment à ces tests pour être capable d’en acheter un pour le faire. Tu préfère te rendre chez ton médecin, même si ça nécessite de patienter plus longtemps pour avoir une réponse, c’est beaucoup plus fiable. Ça serait une effroyable coïncidence d’avoir du retard juste après avoir osé coucher avec lui sans aucune protection. C’est le seul avec qui s’est arrivé depuis, pour le peu d’autres partenaires avec qui s’est arrivé, vous vous êtes toujours arrangé pour y veiller. Il a peut-être raison dans un sens, vous n’auriez jamais dû, tout ça ne se poserait pas aujourd’hui. Pourtant, tu ne peux pas songer un instant à regretter, malgré tout cette nuit reste gravée dans ton esprit, lui aussi. Depuis, tu n’as pas cessé d’y repenser, comme si il avait laissé une marque indélébile dans ton esprit. Alors forcément, l’entendre te dire ça te vexe, surtout en sachant que tu es facilement irritable en ce moment. Tu t’es légèrement emporté, mais il a réussi à se rattraper et ses paroles t’apaisent de nouveau, mais pas suffisamment. « C’est vrai ? » Tu poses la question pour essayer de te rassurer, mais au fond, tu es persuadé que c’est faux. Tu n’étais qu’une fille parmi d’autres et tu savais très bien à quoi tu t’exposais en te laissant aller cette nuit là. Toi-même, tu l’as fais uniquement en sachant qu’il ne te demanderait pas de lui rendre des comptes et que cette nuit n’aurait rien de décisive entre vous. Juste un coup comme ça, en passant. Un bon coup, trop bon pour que tu puisse l’oublier, aussi étrange que cela puisse paraître pour toi. Tout ça ne cesse se de se mélanger en toi, jouant avec ton humeur et ton morale. C’est une telle torture que tu éprouve le besoin de tout laisser sortir par le biais de tes larmes. C’est encore meilleur que de prendre de la drogue pour se détendre. Ça te soulage tellement que tu ne retiens rien, tu laisse tout s’effondrer et t’échapper sans même te soucier de savoir si tu pourrais passer pour une idiote. Tu prends cependant conscience que ça doit lui faire bizarre de te voir dans un état pareil, c’est tellement contradictoire avec la fille qui tu étais cette nuit là. T’essuie tes larmes et tu réponds à sa question sans aucune hésitation, parce que c’est que tu pensais être la meilleure solution. Forcément, t’es encore trop jeune pour assumer un enfant, puis ta situation, ton boulot, rien ne te permet de pouvoir penser autrement, encore moins ta relation complètement inexistante avec lui. Pourtant, sa réaction te désarçonne complètement et tu reste interdite durant quelques minutes à le fixer pour essayer de comprendre. « Tu ferais comment si t’étais à ma place toi ? Je te le demande, là tout de suite maintenant, juste oui ou non et sans prendre en compte ce que j’en pense, juste ce que toi tu veux… T’assumerais ce bébé ? » T’as retrouvé ton assurance et rangé au placard le petit bout de femme fragile que tu viens de lui dévoiler. Tu le défis presque du regard, prête à encaisser tout ce qu’il pourrait dire. Après tout, tu l’as dis toi-même, ça le concerne aussi, même si dans le fond t’as peur de la réponse qu’il pourrait te donner. Vous n’êtes même pas un couple, vos deux caractères bien distincts et tes habitudes volages personnelles, qui sont peut-être les mêmes pour lui, n’auraient probablement rien de positif pour vous. 
© GASMASK

_________________
je t'offrirai les hautes, lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 30/12/2014
Mots débités : 78

Je me trouve : dans ma bulle, mon jardin secret
Je suis : solitaire
Métier/Etude : étudiant en 1er année et musicien

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   Lun 2 Fév - 14:31

T’avais posé la question du test de grosses sans trop y réfléchir, parce que cela te semblait évident qu’elle en ai fait un. A chaque fois que tu écoutais la conversation de filles avec leurs problèmes, elles parlaient toutes de ce fameux bâton. Sauf que la réponse de Pixie te déstabilisa. Comment pouvait-elle penser que tu avais réussis à la mettre en cloque si elle n’avait pas fait de test ? Après tout, il y avait tellement de facteurs pouvant faire que son cycle pouvait être perturbée, que tu ne comprenais pas comment elle n’avait pas pensé à en faire un. Tu gardas le silence un moment, essayant de trouver les bons mots pour lui répondre, mais il y avait un tel tourbillon dans ton esprit que rien ne se mettait en place. « Tu devrais en faire un. Enfin moi je dis ça, je ne dis rien. Après tout, je ne suis qu’un homme qui n’y connaît rien. » Tu haussas légèrement les épaules et observa les alentours, presque étonné que personne ne soit venue vous déranger pendant cette conversation si sérieuse. Franchement, tu n’aurais jamais imaginé parlé de ça avec elle au moment où ton regard c’était posé sur elle au abord de l’entrée de l’académie. Pour détendre l’atmosphère et surtout la détendre elle, tu lui dis simplement la vérité, celle que tu te cachais depuis le moment où tu avais ouverts les yeux et découverts que tu étais seul dans ton lit. Tu lui avais dis que tu ne regrettais pas du tout ce moment passé en sa compagnie et que même, tu avais aimé. A sa tête, un doux sourire apparu sur le coin de tes lèvres parce que tu voyais bien dans son regard qu’elle avait du mal à te croire et cela était normal. Elle était partie comme une voleuse, mais tu aurais certainement fait la même chose si les rôles avaient été inversés. Ton regard dans le sien, tu lui pris lentement la main pour la lui serrer légèrement. « Pourquoi je mentirai ? C’était un moment que j’ai gravé pour longtemps dans ma mémoire et même si tu as de la peine à y croire, ce n’est que la vérité. » T’avais presque envie de lui dire que tu avais de nouveau envie de ressentir ses lèvres contre les tiennes, son petit corps serré contre le tien et de sentir son odeur venir chatouiller tes narines, mais tout ça tu le gardais pour toi. T’avais pas envie qu’elle pense que tu étais tombé follement amoureux d’elle au bout d’une nuit. Ce n’était de tout façon pas le cas, tu étais juste fasciné par ce petit bout de femme qui avait plus d’un visage. La suite de la conversation retourna sur le peut-être petit être qu’elle portait en elle et savoir que sa décision était déjà prise et que quoiqu’il arrive, elle n’allait pas garder cet enfant. D’un côté, tu la comprenais totalement mais de l’autre, tu ne comprenais pas pourquoi elle ne te demandait pas ton avis. Après tout, tu étais tout autant fautif qu’elle et tu avais ton mot à dire dans cette histoire. Pourtant, tu gardais le silence, ne voulant pas mettre la demoiselle dans une situation qui ne lui plairait pas et ton regard se détourna d’elle pour regarder un point en face de toi. Contre tout attente et peut-être parce qu’elle était en train de lire en toi comme dans un livre ouvert, elle te demanda ton avis, ce que tu ferais à sa place. Tu ne répondis pas tout de suite, essayant une nouvelle fois à mettre de l’ordre dans tes pensées et tu pris également tout ton temps pour reposer ton regard sur elle, sur ce petit bout de femme qui t’étonnait de plus en plus. « Peut-être j’en sais rien. Toi tu as eu des jours pour en réfléchir alors que moi je viens de l’apprendre. Je viens d’apprendre que tu es peut-être enceinte et que même sans me demander ton avis tu as décidé du sort de ce petit être. » Tu poussas un long soupir et passa une main sur ton visage. « Je vais te dire quelque chose que personne ne sait et qui va surement te déranger… Depuis que je peux prendre moi-même mes décisions et depuis que j’ai horreurs à la télévision, j’ai décidé que j’étais contre l’avortement. » Tu laissas un léger silence se mettre entre vous deux, te demandant si c’était une bonne idée que tu continues ton petit monologue… « Donc si je suis mes pensées, oui j’assumerai ce petit être. Parce que je trouve ignoble qu’on puisse enlever la vie d’une personne sans qu’elle en ai conscience et sans qu’elle puisse elle-même donner son avis. » Tu détournas ton regard et poussas un nouveau soupir tout en secouant légèrement la tête.

_________________

love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tunnel ▲Sid   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tunnel ▲Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La lumière au bout du tunnel ?
» CT 28 Tunnel
» Au bout du tunnel
» Tunnel de Foum Zabel
» Leonel et la République Dominicaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ACADÉMIE :: L'extérieur-