AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de laisser un mot sur BAZZART & PRD
Le bal a ouvert ses portes ici amuse-vous les licornes

Partagez | .
 

 (kenza) - i'm staying in my play pretending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 20:38

Il était un peu plus de midi, tout le monde s’était rué à l’extérieur pour aller manger un bout. Lui avait décidé de rester. La salle de sport été complètement vide, pas un seul bruit ne le dérangeait et ça lui plaisait. Il avait envie de se poser pour réfléchir, seulement son téléphone vibra sous sa poche et il décrocha aussi vite. La voix féminine de l’autre côté lui demandait où est-ce qu’il pouvait bien être, il s’était pas ramené en cours aujourd’hui il n’en avait pas eu envie. Il fini par lui dire où est-ce qu’il était.
« J’suis dans la salle de sport. » il raccrocha et se posa au bord de la fenêtre. Il sortit une clope de son paquet qui était dans sa poche et l’alluma. Il fumait pas souvent, mais quand il le faisait c’est parce qu’il n’allait pas spécialement bien. Qu’il était perdu dans ses pensées et qu’il repensait au passé. Qu’il se remémorait toutes les merdes qui s’étaient passées quelques années auparavant. Il tira sur sa clope. Il allait mieux d’un coup. Il entendit la porte s’ouvrir quelques minutes après. Il se retourna après avoir écrasé son mégot sur le rebord de la fenêtre. « Ah bah t’as été rapide. » dit-il en s’attendant à voir arriver la meuf qui lui courrait autour depuis quelques jours.
Son regard se posa sur une tout autre personne, ses yeux glissèrent le long de son corps. Seigneur, qu’est-ce qu’il aurait souhaité la voir en petite robe et en collants noir pour les lui arracher aussitôt son regard posé sur elle. « Kenza … Bonjour. » finit-il par lâcher en balayant ses sales idées qui commençaient à bien l’emmerder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 20:51

Ta matinée de cours t’avais éreintée pourtant il n’y avait rien eu de spécial. Mais là, t’avais juste envie d’être tranquille pour pouvoir réfléchir et décompresser avant de te rendre dans ton cours de l’après-midi. Tu fis un rapide passage par la cafétéria pour prendre de quoi grignoter, tout en saluant les rares personnes que tu connaissais. En attendant de pouvoir payer ta salade et ta canette de coca, tu réfléchissais à l’endroit idéal pour pouvoir manger sans être dérangée et il ne te fallut que quelques secondes pour trouver ; La salle de sport. D’accord, normalement vous n’aviez pas le droit d’apporter de nourriture, mais tu ne voyais pas où tu tendre autrement. Le tout en main et un léger sourire sur les lèvres, tu te rendis donc dans la salle que tu espérais vide parce que tu n’avais pas forcement envie de voir du monde. Quelques minutes plus tard, tu poussas la porte battante et en entendant une voix que tu aurais reconnue entre toutes, tu te figeas et faillis même en lâcher ta salade. Ton regard se posa quelques instants sur Gabriel mais tu gardas le silence. Depuis votre nuit ensemble, vous vous n’étiez pas croisé et pour tout dire, tu n’avais pas entièrement digéré sa fuite. Tu l’observas quelques instants avant d’aller t’asseoir contre un des murs de la salle, loin du jeune homme et tu entrepris d’ouvrir ta salade, essayant d’oublier le jeune homme. La fuite de parole n’était peut-être pas le meilleur moyen, mais tu ne savais pas quoi faire d’autre. Heureusement pour toi, tu étais vêtue simplement, un jeans, un pull gris souris et des bottines. Rien qui pouvait laisser penser que tu étais venue ici exprès pour lui.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 21:18

Il soupira. Elle n’avait pas envie de lui parler. Il savait pertinemment pourquoi. Il l’avait surement blessé en se faufilant avant qu’elle se réveil sans rien lui dire. Peut être que c’était mieux ainsi. Il avait pas à la voir, ni à lui parler. Il avait été poli, il l’avait salué, elle, elle n’avait même pas daigné le regarder et faire de même. Ok, pas de soucis elle voulait la jouer ainsi, il ferait de même. La porte s’ouvrit à nouveau, et c’était la jeune femme qui l’avait appelé plus tôt. Elle déposa un baiser sur sa joue et lui sourit bêtement. Il ne savait pas comment réagir. Kenza était dans la même pièce et, dans un sens il avait peur de la blesser. Ce n’était pas son but de la blesser lui il voulait juste que les choses restent comme elles étaient avant. Ils avaient passés bonne soirée ensemble et c’est tout.
Il s’assit sur un des engins et sourit à la jeune femme et ils se mirent à discuter. Ils parlaient de tout et de rien mais, bizarrement ça le gênait d'être là à faire comme si de rien était alors que Kenza était assise près de lui toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 21:29

Au fond de toi, tu avais envie d’aller lui parler, clarifier la situation ou du moins comprendre pourquoi il était parti comme un voleur. Tu avais eu l’impression que le courant était bien passé entre vous, surtout après tout ce que vous vous étiez dis tout au long de la soirée. Pourtant tu restais-là, assise dans ton coin, sans ouvrir la bouche à part pour manger ta salade. De tout façon vu la phrase qu’il avait dit en entendant la porte s’ouvrir, t’avais compris qu’il attendait quelqu’un. Tant pis pour lui s’il avait compté la demoiselle en question, tu n’allais pas bouger de ta place. De très léger soupir s’échappaient d’entre tes lèvres mais ils étaient à peine audible, ce qui était fait exprès, parce que tu n’avais pas forcement envie qu’il les entende, surtout qu’il ne fallut que quelques minutes pour que la porte s’ouvre une nouvelle fois pour laisser apparaître une bimbo qui devait être son rendez-vous. Gabriel avait réussis à te faire repartir dans ta carapace de timide et surtout à te faire comprendre que tu ne pouvais pas avoir confiance en les hommes. Rien que de savoir qu’il se trouvait à quelques mètres de toi, ça te coupa l’appétit et tu repoussas rapidement ta salade avec une légère grimace. Ta canette se retrouva bien vite entre tes doigts mais à la place d’en boire le contenu, tu jouais avec, essayant d’ignorer les rires de la blondasse qui se trouvait près de toi. Le pire dans tout ça c’est que ton corps te criait le contraire de ton cerveau et tu ne savais pas qui écouter. Si tu écoutais ton cerveau, tu lui mettras ta salade sur la tête, alors que si tu écoutais ton corps, tu lui sauterais dessus pour retrouver le goût de ses lèvres et pour sentir ses doigts sur ton corps. Franchement, avoir passé le cap n’était pas facile tout les jours.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 22:14

C’était quoi cette situation. On dirait des collégiens qui se faisaient la gueule. Putain ! Pourquoi ça le dérangeait tant que ça qu’elle soit à quelques mètres de lui et de ne pas pouvoir lui parler. Il fit comprendre à la jeune femme qui lui tenait compagnie qu’il ne se sentait pas bien et qu’il souhaitait rester seul. Il avait promis de la rappeler plus tard, chose qu’il ne fera jamais à moins d’être en extrême manque d’affection. Elle sortit en souriant. Il se foutait un peu des sentiments des jeunes femmes qui l’entouraient. Il voulait pas s’en soucier, il avait d’autres problèmes. Les filles faisaient juste partis de la liste mais en bas, très très bas parmi tous ses problèmes.
Il se racla la gorge pour signifiait sa présence à nouveau au cas où elle l’aurait pas remarqué.
« Donc … c’est comme ça ? On s’évite maintenant ? On a quoi … 13 ans ? »
Il se leva pour lui faire face, si elle voulait rester silencieuse c’était son problème. Si elle avait besoin d’explications il allait lui en donner. Il avait pas à se justifier mais apparemment pour madame Keynes il le devait. « Putain Blond… Kenza ! » Il s’était rendu compte qu’il avait prit l’habitude de l’appeler par son petit surnom. C’était peut être une mauvaise idée, il devait mettre des limites entre eux. Il recula, il en avait rien à foutre, du moins il essayait de se convaincre que c’était le cas.
Il sortit à nouveau son paquet de cigarette et en alluma une. Il jeta à nouveau un coup d’œil à sa tenue. Elle portait un jean. Ce jean, mon dieu. Il respira lentement pour contrôler ses pulsions de vieux mec. Il pensait pas qu’elle aurait un effet pareil sur lui. La première fois lorsqu’il l’avait vu elle lui était paru simple, une autre fille en plus, puis avec les minutes qui sont passées il avait appris à la distinguer des autres filles qu’il fréquentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 22:25

T’avais qu’une envie, te lever et d’attraper la blondasse qui se trouvait trop près de Gabriel à ton goût pour la jeter hors de la salle de sport. Jalouse ? Oui très certainement et pourtant tu ne comprenais pas pourquoi. D’accord, il t’avait ôté ta virginité mais tu connaissais son parcours de coureur de jupons et cela n’aurait pas du t’étonner de te retrouver seule dans ton lit à ton réveil. Pourtant tu lui en voulais. Tu lui en voulais d’être partie sans même laisser un mot et surtout tu lui en voulais de n’être pas revenue vers toi les jours d’après. Tu observais ta canette sans réellement la voir et quand tu entendis du mouvement près de toi, tu te dis qu’ils allaient quitter la pièce tout les deux pour aller s’éclater ailleurs. Mais contre toute attente, tu entendis un raclement de gorge à quelques centimètres de toi. Tu relevas la tête, ne t’attendant pas vraiment à ce que le jeune homme soit en face de toi sans la bimbo. Tu l’écoutas te réprimander tel un professeur à un élève et tu poussas un long soupir. « Et pourquoi pas hein ? T’as bien voulu m’éviter à ton réveil pour être sur de ne plus avoir besoin de me parler. Alors pourquoi ne pas continuer après tout. » Tu déposas ta canette un peu trop fort sur le sol de la salle et plongea son regard dans le sien, regard qui te déstabilisait toujours autant. Lentement et presque tremblante, tu te relevas pour lui faire face, sans réellement être étonnée qu’il t’appelle par ton prénom. « Après tout, je n’étais qu’une fille parmi t’en d’autres et je me doute bien que tu ne gardes pas contacts après être passé à l’acte. » Dire ça te faisait mal, parce qu’au fond de toi, tu espérais être autre chose qu’une conquête parmi d’entre d’autres mais ça, tu n’allais pas le lui dire, bien entendu. Tu croisas les bras et baissas la tête pour observer tes bottines. « Je suppose que la bimbo qui était là espérais autre chose qu’une discussion… Tu devrais aller la satisfaire, elle sera ravie de sentir tes doigts sur son corps ainsi que tes lèvres. » Rien que de penser au fait qu’il pouvait d’autres femmes te faisait rougir, mais de quoi ? De honte… Honte de l’imaginer nu contre une autre femme en train prendre du plaisir alors que tu aimerais être à la place de toutes ces femmes.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mar 13 Jan - 23:16

Il fit du bruit pour qu’elle l’entende et comme par magie elle daigna enfin lui parler. Et pas pour le remercier ou le saluer. Non, pour éclaircir les choses. Elle en avait besoin apparemment. De prendre les choses comme elles étaient et s’expliquer dessus. Lui en avait pas envie, il s’en foutait mais il le faisait pour elle, pour sa bonne conscience. Il voulait pas s’en vouloir de ne pas lui avoir donné d’explications.
« Tu savais très bien qui j’étais avant de me sauter dessus !! » lâche t-il finalement pour la provoquer. « J’suis qu’un connard je te l’ai dis et j’ai même essayé de t’en dissuader. » Il avait pas mentit quand il l’avait prévenu, elle avait pas su prendre ses conseils comme il le fallait. Maintenant elle n’avait qu’à assumer les conséquences, seule s’il le fallait. « Je t’ai prévenu Kenza, me prends pas la tête veux-tu. » Il savait qu’il allait la blesser. Il essayait de se protéger. Se protéger contre elle, contre l’attirance qu’il avait pour elle. « Effectivement je gardes pas contact avec toutes les meufs avec qui je baise. » Il voulait qu’elle le déteste. Qu’elle s’en aille en l’insultant et en l’oubliant. Comme ça tout le monde sera heureux. Lui, elle. Tout le monde.
Plus elle le détesterait et plus elle refuserait d’avoir à faire à lui. Il regretterait de lui avoir parlé ainsi mais c’était la seule façon de faire lorsque les filles s’accrochaient trop. « La satisfaire ? J’ai l’impression que tout de suite c’est toi qu’a besoin de tirer un bon coup pour te détendre. »
Il se sépara de son mégot et balança son paquet de cigarettes au sol. « Pourquoi … est-ce que vous devez toutes être compliquée… » il se parlait à lui-même il avait pas besoin qu’elle lui réponde.
Il passa sa main sur son visage. Il ne regrettait pas d’avoir couché avec elle, bien au contraire, c’était l’une de ses plus belles soirées depuis son arrivée à Londres. Il appréciait sa compagnie, mais pour leur bien aux deux, il allait devoir laisser de côté leur alchimie et s’occuper de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 10:15

Tu étais debout face à lui et tu ne savais pas quoi faire et surtout pas où regarder, parce que si tu le regardais droit dans les yeux, tu avais peur de craquer, de lui avouer que tu tenais à lui et surtout tu n’avais pas envie de le voir se moquer de toi. Ce qu’il te dit te fit mal, très mal et tu avais la nette impression qu’à chaque mot prononcé il t’enfonçait un couteau dans le ventre et pourtant tu faisais tout pour qu’il ne le remarque pas. Tu gardais la tête haute même si dans ton être tu avais envie de te recroqueviller et de disparaître comme tu le faisais comme d’habitude. A la place, tu plantas ton regard dans le sien et avanças de quelques pas pour qu’il ne reste plus que quelques centimètres entre vous. « Oui Gabriel je savais que tu baisais tout ce que tu pouvais avoir ! Sauf que j’ai essayé de passer outre je te l’ai bien dis parce que j’avais l’impression d’avoir le vrai Gabriel en face de moi. Le Gabriel qui se cache au fond de toi depuis que ta femme t’a trahit et c’est également pour ça que je t’ai fais confiance en te racontant sans tabou ma vie d’avant ! » A chaque mot que tu avais prononcé, tu avais déposé ton doigt sur le haut de son torse sans que ton regard change de place. Tu avais envie de te défouler, d’enlever toute la rage que les hommes avait placés en toi. A sa remarque suivante, tu arquas un sourcil et tu rougis comme une tomate avant de te reprendre et laisser un léger rire s’échapper d’entre ses lèvres. « Et qui te dis que ce n’est pas déjà fais Gabriel ? Tu croyais que j’allais t’attendre avant de recommencer ? Tu sais, il y a d’excellent endroit pour le faire entre chaque cour. Et oui désolé pour toi, mais tu n’es plus le seul à avoir eu droit à mes baisers et mes caresses. » Bien entendu, tout était faux. Depuis votre nuit, tu n’avais plus rien fait et tu fuyais encore plus la gente masculine, c’était pour dire… Tu croisas les bras sur ta poitrine et arqua une nouvelle fois un sourcil à sa remarque sur la gente féminine et un léger sourire apparu sur le coin de tes lèvres. « Si vous arrêtiez de nous prendre pour des putes et des jouets peut-être qu’on serait moins compliquées. » Tu remis quelques mèches de tes cheveux en place et poussa un long soupir. Tu n’aimais pas cette situation mais vraiment pas, sauf que tu ne savais pas quoi faire pour que la situation s’arrange.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 18:09

« Je t’interdis de parler d’elle !! Pas toi, pas comme ça. » Elle venait de toucher un de ses points faible. Les discutions qui fâche. Elle avait pas le droit de lui faire ça, lui n’avait pas mit l’histoire de son père sur le plancher, pourquoi avait-elle eu besoin de parler de son ex-femme ? Pour le blesser ? Lui faire comprendre qu’elle pouvait se jouer de lui, de ses sentiments et de son passé. Il pouvait pas laisser passer ça. Il pensait qu’elle le garderait pour elle et qu’ils auraient pas en discuter davantage, surtout pas elle, il lui avait fait confiance dans un sens en lui révélant une partit de son histoire.
Il poussa violement sa main qui tapotait sur son torse à chaque mot qu’elle prononçait. Pourquoi est-ce qu’elle le touchait de cette façon là. Elle l’avait trop énervé pour qu’il pense d’elle d’une autre façon. Elle avait abordé les sujets indiscrets qui blesse. Ses yeux étaient toujours dans les siens alors que la distance qu’il avait réussis à installer entre eux diminuait petit à petit.
Il s’en battait les couilles qu’elle baise d’autre mec. Putain, mais il en avait rien à foutre, ça l’énervait qu’elle s’emballe de la sorte et qu’elle s’en vante. Qu’est-ce qu’elle voulait que ça lui fasse, qu’il en pleure ? Qu’il regrette et qu’il revienne vers elle, surement. Mais il allait pas lui donner cette satisfaction aussi facilement. « Ah bon ? Apprends à bien les choisir tes partenaires, j’ai l’impression qu’ils font pas du bon boulot vu comment tu commence à bien me les casser. »
Sans même qu’il ne lui parle à elle, elle lui répond. Elle cherchait vraiment à ce qu’il s’énerve réellement contre elle. « Et c’est reparti, victime 2.0. » Il en avait marre de toutes ses meufs qui jouaient les victimes. « Tu veux quoi ? que j’te mette la bague au doigt ? c’est ça ? » lui demande t-il sans réellement attendre une réponse, c’était pas vraiment une question. « Désolé, d’ja testé je passerai mon tour cette fois-ci. » si elle s’attendait à ce qui lui promette de rester à ses côtés et d’établir une relation sérieuse elle était tombée sur le mauvais mec.
« Je ne t’y es pas obligé si je me souviens bien, tu as accepté que je te touche, tu m’a embrasser en premier, c’est toi qui en redemandais et en demandais à nouveau. » à chaque fois qu’il prononçait ses mots il s’approchait d’elle jusqu’à la bloquer contre le mur, il approcha son visage contre le sien fixant ses lèvres. « Tu m’as laissé te faire l’amour, personne d’autre que toi ne me l’a ouvertement demandé cette nuit là … sauf toi. » dit-il en continuant à la provoquer, un sourire bête au coin de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 18:28

Tu n’aurais pas du lui parler comme ça et surtout pas de son ex-femme, tu le savais mais cela avait été plus fort que toi, tes mots avaient dépassés ta pensée et tu le regrettais bien entendu. Mais tu étais tellement en colère à cet instant, que tu t’en fichais totalement. « Et pourquoi je n’aurais pas le droit ? Après tout c’est à cause d’elle que tu es devenu comme ça ! C’est de sa faute et tu le sais très bien. Alors arrête de la protéger ! C’est comme si je protégeais mon père en disant que ce n’était pas de sa faute s’il a tué ma mère ! » C’était la stricte vérité mais vous étiez tellement en colère l’un contre l’autre que tu te doutais bien que les mots entraient dans une oreille pour ressortir automatiquement par l’autre. Ta main qui se retrouva contre ton corps parce que Gabriel venait de la repousser, resta là où elle était, parce que tu sentais que si tu refaisais un geste, c’était une claque qui allait partir et tu t’étais toujours jurée de ne pas toucher quelqu’un d’autre avec un geste violent, parce que tu n’avais pas envie de devenir comme ton père. Tu venais de te perdre à ton propre jeu et tu venais de t’en rendre compte, mais il était trop tard pour revenir en arrière. Tu le fusillas du regard et croisas les bras sur ta poitrine. « Ah bon parce que tu étais là quand sa c’est produit ? Tu te crois être le dieu du sexe ? » Tu t’enfonçais encore et encore mais c’était plus fort que toi, tu lui avais mentis et tu ne savais pas quoi dire pour rétablir la situation. Un léger rire s’échappa d’entre tes lèvres pendant que tu secouais vigoureusement la tête. « T’épouser ? Oh que non alors, je préfère encore refaire rater mes études ! J’aurais peut-être dis oui à l’ancien toi, mais celui que j’ai sous les yeux est trop vaniteux ! » A peine ta phrase terminée qu’il reprit la parole et te fis reculer jusqu’à ce que ton dos soit contre le mur de la salle de sport. Ton cœur battait à tout rompre pendant que ton corps hésitait entre l’embrasser ou le gifler, parce qu’il méritait les deux. De tout façon à cet instant tu étais bloquée, tu ne pouvais plus bouger et c’était lui qui avait les cartes en main. « Tu ne m’as pas fais l’amour, tu m’as sauté, nuance Gabriel ! Et je te rappelle qu’au final c’est toi qui m’as sauté dessus parce que quand tu m’as repoussé j’ai accepté la situation. » Tu le fusillais toujours du regard mais celui-ci partait un peu trop en direction de sa bouche voir même de son torse, ce qui te fit légèrement rougir. Oui, tu le désirais toujours mais tu étais tellement en colère que tout se mélangeait dans ta tête. Sans que tu comprennes pourquoi, ta main se leva pour le gifler, parce que tu lui en voulais. Tu lui en voulais d’être parti sans rien dire, de t’avoir ignoré et surtout de mettre toute la faute sur toi. Alors que tu comprenais ce que tu venais de lui faire, tes lèvres allèrent se poser sur les siennes instinctivement pour te faire pardonner, même si tu sentais que cela n’allait pas aider à arranger la situation.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 21:37

Elle continuait sur sa lancée, elle avait pas l’intention de changer ou même de retirer ses paroles, non, elle s’enfonçait elle continuait sur le sujet de son ex femme. Il glissa ses mains dans ses poches et serra fort son portable. Elle avait pas le droit de dire ce genre de chose. Il sortit ses mains de ses poches son portable toujours écrabouillé sous la pression de sa main. « Arrêtes-toi maintenant ! » seulement elle ne l’écoutait pas. Il finit par balancer son portable contre le mur laissant un énorme bruit submerger la salle son portable s’éclatant contre le mur et s’éparpillant contre le sol. « Oui putain !! Oui je la protège, c’est la seule femme que j’ai jamais aimé !! » lui crie-t-il dessus. Il la laissa parler, il savait qu’il était déjà meilleur que le mec qui s’était mal occupé d’elle. Elle avait bien l’air de mauvaise humeur et grincheuse, comme les vieilles dames qui ont pas tirées de coup depuis des années. « Bien sûr, c’est l’homme qui a encore tort dans l’histoire. » Il continuait à riposter pourtant il s’arrêta lorsqu’elle agit étrangement et violement.
Il sentit la petite main de Kenza heurter une de ses joues. Son regard devint noir. Il bouillonnait de l’intérieur. Elle venait littéralement de le gifler. Il n’allait pas la frapper non plus, il était pas comme ça, il frappait pas sur tout ce qui bougeait encore moins les femmes. Il avait du respect pour les filles, sa mère lui a toujours appris à ne pas les blesser, quelque soit la manière.
Et sans vraiment lui laisser le temps de réagir, elle pose ses lèvres sur les siennes. Elle pensait vraiment que ça allait passer ? Au contraire ça le provoquait. Elle arrivait à le chauffer en moins de temps qu’il ne le fallait. Il avait chaud, chaud parce qu’elle l’avait énervé mais parce que son joli petit cul le narguait depuis qu’elle avait mit les pieds dans la salle de sport. Il ne bouge pas, ne fait rien, la laisse faire. Il en a envie, il a même envie de plus. Il recule et détache ses lèvres des siennes, pour la détailler du regard. Il arrivait pas à comprendre ce qui venait de se passer. Elle l’avait giflée pour l’embrasser par la suite. Il ne réfléchit pas longtemps et écrasa ses lèvres contre les siennes dans un geste violent pour l’embrasser comme un brute. Oui elle lui manquait alors qu’ils ne se connaissaient à peine, oui il avait eu envie de l’embrasser, oui il avait envie d’elle de suite et, oui il se foutait de ce qui allait se passer. Une de ses mains passe dans sa chevelure pour tirer légèrement dessus, elle venait de le provoquer. Et c’était connu, le sexe était meilleur après une dispute. Il réussit à se faufiler dans sa bouche pour aller morde sa langue, puis retourne à ses lèvres. Il retire sa veste et la jette au sol sans même quitter ses lèvres. Il se colle plus à elle et sa main passe sur le cou de Kenza et il ressert sa poignée et détache ses lèvres des siennes pour la regarder dans les yeux, le souffle coupé. Putain qu’est-ce qu’elle le rendait fou, il savait jamais comment se comporter avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 21:55

Tu aurais du tourner ta langue sept fois dans ta bouche avant de lui avoir adressé la parole, mais tu étais comme ça, sur le moment tu n’avais pas réfléchis une seule seconde et tu le regrettais vraiment. Tu ne voulais pas qu’il te déteste parce que sous la colère tu avais parlé de son ex-femme, alors qu’il t’avait fait entièrement confiance en lui confiant son secret lors de votre soirée. Tu le voyais bouillonné et tu te voyais bouillonné dans son regard, ce qui ne te plaisait pas du tout, parce que ce n’était pas dans ton caractère habituellement. Mais quand tu te trouvais avec lui, tu changeais de tout au tout et tu ne te reconnaissais plus du tout, ce qui était très déstabilisant. Tu voulais te faire pardonner, tu voulais que la pression baisse mais tu n’y arrivais pas et il ne t’aidait pas à ne plus monter dans les tours. Au contraire, tu avais l’impression qu’il faisait tout pour envenimer les choses mais tu ne pouvais pas le blâmer, vu que tu faisais la même chose de ton côté. Sauf que voilà, quand tu te sentis prisonnière entre ses bras, tu le giflas parce que tu avais nettement trop de colère en toi et que tu ne savais plus comment la faire sortir. Sauf que quand tu réalisas ton geste, tu vis ton père à ta place et ta mère à place de Gabriel, ce qui te fit un choc. Toi qui t’étais toujours promis de ne jamais lui ressembler et de ne jamais utiliser la violence, tu venais de le faire et tu avais vraiment honte. Se fut pour ça que les joues totalement rouges, tu plongeais sur ses lèvres pour te faire pardonner. Là, il y avait deux options ; soit il partageait le baiser, soit il te repoussait pour continuer de t’engueuler. Heureusement pour toi, le jeune homme choisis la première option, ce qui fit encore plus accélérer ton cœur dans ta poitrine. Tu voulais lui montrer que tu ne voulais pas lui faire la guerre, bien au contraire et tu te laissais donc faire, appréciant réellement le baiser échangé et tu réalisais également que ses baisers t’avais plus manqués que tu ne l’avais imaginé. Quand vos lèvres se séparèrent enfin, tu plongeais ton regard dans le sien, essayant de reprendre ton souffle, pendant que tu rougissais de plus en plus. Si on éteignait la lumière, tu étais certaine que tu pouvais faire office de lumière, tellement tu avais chaud. « Désolé Gabriel, je ne voulais pas, j’ai honte ! » Tu enfouies ta tête dans le creux de son cou et pendant que de petites larmes perlaient au coin de tes yeux, tes doigts se faufilèrent sous son pull pour caresser son torse, torse qui t’avait également beaucoup manqué. Tes lèvre déposaient des petits baisers le long de sa mâchoire pendant que tu te plaquais le plus possible contre lui, priant qu’il te pardonne et qu’il ne te jette pas en rigolant.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 23:36

« Donc … je suis censé faire quoi là ? On baise et après ? » il était cru dans ses mots parce qu’elle l’avait aussi été. Elle avait qualifié leurs échanges l’autre nuit de simple coucherie. Si c’était ce qu’elle souhaitait, soit. « J’accepte, je laisse passé … et ensuite on recommence, tu remets mon passé sur le planché, tu me frappes … et rebelote ? » Il passa sa main sur son visage. Il voulait pas de ce genre de relation, pas maintenant, pas tout de suite. Sa vie avait repris un rythme normal et lorsqu’il était prêt à tirer un trait sur son passé, non seulement son ex l’appelait tard la nuit mais une inconnue commençait a dicter ses faits et gestes. Il savait ce que s’était que de se plier aux désirs de madame et il était hors de question que ça recommence encore une fois. C’était un cercle vicieux, s’il laissait passer ça, il pouvait être sûr d’être son toutou pour le restant de ses jours. Avant qu’elle ne le plaque aussi et qu’elle le jette une fois usé. « J’veux pas être ton objet de vengeance Kenza. » il faisait référence à son père bien sûr mais aussi aux gens qui l’ont mal traités durant tout ce temps. Elle voulait se lâcher, voir la vie autrement il était content pour elle mais qu’elle se trouve un autre jouet. Il était pas prêt à lui laisser ce pouvoir là. « En vrai … je sais ce qu’il se passe. » finit-il par avouer.
« Tu veux t’amuser, avoir de l’expérience, voir de nouvelles choses, pas de soucis, je m’occuperai d’la baise, mais trouves-toi quelqu’un d’autre pour le reste. J’veux pas te laisse le pouvoir de m’écraser. Pas après ce que tu viens d’faire. » il faisait allusion au fait qu’elle est remit l’histoire de son ex femme sur le plancher. Il exagérait pas, c’était son histoire et personne d’autre n’avait le droit de lui en parler. Elle pouvait l’utiliser physiquement, tant qu’elle le souhaitait, elle pouvait faire tout ce qu’elle voulait avec lui, mais qu’elle ne l’anéantisse pas comme il l’a été autrefois. Il savait pas si cette fois-ci il survivrait.
Ses paroles étaient claires et précises, y’aura rien d’autre que du physique entre eux. Si elle voulait plus elle pouvait tirer un trait sur lui. Certes, elle pouvait mal le prendre, se sentir salie par ses paroles, mais avait-il ajouté qu’il en avait rien à foutre de ce qu’elle pensait ? Et bien, c’était le cas. Plus tôt il se débarrasserait d’elle, mieux les choses se porteraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Mer 14 Jan - 23:54

A ses côtés, tu étais totalement perdue et cela te donnait presque mal à la tête voir même le tournis et ça te perturbait de plus en plus. Une nouvelle fois, Gabriel reprit la parole et chaque mot prononcé fut un coup de couteau dans son petit cœur et dans son estomac. Bien entendu, tu n’avais pas espéré qu’un baiser allait tout effacer, quoique si, tout au fond de toi tu l’avais espéré. Tu aurais voulu reculer mais tu ne le pouvais pas vu que ton corps était déjà collé contre la paroi. Une nouvelle fois tu étais bloquée et tu détestais ça. Tu retiras tes mains de sous son pull et recommença à la fusiller du regard. Cette fois-ci c’était lui qui cherchait la bagarre et tu ne comprenais pas vraiment pourquoi vu que tu venais de t’excuser. Tu savais qu’il était autant têtu que toi, mais tu avais légèrement espéré qu’en t’excusant il allait te pardonner mais ce n’était apparemment pas dans son programme. Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres pendant que tu replongeais ton regard dans le sien. « Je n’ai jamais voulu te blesser avec ton passé Gabriel, les mots ont dépassé ma pensée et tu le sais très bien vu que je me suis excusée ainsi que pour la baffe. » Tu baissas la tête pour ne pas qu’il te voit encore une fois rougir, parce qu’à ce rythme-là il allait te prendre pour une folle et encore plus rire de toi et c’est exactement ce que tu voulais éviter. « Tu me prends pour qui en pensant que je veux jouer avec toi ? Pour une de ces putes que tu baises à longueur de journée et de nuits ? Franchement je ne pensais pas que tu allais me comparer à elle. » Tu relevais la tête et le repoussas légèrement pour que leur corps soit finalement séparé. Oui, tu avais envie de passer du temps en sa compagnie, de continuer de découvrir le vrai Gabriel comme tu avais commencé durant la nuit que vous aviez passée ensemble, mais il n’en avait vraiment pas envie. « Pourquoi tu penses que je veux t’écraser franchement ? Sa serait plutôt à moi de te dire ça ! Tu es plus populaire que moi, tu pourrais lancer une fausse rumeur sur moi en moins de deux secondes ! Franchement je ne pensais pas que tu penserais ça de moi. » Tu croisas une nouvelle fois les bras sur ta poitrine tout en te mordillant légèrement la lèvre inférieur sans savoir où poser ton regard, parce que tout t’attirait chez lui. « Tu comprends pas que je veux pas quelqu’un d’autre putain ? Si je t’ai permis de me prendre ma virginité ce n’est pas pour rien. » En réalisant que tu allais lui avouer qu’il te plaisait, tu déposas une de tes mains sur ta bouche et ferma les yeux quelques secondes. Tu venais d’éviter une gaffe monumentale et quand tu les rouvris, tu sentis une nouvelle montée de colère t’envahir. « Tu sais quoi Gabriel ? Tu m’énerves mais royalement ! Parce que tu me changes totalement et je ne sais pas gérer ça ! J’ai envie de te crier dessus, de te mettre ma salade en pleine tête tout en voulant t’enlever tes vêtements pour recommencer la nuit précédente ! » Tu laissas un léger crie de rage s’échapper d’entre tes lèvres tout en mettant un coup de pied dans la canette qui se trouvait près de toi.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Jeu 15 Jan - 12:37

« Tu t’es excusé, donc tout va bien … dans le meilleur des mondes tout est parfait, les choses sont redevenues normales ? » S’il suffisait de s’excuser pour avoir le pardon d’une personne, le monde serait un endroit merveilleux. C’était bête de croire que les choses s’arrangeront aussi facilement, parce que ça n’était pas le cas. Oui il l’avait laissé tombé le matin et s’était tiré comme un voleur, mais et ? Qu’est-ce que ça allait changer. Gabriel, c’était le Gabriel qu’elle voyait devant lui. Pas celui d’avant son ex femme, cet homme n’existe plus. « Je ne couche pas avec des putes Kenza, je paye pas pour le sexe. » lui lance-t-il simplement. Pourquoi est-ce qu’elle avait besoin de qualifier toutes les autres filles d’objets, de choses faciles ou simple. C’était des filles comme elle, qui contrairement voulaient s’amuser et ne pas se prendre la tête. « Je ne compare personne beauté, faut croire que maintenant, tu fais partit de ses filles là alors. » S’il suivait l’acheminement de ses paroles, elle se mettait dans le même sac. Il avait jamais essayé de la comparer à quiconque, encore moins aux filles avec qui il couchait régulièrement. Mais madame, la jalouse, voyait les choses autrement.
« Pourquoi est-ce que tu rejette le problème aussi facilement, si je t’écoute, si tu t’écoutes aussi, la faute est mienne, j’ai tout fais foirer, j’suis qu’un connard. » Il s’en battait les reins d’elle, pourquoi est-ce qu’il lancerait une rumeur sur elle ? Elle s’inventait des problèmes pour tout rejeter sur lui. Et il allait pas la laisser faire.
Elle lui fait alors comprendre clairement, qu’elle ne veut pas d’autre mec. Si elle n’en veut pas d’autre elle veut qui ? lui ? Hors de question. Sa petite déclaration, lui pinça le cœur. Elle s’était attaché à lui et lui il la repoussait. Mais c’était justement pour éviter ce genre de situation.
Il fit mine de ne pas avoir compris et ne répondit pas à sa remarque. Elle enchaina dans un crie de rage qu’elle ne savait pas quoi faire face à lui. Ses sentiments se mélangeait entre haine et désir. Il allait lui rendre les choses simples. « J’suis plus l’ancien Gabriel, si tu penses qu’il y rien qu’une petite chance que je sois encore le même. Détrompes-toi tout de suite. » Il recula alors instinctivement et va ramasser tout ce qui restait de son portable. « On va faire simple, y’a jamais rien eu … y’aura jamais rien. » il se relève et lui fait face dans un sourire méprisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Jeu 15 Jan - 13:00

Tu poussas un long soupir et te passas les deux mains dans ta chevelure tout en l’écoutant parler, ce qui te mettait encore plus en rogne contre lui. Il croyait quoi ? Que tu vivais dans un monde tout rose accompagné de bisounours et de licornes ? Pourtant il savait que ce n’était pas le cas vu qu’il connaissait ton passé. « Est-ce que j’ai dis ça ? Non je ne crois pas ! Jamais rien ne sera comme avant et tu le sais très bien Gabriel. » Tu n’aimais pas forcement la nouvelle Kenza, celle qui apparaissait à chaque que tu te trouvais à ses côtés, mais elle prenait le contrôle sans que tu le remarques vraiment. Tu levas ensuite les yeux au ciel quand il reprit ta phrase concernant les demoiselles avec qui il couchait régulièrement et encore une fois tu avais l’impression qu’il te prenait pour une quiche et si cela continuait, tu irais te faire teindre en brune peut-être que comme ça on te prendrait enfin au sérieux. Tu ne fis donc aucune remarque mais la colère monta encore d’un cran qu’en Gabriel te compara à l’une d’elle, tu le fusilla du regard et encore une fois tu dus te retenir de le gifler parce qu’à cet instant c’est tout ce qu’il méritait. On t’avait énormément rabaissé mais jamais à ce point et c’était encore plus douloureux parce que ça venait de lui. « Tu oses me comparer à une fille facile ? Et pourquoi hein ? Parce que j’ai couché pour la première fois de ma vie avec toi ou parce que j’ai osé te faire croire que d’autres avaient pu me toucher hors de mon lit ? » Les mots sortaient de ta bouche sans que tu les contrôles, sans que tu arrives à savoir si c’était ma ou pas ce que tu étais en train de lui dire mais là tout de suite, tu t’en fichais totalement, parce qu’il était en train de te mettre hors de toi et que c’était bien la première fois qu’une personne y arrivait. Sa remarque sur lui-même te blessas mais ne te blessas pour toi mais pour lui. Il était en train de se dévaloriser et ça tu ne le supportais pas, parce qu’il se voilait la face. Tu savais au fond de toi que l’homme que tu avais rencontré dans les douches et à qui tu avais donné ta virginité ne demandait qu’une chose, c’était de refaire surface. Tu te passas lentement une main dans les cheveux en déposant ton regard dans le sien tout en secouant légèrement la tête. « Arrête de dire ça Gabriel, tu ne veux juste pas souffrir encore une fois. Pourtant l’ancien toi tu me l’as montré et je sais que si tu en avais vraiment envie il pourrait réapparaître pour de bon. » Tu voulais lui prouver que tu avais raison, sauf que tu ne savais plus quoi faire pour. A chaque fois que tu disais quelque chose, il te le retournait en pleine figure et cela vous blessez tout les deux, du moins c’est ce que tu imaginais. En le voyant reculer pour prendre son portable qui c’était écrasé au sol peu avant, tu compris que si tu n’agissais pas maintenant il allait couper court à votre entrevue et tu n’en avais pas envie mais vraiment pas envie. Tu l’écoutas t’apprendre que tu devais oublier tout ce qui c’était passé entre vous et tu du te retenir te rire. A la place, tu t’approchas de lui, ne cessant pas de le fixer dans les yeux, un petit sourire sur le coin de tes lèvres. Une fois ton corps contre le sien, tu passas tes doigts sous son pull pour aller lui caresser le torse pendant que tes lèvres allèrent se déposer contre son oreille pour lui en mordiller le lobe. « Ose me dire que tu veux oublier notre nuit, ose me dire que me voir rougir ne te fais plus d’effet et que si j’enlève ton pull et que j’y dépose mes lèvres tu ne vas pas frissonner comme l’autre nuit. » Oui, tu étais totalement en train de le provoquer, mais encore juste un moment tu avais envie de sentir son odeur, de sentir ses lèvres sur les tiennes et ses caresses sur ton corps. color=#0099ff]« J'ai encore envie que tu m'appelle Blondie. »[/color]

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Jeu 15 Jan - 14:13

Oui il savait très bien que les choses ne changeaient pas aussi facilement. Mais elle lui laissait croire qu’elle pensait ça. Il lui montrait juste qu’elle avait tort, que tout ce qu’elle lui disait c’était du grand n’importe quoi. C’est sa colère qui parlait à sa place, mais aussi l’envie qu’elle le laisse tomber. Il ne l’avait pas comparé aux autres filles, il lui avait juste dit qu’elle faisait désormais partit du club des seules femmes qui avaient eu la chance de coucher avec lui, club qui s’agrandissait de plus en plus avec le temps. « Peu importe, choisis l’option qui te plait le plus. » lui dit-il en lui lançant un petit clin d’œil. Non, contrairement à ce qu’elle pouvait croire, il avait aucunement envie que l’ancien Gabriel refasse surface. « Non chérie, j’en veux plus de l’ancien Gabriel. Si tu le veux, va en pêcher un parmi ton groupe d’amis. » oui, il devait bien avoir des mecs timides dans son entourage. Il n’y avait pas que les meufs qui étaient comme elle. Il en avait déjà croisé des types comme elle. « Si tu veux j’en connais des mecs comme toi, je t’en présenterais un. » il la provoquait, c’était clair. Et ça l’amusait parce qu’il voulait voir sa réaction. Voir comment est-ce qu’elle allait réagir à son offre de cupidon. Il la regarde s’approcher de lui du coin de l’œil, il sait pas ce qu’elle voulait de lui. C’était fou, lui qui voulait se débarrassait d’elle, elle revenait à la charge en essayant de le séduire.
Elle le faisait exprès. Elle voulait pas le lâcher. Elle en voulait plus, et sa main qui caressait son torse commençait à vraiment le rendre fou. Mais il allait pas baisser sa garde aussi simplement. « Arrêtes Kenza, s’il te plait. » dit-il en fermant les yeux sous les caresses qu’elle lui offrait. Bien sûr qu’il en avait envie, putain, qu’est-ce qu’il avait envie de lui mener la vie dure avant de la prendre brutalement. Elle réussissait à lui donner des idées malsaines. Surtout dans une situation pareille. Il voulait la voir nue, complètement nue devant lui, à sa merci, comme l’autre fois. Mais il allait pas lui offrir les choses aussi facilement. Il ouvrit à nouveau les yeux et la plaqua contre le mur.
Il avait envie de l’embrasser, de lui faire ressentir sa colère mais aussi son désire. Choses qu’il éprouvait quand il la voyait. « Que du sexe Blondie, rien d’autre. » lui dit-il en mettant des limites avant même de commencer les choses sérieuses. Il voulait pas qu’elle lui fasse une autre crise la prochaine fois qui la croisait. Elle pouvait profiter de son physique, de lui mais que de cette manière là, rien d’autre. Pas plus. Il voulait pas lui donner plus. Il approche son visage du sien, frôlant ses lèvres. « C’est trop simple comme ça, faut que tu mérites les choses. » il avait une petite idée derrière la tête. Il la prend par la main et traverse la pièce pour ouvrir la porte du Gymnase juste à côté. Il pose son portable, du moins ce qu’il en reste sur les sièges et attrape un ballon de basket.
« On va jouer. » Il l’emmène devant le panier de basket et lui lâche la main. « Tu rates, tu retires quelque chose, tu marques je retire quelque chose. » Les règles s’appliquaient à lui aussi, mais il avait des années derrières lui de basketball. Il en raterait pas un. Il voulait la déshabiller sans même la toucher. Lui montrer qui tenait les reines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Jeu 15 Jan - 23:43

T’en avais presque marre de le voir rebondir à chacune de tes piques, parce qu’à chaque fois que tu essayais de l’atteindre, c’était toi au final qui souffrait le plus parce qu’il était plus doué dans le domaine. Normal, Gabriel devait certainement avoir quelques années d’expérience derrière lui, alors que toi tu débutais et tu étais vraiment très nulle dans le domaine. Ce qui prouvait bien que ta place de timide dans la société t’allait comme un gant. Tu l’observais tranquillement de ton regard bleuté, essayant à chaque fois de deviner ce qu’il avait en tête et ce qu’il allait dire, sauf que tu n’y arrivais pas, tu ne le connaissais pas assez bien pour pouvoir le décrypter. Tu te retins donc de faire une remarque sur sa première phrase, parce que de tout façon cela ne servait strictement à rien d’envenimer encore plus la situation, même si tu te demandais si elle pouvait encore empirer. Par contre, quand tu l’entendis te proposer de te faire rencontrer des gens de la même nature que toi, tu tiquas une nouvelle fois et tes joues se repourpèrent de rouge, mais tu ne savais pas si c’était de honte ou de colère. « Tu te prends pour qui ? Mon cupidon ? Sache que je suis bien assez grande pour me trouver quelqu’un si je veux un homme du même groupe que moi. » De tout façon c’était vite réglé, vu qu’il n’y que deux hommes dans ton groupe et que tu avais la nette impression qu’il avait disparu de la surface de la terre, vu que tu ne les avais pas croisés depuis une éternité et de tout façon aucun des deux n’était ton type d’homme. Alors que tes lèvres se redéposèrent contre sa peau, tu pensais avoir gagné la partie, sauf qu’une nouvelle fois tu te trompais, ce qui en devenait agaçant à la longue. Quand il te fit comprendre qu’il n’y aura rien d’autre que du physique entre vous, tu te mordis l’intérieure de la joue et poussa si9mplement un petit grognement pour lui faire comprendre que tu avais compris. De tout façon, si tu voulais le revoir, tu n’avais pas d’autre choix que d’accepter ses règles, du moins pour le moment. Ton cœur se mit à battre à cent à l’heure quand il frôla tes lèvres, tes paupières se fermèrent en même temps à moitié pour encore plus apprécié le moment, sauf que rien ne se passa comme prévu. A la place, il t’entraina dans la seconde salle, une salle que tu n’appréciais pas réellement, vu que tu étais extrêmement nulle en basket. Tu l’écoutas mettre ses règles en place et un long soupir s’échappa entre tes lèvres. « Pourquoi je sens que tu es en train de tricher ? » Tu lui pris le ballon des mains et te positionnas en face du panier en priant que pour une fois ta gaucherie disparaisse et que tu puisses rester légèrement habiller. Bien entendu, le ciel n’était toujours pas avec toi et à ton premier lancé, la balle passa bien au dessus du panier. Tu tapas légèrement du pied et en voyant le sourire de Gabriel, tu ne résistas pas et lui tiras la langue avant de retirer tes bottines. Après tout, il n’avait pas précisé par quel vêtement il fallait que tu commences, ce qui n’était pas plus mal. « J’espère pour moi que tu vas rater ce panier. » T’avais envie de le déstabiliser pour être certaine qu’il allait louper, mais tu ne savais pas quoi faire pour y parvenir sans avoir besoin de te mettre entièrement nue là tout de suite.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 18:33

Mais bien sûr, c’était tellement plus simple de lui faire croire qu’elle pouvait se trouver quelqu’un très facilement. Il n’en croyait pas un mot, d’un parce qu’elle était beaucoup trop réservé pour aller vers les autres et de deux, parce qu’il ne la laisserait finalement pas aller voir autre part. Il en serait fou de jalousie. Même s’il ne le montrerait pas il risquerait de s’énerver contre elle pour des conneries sans aller droit au but.
Dans un sens, elle lui appartenait un peu, il lui avait volé sa virginité et il en concluait qu’elle était à lui, lui ne se considérait pas comme étant la propriété de quiconque. Mais il était injuste. Les règles ne s’appliquent pas souvent à lui. Certaines fois il aime dominer et imposer des règles qu’il ne suivrait pas lui-même. C’était un peu pareil pour Kenza. Il ne lui promettait rien parce qu’il ne voulait pas souffrir mais il voyait mal Kenza aller voir ailleurs. Il faisait tout pour que justement elle le lâche et aille voir ailleurs, mais, il espérait au fond qu’elle s’accroche à lui et essaye de le changer. Chose qui s’annonçait difficile mais il risquait de très vite céder face à elle. Elle le faisait littéralement craquer lorsqu’elle rougissait. Il finit par ne rien lui dire, elle en avait déjà assez bavé avec lui.
Il remarqua alors qu’elle était loin de vouloir le laisser tranquille. Au contraire elle avait envie de reprendre là où ils s’étaient arrêtés la dernière fois. En gros, elle voulait recommencer. Il lui fit comprendre qu’il n’y aurait que du physique entre eux et lorsqu’elle grogna pour lui faire comprendre qu’elle avait compris il lâcha un petit rire. Elle était impatiente, ça l’excitait. Il l’emmena alors dans la salle d’à côté pour jouer à un petit jeu.
Lorsqu’elle lui avait pris le ballon des mains et qu’elle s’était placée en face du panier, il s’était positionné derrière elle en croisant les bras et son regard baissa plus bas sur le corps de Blondie. Il avait profité de la vue. Elle était plutôt bien dans ce jean qui lui serrait les fesses. Son sourire s’agrandit lorsqu’il la vit taper du pied et retirer ses chaussures. Puis il fronça les sourcils.
« Je dois aller chercher le ballon maintenant ? » lui lance-t-il en allant le récupérer. Elle avait bien ratée son lancé, et le ballon se retrouvait bien loin d’eux, question de bien le fatiguer. Il se remit en place et marqua le panier sans vraiment se démener. Il avait longtemps pratiqué ce sport, sport qu’il adorait plus que tout. Il avait même envisagé de se lancer dans une carrière de joueur de basketball mais il s’était finalement défilé, parce que son ex-femme avait pensé que c’était une mauvaise idée et qu’elle voulait le garder près d’elle, qu’elle ne voulait pas le perdre et voir toutes les filles lui tourner autour une fois bien connu. Il récupéra le ballon au rebond et le tendit à Blondie. Il était bien gentil de le lui ramener, mais, il aimait pas être méchant avec elle. Lorsque leurs regards se croisaient il ressentait comme une envie d’être le mec le plus gentil sur terre, la prendre dans ses bras et l’embrasser tendrement. Mais il ne le faisait pas, parce qu’il voulait pas qu’elle se fasse de fausses idées. Il avait peur de la faire souffrir comme on l’avait fait souffert lui.
« Attends, j’vais te montrer comment faire. » Il se posa derrière elle, remit le ballon entre les mains de Blondie. Il glissa ses mains le long de sa taille pour la repositionner correctement devant le panier. Ses lèvres collées contre l’oreille de la jeune femme il sourit lorsque son odeur gagna ses narines. Elle était belle, intelligente, sentait bon et était plutôt un bon coup. Elle avait tout pour elle. Il risquait de vraiment craquer pour elle s’il ne prenait pas ses distances.
Ses lèvres contre son oreille il lui murmurait quelques instructions pour qu’elle puisse marquer cette fois-ci. « Tu fléchis les jambes une fois que tu veux marquer. » Il resserra sa main autour de sa taille, il avait envie de la retourner et de l’embrasser, de laisser tomber leur jeu et de commencer les choses sérieuses. Il déposa un baiser au creux de son cou et recula aussitôt ses lèvres décollées.
« Ecartes les jambes. » lui dit-il. Un conseil plein de sous entendus, il essayait non seulement de la déstabiliser mais aussi de lui faire des avances ouvertement, avances certes pas très romantiques. Il allait surement pas se la jouer romantique avec elle, il a toujours été cru avec les filles depuis quelques années, il allait surement pas changer, pas avec elle. Bien au contraire il allait même lui apprendre à comment faire comprendre à un mec ses envies sans aller par quatre chemins et être directe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 20:05

T’étais nulle voir même très nulle au basket mais tu n’allais pas lui dire parce que sinon il allait jubiler de gagner rapidement et tu ne voulais pas lui faire ce plaisir. Comme tu t’en étais doutée, la balle passa bien trop en dessus du panier pour que celle-ci puisse y entrer. Donc suivant ses règles mais voulant le faire patienter, tu enlevas simplement ta paire de bottines. Gabriel allait donc devoir patienter pour profiter du reste, même si tu avais sentie son regard dans ton dos et bien plus bas pendant que tu lançais la balle. Tu lui fis un sourire innocent à sa remarque. « Et oui, tu as voulu faire ce jeu alors faut te bouger. » Tu laissais un petit rire s’échapper d’entre tes lèvres en t’enlevant de devant le panier pour le laisser tirer, tir qui arriva pile où il fallait, ce qui ne t’étonnait qu’à moitié. Tu te doutais légèrement qu’il devait être doué en basket, sinon il ne t’aurait pas proposé de faire des lancés francs. Tu l’observas tranquillement aller récupérer le ballon et lui fis un grand sourire en lui prenant des mains. « Mais que monsieur est galant. » Alors que tu te replaçais pour louper ton second tir, tu le sentis dans ton dos et ton cœur accéléra dans ta poitrine. Maintenant qu’il voulait t’aider, tu étais encore plus certaine de louper ton tir, parce qu’il te déstabilisait encore plus. Tu fermas quelques secondes les yeux pour essayer de reprendre contenance, mais c’était chose impossible, il te faisait bien trop d’effet et tu écoutais à peine ce qu’il te dit pour essayer de t’aider à faire entrer la balle dans le filet. Son baiser te fis frissonner et là tu compris que s’il continuait de te déstabiliser, tu serais rapidement nue comme un ver devant lui. Tu acquiesças lentement à sa remarque sans quitter la balle des yeux. Il fallait à tout prix que tu oublies sa présence derrière toi mais il émanait quelque chose de tellement intense, que c’était juste impossible. Lentement, ton regard se déposa sur le panier de basket et tu lanças la balle, essayant de suivre les instructions du jeune homme et celle-ci hésita quelques secondes au bord du panier, avant de retomber mollement sur le sol. Un long soupir s’échappa d’entre tes lèvres et tu allas la récupérer pour lui remettre dans les mains. « C’est de ta faute cette fois-ci, tu m’as totalement déstabilisé. » Tu plantas ton regard dans le sien et lentement, tu enlevas ton pull pour te retrouver en soutien-gorge. Cela te gênait légèrement tu essayais de te convaincre que tu étais simplement en maillot de bain. Tu te plaças ensuite dans son angle mort et croisa les bras pour l’observer lancer la balle. « Oh flûte, mon soutien-gorge vient de se détacher. » Tu venais de lui lancer cette petite pique au moment où tu avais remarqué qu’il allait lancer pour marquer un nouveau panier et tu espérais donc que cela allait assez le déstabiliser pour qu’il loupe son lancé. Tu laissais un sourire angélique sur ton visage, et observas quelques instants les alentours en essayant de te retenir d’éclater de rire.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 21:23

Le jeu venait à peine de commencer, qu’elle avait déjà du retard sur lui. Du moins … elle était très en retard si on comptait les points mais ses vêtements tombaient petit à petit. Il allait littéralement la déshabiller. Pour son plus grand bonheur à lui. Ca ne serait pas la première fois qu’il la voit nue, mais, jamais il ne se lasserait de voir une femme nue, jamais. Surtout pas Kenza, elle était sexy sous sa timidité et son petit corps réussissait à le chauffer très rapidement. Il sourit lorsqu’elle le taquinait.
Il reprit le ballon pour tirer à son tour sauf que Blondie a eut une merveilleuse idée, qu’elle allait payer après.
Il venait de l’entendre. D’entendre la phrase qui venait de le déstabiliser au même moment où il tira mais son regard dériva sur la poitrine de Blondie pour profiter de ce petit incident. Quel con, elle venait de le piéger, quelle tricheuse. Elle avait attiré son attention pour qu’il rate, chose qui se déroula comme elle l’avait prévu. Il s’approcha de la balle qui retomba et il la balança aussi loin d’eux, pour finir par retourner aux côtés de Blondie. Ses yeux plongés dans les siens. Elle venait de le provoqué. Et comme un idiot il y avait cru, sa voix innocente, ce regard d’ange. Ca l’excitait plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Son boxer le serrait déjà, elle ne pouvait pas s’imaginer quel effet elle avait sur lui. Il retira son pull aussi se retrouvant torse nu devant elle, il balance alors son pull au sol et passe derrière elle. Il attrape l’élastique qui se trouvait sur le poignet de Blondie et vint attacher lentement ses cheveux dans un chignon haut. « Tu sais comment je puni la tricherie ? » Dit-il en la retournant vers lui, il passe son doigt sur sa gorge pour aller le poser sur son menton qu’il soulève pour que leurs regards se croisent. « Vilaine tricheuse ! » Il passe sa main derrière son dos pour venir coller leur deux corps. « Je vais te punir, t’as pas le droit de tricher, tu m’entends ? » lui dit-il sur un ton à la fois sérieux mais coquin. Il était impatient, et qu’elle réussisse à le déstabiliser de la sorte le rend encore plus impatient. Il dégrafe son soutien-gorge approchant ses lèvres de son oreille. « Sshh ! » murmure Gabriel avant même qu’elle ne dise quelque chose. Il l’arrache brutalement et le balance très loin. « Tu le remets c’est ta petite culotte que j’arrache. » lui dit-il en souriant. Il recule et pointe le panier du doigt. « Va chercher la balle maintenant et on continue. » Il baisse son regard sur sa poitrine dévêtue. « Et sans tricher ! » Il affiche un sourire tout con et lui tourne le dos. Il essayait de la provoquer au maximum pour que lorsqu’ils commenceront les choses sérieuses elle mette toute sa colère sur lui, qu’elle le possède comme jamais elle ne le fera. Il voulait voir son côté rebelle et dominant. Il voulait faire ressortir ses côtés sombres, ceux qu’elle n’a jamais utilisés avant. Ceux dont elle ignorait l’existence. Il s’avança vers le panier pour se mettre à côté. Il voulait la voir en face, voir sa poitrine bouger alors qu’elle ferait l’effort d’essayer de marquer. Il voulait la déstabiliser et lui prouver qu’elle n’avait pas le droit de tricher. Surtout pas avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 21:50

Tu jubilais d’impatience de voir si oui ou non ton petit manège allait assez le déstabiliser pour qu’il rate son shoot. Tu étais tellement impatiente que tu ressemblais presque à une petite fille devant des cadeaux qu’elle pourrait déballer dans quelques secondes. Ton regard était posé sur le jeune homme et tu priais qu’il rate juste pour avoir le bonheur de le voir retirer un vêtement devant toi. Quand tu vis le ballon ne pas passer l’anneau, tu te mordis la lèvre pour ne pas crier de joie. Tu n’avais vraiment pas pensé que ta petite idée marcherait, mais après tout Gabriel n’était qu’un homme et aucun homme ne pouvait résiste à une telle phrase. Tu le regardais s’approcher de toi lentement et patiemment tu attendais qu’il mette en pratique les règles qu’il avait fixées au début du jeu. Ton regard suivait chacun de ses mouvements et quand enfin son torse apparu à la vu de tous, tu sentis ton excitation monter d’un cran. Tu l’observais avec une pointe de gêne dans le regard, parce que finalement ce n’était que la deuxième fois que tu le voyais comme ça. Ton regard se replongea rapidement dans le sien et tu souris un peu plus à sa remarque, parce qu’apparemment il n’aimait pas quand tu le provoquais, alors qu’il faisait pareil avec toi. Tu le laissais te toucher les cheveux sans bouger d’un millimètre tout en te demandant ce qu’il avait en tête. « Non mais tu vas me le montrer rapidement je pense. » Une fois ton corps collé au sien, tu ne quittais plus son regard, ayant hâte de voir ce qu’il avait en tête. Tu sentais ta respiration accélérer et tu savais que les prochains lancés allaient être encore plus difficile surtout que vous étiez à égalité ou presque. Alors que tu pensais qu’il allait t’embrasser ou faire quelque chose dans ce style, tu sentis ton soutien-gorge se dégrafer et tu le vis atterrir dans la salle avant même que tu aies eu le temps de bouger le petit doigt. Tes joues s’empourprèrent et encore plus quand tu entendis sa remarque. Il était en train de tricher et ce n’était pas du jeu, même si c’était lui qui avait fixé les règles, il n’était pas en train de les suivre. « Tricheur » C’est le seul mot que tu sortis alors que tu allais chercher la balle que Gabriel avait lancé à l’autre bout de la salle et tu étais certaine que c’était une seconde punition. Une fois en place pour tirer, tu rougis encore plus et tu étais vraiment mal à l’aise, vu qu’il se trouvait en face de toi et qu’il était en train de te fixer où plutôt ta poitrine. Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres pendant que ton cerveau tournait à cent à l’heure pour trouver une nouvelle parade pour le faire louper son prochain shoot. Comme il l’avait très certainement prévu, la balle n’entra pas dans le panier, ce qui te fit rougir sachant que maintenant tu allais devoir enlever ton jeans, ce que tu fis lentement en essayant d’en montrer le moins possible. Une fois fais, tu croisas les bras sur ta poitrine et planta ton regard dans celui du jeune homme. « Je te laisse aller chercher ton précieux, enfin si tu n’es pas trop hypnotiser par ce que tu es en train de mater. » Tu dis ça en rougissant de plus belle et en te tortillant pour te cacher le plus possible à sa vue. Alors qu'il te tournait le dos pour récupérer la balle, tu le rejoins et te collas à son dos, déposant tes lèvres contre son oreilles et tes mains sur son torse. « Je vais te mettre une difficulté supplémentaire vu que tu es doué. Tu devras lancer les yeux fermé alors que je serais collé contre toi. »

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 22:44

Il lui retire son sous-vêtement comme pour la punir. Elle n’avait pas respecté les règles et il devait mettre des limites à ne pas dépasser. Il lui ordonna de ne pas le remettre ce qu’elle fit. Il sourit face à son comportement. Elle était adorable. Il avait hâte que ce petit jeu se termine pour profiter de son trophée. Jusque là il menait la danse depuis le début, elle avait réussis à le déstabiliser, en trichant certes, mais elle avait réussis à lui faire rater quelques tirés. Il sourit alors lorsqu’il la voit toute mal à l’aise dans cette situation. Il profita de la vue lorsqu’elle tira. Voir cette poitrine se mouvoir lorsqu’elle fit un petit bond pour tirer, ça créait pleins d’émotions en lui. Du désir comme jamais il n’avait désiré une femme. Même pas son ex-femme, alors qu’elle était quand même une très belle femme. Kenza avait quelque chose en plus, peut être sa réserve et sa retenue. Cette timidité qui changeait la donne. Il va chercher le ballon et lorsqu’il lui tourne le dos elle saute sur l’occasion pour l’handicapé plus qu’il ne l’était. Elle lui avait demandé de tirer les yeux fermés. Elle rigolait non ? Non seulement c’était pas possible il avait arrêté de jouer depuis quelques mois pour se permettre ce genre de chose mais aussi parce qu’elle lui collait comme une moule sur un rocher.
« Tu te fous de moi ? » lui dit-il en rigolant. « Je peux à peine lever les bras si tu me tiens comme ça Blondie. » Elle voulait vraiment le mettre en difficulté. Tout pour gagner, c’était bien, elle ne lâchait pas aussi facilement. Elle se battait pour gagner peu importe comment. C’était mignon. Il avait envie de perdre juste pour la voir sourire, lui faire plaisir. Et dans un geste qu’il contrôla très bien il fit semblant de tirer la balle à côté du panier. « Flûte, j’ai raté. » dit-il en souriant. Il répétait ce qu’elle lui avait dit quelques instants avant. Il se retourna vers elle en lui souriant puis il fronça les sourcils lui montrant qu’il était pas content d’elle. Elle continuait sur sa lancée, elle continuait ses petites tricheries. Il recula et retira ses chaussures. Si elle pensait qu’elle le dévêtirait aussi facilement elle se trompait bien. Il balança ses chaussures et récupéra le ballon qui rebondissait encore. Il s’approcha d’elle après avoir bien profité de la vue. « Un lancé, plus qu’un seul. Si tu réussis à le mettre je te laisse faire ce que tu veux, j’suis à toi. Mais, si tu rates, Blondie tu vas sentir le vent souffler et … » oui parce qu’il y avait un et. « Tu feras ce que je veux. » ah bah oui. Un deal était meilleur avec quelque chose à emporter. Contrairement ce qu’il lui proposait c’était de marquer et il était tout à elle, il obéirait à tous ses ordres pour cette fois-ci. Elle, et, elle seule imposera ses règles. Cependant, si elle ratait, non seulement elle retirera tout ce qu’il reste comme vêtement sur elle mais il continuera à imposer ses règles. Elle avait pas vraiment envie que la deuxième solution l’emporte, parce que si c’était le cas il ferait tout ce qu’il veut d’elle. Il lui jette la balle dans ses mains en attendant qu’elle tire l’ultime lancé pour déterminer qui partira avec son trophée. « J’ai hâte de te voir complètement nue Blondie. » lui dit-il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 23:01

T’espérais qu’il allait accepter ton défi totalement nul mais c’était tout ce que tu avais trouvé pour le déstabilisé vu que tu n’avais pas encore envie d’être totalement nue devant lui. Tu n’étais également pas très bien placé pour qu’il réussisse son tir, mais c’était fait totalement exprès parce que tu te doutais bien que si tu lui laissais plus d’espace pour ses bras, il réussirait à marquer un panier, même les yeux fermés. Tu lui fis un grand sourire quand il te fit remarquer qu’il ne pouvait pas bouger et laissa même un léger rire s’échapper d’entre tes lèvres. « Tu crois que je ne le sais pas ? T’es trop doué pour que je te laisse encore marquer un panier. » Un très léger cri se joie s’échappa de ta bouche quand tu le vis louper, sans te douter une seule seconde qu’il avait pu le faire exprès. Naïve ? Totalement même si à cet instant, tu ne le réalisais pas vraiment, pensant qu’il ne trichait pas juste pour te faire plaisir. Mais en voyant qu’il enlevait seulement ses chaussures, tu boudas légèrement en continuant de te tortiller comme un asticot. C’était la première fois que tu étais quasiment nue en plein jour et dans un endroit où n’importe qui pouvait te surprendre. Alors que tu venais de récupérer le ballon que Gabriel venait de te passer, tu l’écoutais attentivement en comprenant tout l’enjeu qu’avait ton dernier shoot. Il venait de te mettre la pression et maintenant qu’il savait que tu étais nulle à ce jeu, il devait se douter qu’il allait gagner et pas seulement la partie, mais également ton corps totalement nu devant lui dans une pièce éclairée. Tu avalas avec difficulté ta salive en observant le jeune homme et ensuite le panier qui avait reculé, enfin c’était seulement dans ton imagination, mais tu étais tellement stressée à cet instant que tu délirais presque. « Tu sais mettre la pression quand il ne faut pas toi. » Tu lui fis un grand sourire espérant lui faire croire que tu avais toute confiance dans tes compétences alors que c’était exactement le contraire. Tu restas immobile quelques instants et au moment où tu lançais la balle, celle-ci partie de travers et tout ça à cause de sa dernière remarque. Tu te retournas pour lui faire face alors que la balle retombait mollement bien loin du panier et plongeas ton regard dans le sien. « T’avais pas le droit de me déstabiliser tricheur ! Et bien tu sais quoi ? Pour te punir, tu vas devoir l’enlever toi-même ma petite culotte. » Et pendant que tu parlais, tu reculais en même temps, un petit sourire sur les lèvres et tu étais même prête à te mettre à courir, juste pour faire encore durer ce moment privilégier encore plus longtemps.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    Ven 16 Jan - 23:31

Elle rate son lancé et, son sourire s’agrandit encore plus. Elle venait de perdre. Il allait faire tout ce qu’il voulait d’elle sans qu’elle ne refuse. Elle serait à sa merci. Il pensait qu’elle allait broncher mais finalement se rendre et s’avancer vers lui timidement. Seulement ce qu’il n’avait pas calculé c’est qu’elle le fuirait. Elle lui dit que c’est pour le punir. Elle se rend pas compte que c’est elle qu’il va punir. Il avance lentement vers elle. « Kenza. » lui dit-il en continuant à s’avancer vers elle dans l’espoir qu’elle s’arrête et se rendre gentiment. Ce qu’elle ne fait bien sûr, pas. Entêtée elle se met alors à courir. Il soupire elle allait vraiment le faire courir ? Si c’est ce qu’il fallait pour qu’il récupère son trophée il allait lui courir derrière. Elle était petite de taille, il avait de plus longues jambes qu’elle, il arriverait à très vite la rattraper.
Il lui court alors derrière, elle lui échappe une fois, deux fois mais elle se dirige vers les vestiaires et, il sait qu’à l’intérieur la seule sortie c’est l’entrée. Elle y entre, il bloque la porte assez fermement pour qu’elle ne réussisse pas à l’échapper une troisième fois. « Tu sais … tu vas pas réussir à me fuir éternellement Blondie. » Il pousse un banc, puis un autre pour encombrer le chemin, dans l’unique but qu’elle est du mal à se déplacer. Il passe entre les cassiers, un par un. Et il la voit au fond, ses bras croisés sur sa poitrine, toute nue. Le dernier tissu lui semble être un supplice. Il s’avance vers elle rapidement avant même qu’elle n’est le temps de s’enfuir. Son bras passe autour de son ventre et il l’attire aussi vite vers lui. Il la bloque contre le carrelage de derrière elle dans un grand sourire.
« Tu devrais t’excuser. » lui lance Gabriel à quelques centimètres de son visage. Il passe ses mains le long de son dos pour s’arrêter sur ses hanches. « Ta respiration … la chaleur de ton corps. » Il approche son bassin au sien. Il en a envie, elle peut le sentir. Ses mains glissent vers ses fesses qu’il vient compresser contre ses paumes de ses mains. « Tu te souviens ? Mes règles, mes ordres ? » Il se recule et ouvre son jean qu’il retire et jette au sol. « Si tu ne m’écoutes pas … je risque d’être très vilain. » Il se rapproche d’elle à nouveau et colle le bas de son ventre contre la peau de Blondie.
Une de ses mains se fait coquine et va entre les jambes de Kenza, il la caresse, la pince et retire sa main brutalement, pour qu’elle en redemande. « Laisses l’autre Kenza prendre le dessus, laisses la s’exprimer. » il voulait pas voir la Kenza toute timide, il voulait voir l’autre. La rebelle, l’audacieuse. Celle qui prendrait ce qu’elle voulait. Celle qui veut assouvir ses besoins sans avoir honte de faire ce qu’elle va faire. Il finit par passer une de ses mains dans sa petite culotte pour aller continuer ses caresses. « Dis-moi ce que tu veux … » il lui ordonnait de s’exprimer. Et il était loin de vouloir entendre la gentille Kenza s’exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (kenza) - i'm staying in my play pretending    

Revenir en haut Aller en bas
 

(kenza) - i'm staying in my play pretending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Faites nous partager vos play-list Deezer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ACADÉMIE :: Le premier étage :: Salle de sport-