AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de laisser un mot sur BAZZART & PRD
Le bal a ouvert ses portes ici amuse-vous les licornes

Partagez | .
 

 un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Lun 5 Jan - 21:40

Bien vite, beaucoup trop vite à ton goût vos corps c’étaient détachés l’un de l’autre et une serviette vint rapidement remplacer la chaleur de Gabriel. Un soupir s’échappa d’entre tes lèvres et tu le regardais sortir de la cabine de douche sans avoir honte de le mater de la tête aux pieds. Il avait su te mettre à l’aise sans que tu t’en rende compte et alors que tu étais vraiment prête à t’offrir à lui, voilà qu’il avait tout stopper, parce que tu n’avais pas eu l’idée de mettre un préservatif dans ton sac. Rien que d’y penser, tu avais envie de te taper la tête contre les murs. C’était pourtant quelque chose de basique, que les professeurs vous répétaient à longueur de journée et tu devais certainement être la seule à ne pas l’avoir fait. « Seulement me border ? Je ne suis pas certaine de savoir rester sage maintenant. » T’avais fais exprès de lui lancer une petite pique, juste pour qu’il remarque que tu avais toujours autant envie de lui. Tu l’observais tranquillement, un doux sourire sur les lèvres et tu en oubliais presque de te vêtir pour l’emmener ensuite dans ta chambre. Heureusement pour lui que tu n’étais pas une de ces demoiselles coquette qui mettait dix ans pour se préparer, parce que sinon vous auriez passé la nuit dans cette pièce. Au bout de seulement quelques minutes tu fus prête et tu lui attrapas la main pour le diriger vers ta chambre vide pour le moment. Tu avais envie de l’embrasser, te sentir une nouvelle fois ses doigts sur ton corps mais tu te retenais, car tu n’étais pas ta copine de chambre qui était capable de sauter sur un homme dans les couloirs. Tu étais encore beaucoup trop timide pour ça et tu n’étais de toute façon pas certaine qu’il aime ça, qu’on lui saute dessus à tout moment. Rapidement, tu te retrouvas devant la porte de ta chambre que tu ouvris pour entrer en compagnie du jeune homme. A peine refermée, tu te retournas et déposa tes lèvres contre les siennes. Tu n’avais plus du tout sommeil et tu avais de découvrir à ton tour son corps, comme il l’avait fait avec le tien dans la douche que vous veniez de quitter. Tes doigts passèrent rapidement sous son t-shirt. « Malheureusement, le sommeil a quitter mes yeux, c’est bête n’est-ce pas ? » Oui, tu devenais audacieuse, mais simplement parce que tu étais en sa compagnie. Tu espérais donc réellement qu’il allait accepter de rester encore un moment en ta compagnie et même si tu ne franchissais pas le cap ce soir, ce n’était pas grave. Tu avais juste envie de sentir ses lèvres sur ton corps et de pouvoir découvrir encore de nouvelles sensations et surtout découvrir ce qu’il aimait lui, parce que tu n’avais pas pu beaucoup l’explorer.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Lun 5 Jan - 22:27

Il voyait clair dans son jeu, et sa petite réflexion, il leva les yeux au ciel. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire d’elle. Il remarquait bien qu’elle avait commencé à se lâcher à ses côtés. C’était bien et il appréciait ce qu’elle dégageait à présent mais c’était plus que ce qu’il avait pu espérer. Elle le voulait vraiment. « Je t’attacherai au lit s’il le faut. » et même lorsqu’il était sérieux ça avait une connotation sexuelle. Il avait pas eu envie de dire ça ainsi mais c’était sortit comme ça. Il lui offrait son dos et sans s’en rendre compte il sourit. Rien qu’à s’imaginer la scène c’était plutôt agréable. Non, stop. Il reprit ses esprits alors que la main de Kenza glissa entre ses doigts. Elle l’emmena dans sa chambre et une fois la porte refermée après eux il fut surpris qu’elle lui saute dessus et l’embrasse. Il répond instinctivement à ses lèvres. Il approchait ce qu’elle arrivait à faire avec ses lèvres et il se rendait compte qu’elle y avait pris goût et qu’elle embrassait plutôt bien, très bien même.
« Kenza. » souffle Gabriel entre deux baisers. Elle avait l’air très précise quant à ses envies. C’était pas possible. Il allait pas pouvoir se retenir si elle continuait ainsi. Il la repousse lentement mais elle revient à la charge et il ses idées sont bien en place dans sa petite tête, il avait réellement envie d’elle mais il pouvait pas coucher avec elle. Pas tout de suite. Pas maintenant. Il la repousse une dernière fois et il hausse pour la première fois la voix sur elle. « Kenza !!! » Et tout s’arrête dans un long silence. Il avait posé ses mains sur chacune de ses épaules en la poussant pour garder une certaine distance. « Tu veux que je te prennes maintenant alors que tu connais rien de moi ? » il passe une main sur son visage et la lâche. « Désolé. » Il était allait trop loin, il en était désolé mais elle l’avait poussé à agir ainsi et à lui balancer ce à quoi il pensait pas vraiment. Il essayait de la blesser un peu pour qu’elle prenne de la distance qu’elle ne veuille plus de lui. « Tu veux pas qu’on parle plutôt ? J’aimerai apprendre à te connaitre avant qu’il se passe quoique ce soit. » Il se racla la gorge et se couche sur le premier lit qu’il aperçoit. Il tapote dessus pour qu’elle vienne se coucher à côté de lui.
Il finit par lui sourire, il était franchement bipolaire avec elle, mais au fond il arrivait juste pas à rester sérieux et méchant avec elle. « Viens, et si tu te portes bien je ferai c’que tu veux. » Ses yeux se baladent sur son corps habillé, il commençait déjà à regretter le fait qu’elle s’était habillée. Bah quoi ? C’était un mec. Il pouvait dire un truc et penser tout le contraire. Il croise ses bras et les met derrière sa tête dans le but de s’appuyer dessus en attendant qu’elle vienne se coucher près de lui. Il espérait qu’elle arrêterait son petit jeu de séduction sinon elle risquait franchement de le regretter plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 6 Jan - 11:30

Tu ne savais pas pourquoi mais en sa compagnie tu avais la nette impression de pouvoir être toi-même, que tu pouvais te laisser aller sans avoir peur d’être jugée. Se fut donc pour ça que dès que la porte de ta chambre fut refermée, tu décidas de reprendre là où vous vous étiez arrêté dans les douches. Tu avais encore envie de sentir son corps contre le tien et tu te doutais bien que c’était pareil de son côté. Tes lèvres se déposèrent rapidement contre les siennes et en le sentant répondre à ton baiser, un doux sourire apparu sur tes lèvres et tu accentuas encore le baiser. Une première fois, Gabriel essaya de te repousser mais contre tout attente, tu revins à la charge, te disant que c’était un simple jeu, un peu comme dans la douche. Sauf que quand il te repoussa la seconde fois et que tu l’entendis hausser la voix, tu compris qu’en réalité il ne voulait plus du tout de toi. Tu devins rouge pivoine et reculas de quelques pas tout en baissant la tête. Apparemment son envie était passée était passée plus vite que tu l’avais imaginé et tu te demandais donc pourquoi il t’avais suivis dans ta chambre. Tu avais tellement honte de ton comportement, que tu n’osais même plus lever la tête et en l’entendant prendre la parole, tu secouas légèrement la tête. Lui qui avait réussis à te sortir de ta timidité, il réussit également à t’y replonger en moins de deux secondes et ça simplement parce qu’il avait parlé un peu trop fort. Mais il ne pouvait pas savoir qu’une personne qui prenait se ton en sa compagnie la faisait replonger dans son passé, un passé qu’elle essayait vainement d’oublier avec les années. « Je, euh… Désolé tu dois me prendre pour une folle. » Les larmes te montèrent aux yeux et au bruit que tu entendis près de toi, tu compris qu’il venait de s’installer sur ton lit et un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres. Toi qui avait toujours tout fait pour ne pas ressembler à toutes les autres filles, voilà que tu en étais devenue une en moins d’une nuit. Tu relevas légèrement la tête quand il te dit qu’il voulait apprendre à te connaître. Est-ce que tu avais bien entendu ? Après avoir découvert son corps, sans être allé jusqu’au bout, il voulait apprendre à la connaître elle ? Pourquoi d’ailleurs… Pour pouvoir mieux se payer sa tête dans quelques heures, pouvoir lancer des rumeurs sur elle ? Après tout, il n’avait pas tort, tu ne le connaissais pas du tout. Tu l’observas quelques instants en te mordillant la lèvre et surtout en te demandant si c’était réellement une bonne idée d’aller le rejoindre pour discuter. Un léger silence se fit entre vous et après un moment de réflexion, tu allas t’asseoir au bord de ton lit, à seulement quelques centimètres de lui. Tu ne savais plus comment réagir en face de lui et ton regard le fuyait de plus en plus. « Pourquoi tu te comportes comme ça ? » D’accord, c’était plutôt lui qui aurait du te poser cette question, parce que c’était quand même toi qui était passé de très timide à débauchée de première. Lentement, tu passas une de tes mains dans tes cheveux encore mouillés, hésitant toujours à le regarder.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 6 Jan - 17:52

Sa question lui tombe dessus. Il sait pas quoi lui répondre. Qu’est-ce qu’elle voulait qu’il lui dise. Qu’il était comme ça parce qu’il avait pas envie de la blesser. Qu’il avait envie de la voir s’épanouir mais avec quelqu’un d’autre. Un type qui saura prendre soin d’elle. Il la regarde dans les yeux et fronce les sourcils. Il lui en veut de pas le comprendre, de ne pas essayer de voir plus loin que ses gestes. De comprendre ce qu’il essaie de lui dire. Et puis merde, qu’elle attende un peu. Où est le problème ? Il se lève et passe une main sur son visage. Cette situation le pesait. Ils étaient rien l’un pour l’autre et pourtant il avait envie de se justifier auprès d’elle. D’essayer plus fort. Mais c’était pas le nouveau Gabriel et ça ne sera jamais plus jamais le même pas depuis qu’il s’est promis de plus faire confiance à une femme. Debout, désespéré il se parle à lui-même en espagnol sa langue maternelle, il était logiquement Italien parce qu’il était né là bas, mais sa mère était espagnol et son père anglais. Son paternel avait décidé d’emménager en Italie pour son travail et jusqu’à son divorce Gabriel y a vécu. C’était globalement l’histoire de sa vie. Il fouille dans les tiroirs de la chambre et finalement il trouve ce qu’il cherchait ; la protection qui les avaient empêchée de pas aller jusqu’au bout plus tôt. Il avait pas envie de lui répondre et il allait pas lui répondre. Il pose le petit sachet sur le rebord du lit et se met en face de Kenza toujours debout, il retire son t-shirt, il l’attire vers lui la regarde dans les yeux et la quitte un instant, il retire la couette du lit pour retourner porter Kenza et la coucher sur le lit. Si c’est ce qu’elle voulait il allait lui donner. Et puis ça n’allait pas être vraiment difficile, il la voulait, il allait faire ce qu’il faisait toujours avec les filles. Prendre ce qu’il avait envie de leur prendre et se tirer comme un voleur. Il la déshabille sans la laisser dire quoique ce soit et la laisse en sous vêtements. Son visage regagne son sourire coquin lorsqu’il voit ce qu’il a en face de lui. Il la rejoint alors et passe lentement ses mains le long des jambes de Kenza. « Je suis désolé, je pensais pas ce que j’ai dis. » Il se couche au dessus d’elle et son visage près du sien il sent sa respiration, son odeur, sa timidité qui était revenue. « J’ai envie de toi et il suffit que tu baisse les yeux pour le voir, je me retiens même de te l’exprimer autrement, c’est juste que je pensais que tu aurais souhaité autre chose pour ta première fois. Quelque chose de différent, qui sort de l’ordinaire. » Il pouvait pas être plus clair et précis. Il espérait qu’elle s’arrêterait avec ses questions auxquelles il ne sait pas répondre franchement et honnêtement devant elle comme devant tout le monde en faite. « Je peux t’embrasser maintenant ? » lui demande-t-il. Elle était peut être fâchée et il voulait avoir sa permission mais finalement il attend pas et pose ses lèvres au creux de son cou pour y déposer des baisers. Ses lèvres remontent lentement et lorsqu’il arrive aux lèvres de la jeune femme il s’arrête et lui mord la lèvre inférieure qu’il relâche au bout de quelques secondes. Il passe sa main sur le front de Kenza et lui sourit. Il voulait pas qu’elle soit fâchée contre lui. Pas pour ça, pas comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 6 Jan - 22:08

T’avais honte, très honte de ton comportement et tu le remarquais maintenant qu’il t’avait repoussé et qu’il préférait apprendre à te connaître plutôt qu’à continuer d’explorer vos corps. Tu étais assise au bord de ton lit et ton regard parcourait la pièce sans réellement se poser sur Gabriel, parce que tu n’avais pas envie de croiser son regard. Il devait te prendre pour une fille facile, une fille qui cache son jeu pour mieux sauter sur la gente masculine par la suite, alors qu’en réalité c’était tout le contraire. Quand il avait prononcé ton prénom en haussant le temps, il t’avait replongé dans ton passé, celui où ton père haussait la voix pour que tu assistes impuissante aux coups qu’il portait à ta mère. C’était la seule condition qu’il avait mis pour qu’il te laisse tranquille. Depuis, ces souvenirs te hante et dès que quelqu’un parle trop fort, tu sursautes et ne peux pas t’empêcher de te réfugier dans ton monde, celui des livres. A la place de répondre à ta question comme tu le pensais, le jeune homme se leva pour fouiller la chambre. A la recherche de quoi ? Tu n’en avais aucune idée, vu qu’il avait gardé les lèvres soudées. Se ne fut que quand il revint vers toi et qu’il déposa à tes côté le préservatif que tu compris ce qu’il avait en tête. Il voulait te donner ce que tu attendais depuis de longues minute, mais là, tu n’étais plus très sûre de ce que tu voulais. Il te donnait l’impression de se forcer et tu ne voulais en arriver là, parce que tu pouvais très bien comprendre que son désir soit redescendu. Il te mis sur tes jambes pour préparer le lit et t’y déposer pour ensuite te déshabiller. Sans savoir pourquoi, tu te laissais faire, telle une poupée pendant que ton esprit tournait à cent à l’heure. Tes paupières se fermèrent lentement quand il se coucha sur toi et que ses doigts caressèrent tes jambes. Comme dans la douche, ton corps fut parcouru de quelques frissons et tu ne comprenais pas pourquoi il réagissait autant vite à ses caresses. Tu ne répondis même pas quand il pris la parole, tu en étais juste incapable parce que pour l’instant ton cerveau était en train de réfléchir si oui ou non tu devais aller plus loin en sa compagnie. Tu rouvris les yeux seulement au moment où tu sentis sa main sur ton front et tu plongeas ton regard dans le sien. Tu étais totalement perdue que cela devait se voir dans ton regard. Lentement, tu déposas tes mains sur ses épaules et le repoussas pendant que des petites larmes montaient au coin de tes yeux. « Arrête, tu me donnes l’impression d’être une fille facile, alors que ce n’est pas le cas. » Tu fermas lentement les yeux et pris une grand respiration pour empêcher tes larmes de couler le long de tes joues. « Tu me plaies oui, mais je ne veux pas que tu te forces alors que tu n’en as plus réellement envie. Je n’ai pas envie que tu aies une mauvaises idées de moi et surtout que tu penses que j’ai envie de le faire juste pour passer le cap et que je m’en fiche de toi. » Lentement, tu rouvris les yeux pour le regarder droit dans les yeux, pendant que tes doigts allèrent lui caresser l’une de ces joues et que tes lèvres retournèrent sur les siennes pour un tendre baise, plus tendre que tu ne l’aurais imaginé.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 6 Jan - 23:01

« Non … non, pas comme ça, le prends pas comme ça. » lui dit-il en passant ses doigts sur ses yeux. Ils brillaient comme si elle s’apprêtait à pleurer et il voulait pas. Ils se connaissaient à peine qu’il la faisait déjà pleurer. Il se racla la gorge en baissant les yeux, il l’écoutait attentivement. « Tu te trompes, je pense absolument le contraire. J’ai justement pas envie de profiter de toi … essaie de voir les choses de mon point de vue, j’veux pas passer pour le connard qui t’as volé ta virginité. » Lorsque ses lèvres touchent les siennes il ferme les yeux et la laisse faire. C’était un bout de femme tendre, elle était douce et tout ce qu’elle voulait c’était voir et sentir d’autres choses. « Je vais te raconter une histoire. » dit-il après avoir quitté ses lèvres. « Ca va être un peu long, t’écoutes bien hin. » il bascule à ses côtés et passe la couverture au dessus d’eux. « C’est l’histoire d’un type, fils unique qui est né à l’étranger et qui a toujours vécu seul. Ce mec me fait penser à toi parce qu’à l’époque il te ressemblait énormément. Toujours dans son coin, jamais il ne parlait à quelqu’un. » il cherche curieusement se main sous la couette et enlace ses doigts. « Bref, timide comme personne, jusqu’au jour où à ses 16 ans il rencontre une expatriée, une nouvelle venue dans son bahut. Ils font connaissance et finissent ensemble, c’était le couple de la classe. Et grâce à elle, il passe outre sa timidité et se lâche un peu. Une fois le lycée terminé ils vont à la même faculté ils se lâchent jamais, à ses vingt ans il la demande en mariage, elle accepte, happy ending. » Il regarde lentement le plafond de la chambre, un sourire sur ses lèvres. « Sauf qu’un jour, à peine six mois après leur mariage il rentre chez lui et la voit avec un autre mec. » Son sourire s’agrandit lorsqu’il en vient à la fin de l’histoire. « Mais tu sais le pire dans tout ça, c’est pas tant sa tromperie c’est qu’il lui avait tout offert, son cœur, son passé, son future mais aussi son innocence. » Son cœur s’emballe lorsqu’il ressasse le passé et il se rend compte qu’il partage son histoire avec une inconnue mais elle avait pas besoin de savoir que c’était lui. Que le mec qui se tenait à ses côtés était le type le plus faible qu’elle ait jamais connue. « Enfin bref, tout ça pour dire qu’il faut que tu choisisses bien la personne à qui tu veux t’offrir. Ca peut paraitre un peu excessif sur le coup mais c’est ainsi que ça se passe. Une personne qui te dira que sa première fois était pas si importante que ça, elle ment… tout simplement. » Il se met sur le côté s’appuyant sur son coude et la regarde. Dans un sens c’était pour qu’elle prenne la réalité en compte. C’était beau de vouloir passer un cap important mais encore fallait-il qu’elle soit sûre d’elle. Il fallait pas en faire une généralité, même ici leur mariage était un mariage d’amour et encore il avait été brisé. C’était une raison de plus pour qu’elle y réfléchisse longuement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 6 Jan - 23:20

Non, t’avais pas envie de pleurer devant lui, tu n’avais pas envie qu’il te prenne pour une demoiselle faible qui se laisse aller dans les bras du premier venue. Enfin, faible tu l’étais, sauf que tu le montrais que rarement, préférant pleurer en silence une fois la nuit tombée et que ta tête se retrouve dans ton coussin. Tu te mordilles la lèvre pour retenir les larmes tout en pensant à autre chose, sauf qu’avec Gabriel a tes côtés, c’est plutôt difficile. Tu observes le plafond tout en l’écoutant prendre la parole et un petit sourire naquit sur tes lèvres. Lentement, tu reposas ton regard sur lui, le laissant terminer tranquillement. « Ne pense pas que je te prends pour une connard, tu es tout le contraire. Si tu en étais vraiment un, t’aurais pas attendu dans les douches et à cet instant, je serais seule dans mon lit sans ma virginité et toi tu serais dans ta chambre en train de jubiler de joie. » Tu lui fis un doux sourire vu que c’était que la vérité que tu venais de lui dire et même s’il aurait certainement de la peine à te croire. Quand il se laissa glisser à côté de toi pour qu’il puisse te raconter une histoire, tu ne bougeas pas d’un millimètre, parce que tu te demandais ce qu’il allait bien pouvoir te conter. Au moment où il prit ta main, un nouveau sourire naquit sur tes lèvres et tu la lui serras lentement tout en écoutant ce qu’il était entrain de te raconter. Toi qui croyais que tu étais la seule à avoir une vie triste, tu t’étais mis le doigt dans l’œil et en l’écoutant, tu sentis une nouvelle fois les larmes te monter aux yeux et ton cœur se serrer. Plus il avançait dans son histoire et plus tu avais envie de le prendre dans tes bras et de le serrer fort contre lui, parce que tu n’étais pas dupe. Tu te doutais bien qu’il était en train de te conter sa vie, même s’il espérait que tu ne le comprennes pas. Tu ne comprenais pas comment une femme avait pu le faire souffrir alors qu’elle lui avait promis de passer sa vie à ses côtés. Ce genre de personne ne méritait pas d’aimer selon toi, parce que faire souffrir quelqu’un par amoure, c’était la pire chose qui pouvait arriver dans la vie. Tu te tournas vers lui et plongea son regard dans le sien, lui caressant une nouvelle fois la joue. « Le jeune homme, c’était toi n’est-ce pas ? » Peut-être aurais-tu garder cette remarque pour toi, parce que vu qu’il ne c’était pas mentionné dans l’histoire, il avait peut-être espéré que tu ne découvres pas de qui il parlait réellement. Tu déposas tes lèvres quelques secondes sur le bout de son nez tout en l’écoutant parler. « Je sais que la première fois va rester graver en moi pour l’éternité, mais je ne peux pas l’expliquer… C’est plus fort que moi. Mais ne t’en fais pas, je ne te sauterais plus dessus tant que tu ne le voudras pas, parce que je ne suis pas le genre de fille à vouloir à tout prix coucher pour pouvoir s’en vanter par la suite. » Tes doigts qui étaient toujours posés sur sa joues descendirent le long de sa mâchoire pour ensuite aller se déposer sur son torse. « T’es le premier homme en qui j’ai vraiment confiance. Jamais je n’ai eu confiance en un homme, même pas en mon père… C’est pour te dire… » Un long soupir s’échappa d’entre tes lèvres, parce que tu avais également envie de lui conter ton histoire, mais tu n’étais pas certaine d’être prête.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mer 7 Jan - 21:16

Elle savait pas de quoi elle parlait. C’était un connard, il se foutait de ce qui pouvait se passer dans la vie de ses conquêtes. Une fois rassasié il passe à une autre. « Tu sais ce qui est marrant, c’est que j’aurai été capable de le faire. Arrêtes de croire que tu me connais et de me lancer des fleurs. » C’était marrant de voir qu’elle était sûre d’elle quand elle lui disait ça. Sûre d’elle sur le fait qu’il soit gentil. Non il en était capable, c’est juste qu’elle l’avait pris par les sentiments, que son caractère lui plaisait réellement. Et qu’au final il laissait tomber sa garde. Chose qu’il ne faisait jamais. Après lui avoir raconté l’histoire il aurait pas pensé qu’elle doute une seule seconde que le type de l’histoire c’était lui. Il la voit triste et ça le fait sourire.
Et c’est ça qu’il ne voulait pas, la voir triste pour lui, voilà pourquoi il avait pas dit que c’était lui. Il voulait pas de la pitié des meufs, ou des mecs même. Il voulait la pitié de personne tout simplement. Ca le saoulait de voir ça dans les yeux des autres quand il racontait cette histoire. La seule chose qui restait à faire c’était de lui mentir. De lui faire croire que c’était une histoire qu’il avait entendu ou un ancien collègue une connerie du genre.
« Si seulement j’avais eu une vie aussi mouvementée… non ils ont divorcés et il s’est tiré une balle dans la tête. End of the story. » lui lance-t-il sérieux. Si seulement il avait pu le faire. En vrai ça n’a jamais traversé son esprit. Se suicider ? Naaa c’pas lui ça. Lui, on le blesse, on le reblesse, et il se relève toujours aussi blessé mais il avance et il oublie pas. C’est un grand rancunier dans l’âme. Il aime comme personne n’aime quelqu’un, il donne tout ce qu’il a, mais il suffit de lui faire une crasse ou qu’on le prenne pour un con et il jette. Suivante s’il vous plait. Le pire dans ce mensonge qu’il venait de lui balancer au visage, c’est qu’il avait jamais demandé le divorce. Il était resté debout ce jour là, choqué, surpris et confus. Mais il était prêt à reprendre les choses où elles s’étaient arrêtées, prêt à lui pardonner ses conneries. Elle lui a vite fait comprendre qu’elle ne l’aimait pas, que leur couple était mort depuis très longtemps. Il avait jamais vu les choses comme ça, pour lui au contraire c’était tout beau tout rose. Ils s’aimaient et tout allait bien. Elle a préférée l’argent à l’amour. Le sexe à la stabilité. Elle voulait une vie pleine d’expérience disait-elle. Si seulement elle savait ce qu’il était devenu, elle reviendrait en courant dans ses bras, il était tout ce qu’elle avait toujours espéré. Le mec à meufs. Le mec riche et bon au lit. Et même s’il était content de leur séparation il se jetterait à ses bras sans hésitations et, lui offrirait la vie qu’elle a toujours voulue, une vie excitante. Il se déteste de savoir qu’il a toujours quelque chose pour elle, personne jusque là ne l’a remplacé même après ce qu’elle a osée lui faire.

Il sent alors sa main glisser le long de sa joue et se poser sur son torse. Il affiche un petit sourire coquin, tout en l’écoutant lui expliquer qu’elle lui faisait confiance. Il comprenait pas pourquoi et comment elle arrivait à lui faire confiance. Lui n’a confiance en personne, même pas lui. Il ne répond pas, parce qu’il ne savait pas lui dire. Devait-il lui dire que lui ne faisait confiance à aucune meuf. La main de Kenza est toujours sur son torse et il continue à lui sourire bêtement. « Tu peux descendre plus bas si t’as envie. » Dit-il finalement en croisant son regard. Bah quoi ? Jusque là elle a tout eu, caresses, baisers, lui il attendait que ça. Qu’elle le fasse voyager … Il était curieux de voir ce qu’elle pouvait bien faire avec ses doigts de fées et ses jolies lèvres … (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Jeu 8 Jan - 12:28

Il devait croire que tu vivais dans un monde tout rose rempli de bisounours et pourtant ce n’était pas le cas. Oui c’est vrai, tu te fichais de la réputation que les personnes pouvaient avoir, préférant apprendre à les connaître toi-même. Parce que bien souvent les gens jugeaient sans réellement connaître et c’est comme ça que les réputations naissaient. Tu plongeais ton regard dans le sien et levas ensuite légèrement ton regard au plafond. « Je ne prétends pas te connaître Gabriel. Je vois juste comment tu te comportes avec moi. Et oui, je suis au courant de ta réputation de coureur mais je passe par-dessus tu vois ? Je préfère apprendre à te connaître par moi-même plutôt que de croire tout ce que j’entends dans les couloirs. » Voilà c’était dit ! Tu avais essayé de faire comme si tu ne savais rien de lui, mais il avait tout fait pour que tu lui dises qu’en réalité tu connaissais son côté dragueur. La conversation dévia ensuite sur une histoire triste, tellement triste que ton cœur c’était serré en comprenant de qui il était en train de parler. Bien entendu, quand tu lui dis ensuite qu’il venait de raconter sa propre histoire, il nia, ce qui te fit soupirer. Apprendre à le connaître réellement n’allait pas être facile, surtout s’il ne se confiait pas. Enfin, tu ne pouvais pas lui en vouloir, vu que tu ne lui avais encore rien dit sur ton propre passé. Tu remis quelques mèches de tes cheveux en place, laissant planer quelques secondes le silence sur vous deux. « Si tu le dis. C’est bien triste pour lui, parce que je suis certaine qu’il aurait pu trouver le bonheur avec une autre. » Mais peut-être que quand Gabriel parlait de suicide, il parlait de son ancien lui, parce que tu devais bien te douter que le jeune homme que tu avais en face de lui n’était pas le vrai lui. Il avait du être brisé au moment où il avait découvert sa propre femme dans les bras d’un autre et tu n’arrivais même pas à imaginer ce qu’il avait pu ressentir. Sans vraiment t’en rendre compte, tes doigts commencèrent à jouer sur son torse, pendant que ton regard ne quittait plus le sien. Tu ne te rendais pas réellement compte de ce que tu faisais et surtout, tu ne te rendais pas compte que cela pouvait l’exciter. Normal, tu n’y connaissais rien et tu ne savais pas du tout ce qu’un homme pouvait ressentir avec ces petites caresses. Tu étais en train de te perdre dans tes pensées quand Gabriel t’en sortit et en entendant sa remarque, tu devins écarlate. Ta main se retira automatiquement de son torse et tu plongeas ta tête entre tes mains en laissant un gémissement s’échapper d’entre tes lèvres. « Arrête Gabriel, tu viens de me repousser et là tu veux qu’on reprenne où on c’était arrêté ? J’arrive plus à te suivre. » Lentement, te reposas ton regard sur lui, totalement perdue. Pourquoi est-ce qu’il changeait d’idée comme de chemise ? Est-ce que tous les hommes sont pareils ? Parce que si c’était le cas, tu n’étais pas certaine de pouvoir survivre. Pourtant, tu avais envie de continuer, tu avais envie de voir comment il réagirait avec tes caresses, tes lèvres sur son torse, mais tu avais peur. Peur, peur qu’il te repousse encore une fois. Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres et pendant que tu refermais les yeux, tu redéposais tes doigts sur son torse, pour descendre au niveau du haut de son caleçon pour commencer à lui faire des petites caresses en rond à ce niveau-là. Tu n’étais pas certaine d’arriver à aller plus bas, surtout que tu ne savais pas du tout quoi faire pour qu’il prenne du plaisir. « Je… Je ne sais pas quoi faire Gabriel, aide-moi, parce que j’ai envie de te voir prendre du plaisir. »

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Jeu 8 Jan - 22:36

Elle s’arrêtait pas aux apparences et ça le surprenait, il pensait qu’elle ne le connaissait pas qu’elle n’avait jamais rien entendu sur lui. Mais finalement si, elle avait entendu parlé de lui, de sa réputation, qu’il aimait les filles et pour autant elle est allé au-delà de tout ça. Et ça, il le respectait. Seules les filles de son genre pensaient ainsi. Les autres s’arrêtaient juste aux apparences et aux « on dit que ».
« Et je t’en remercie. Merci de voir outre ma réputation, c’est très noble. » dit-il en finissant sa phrase en se moquant légèrement, je dis bien légèrement d’elle. « Donc … Madame me connait déjà ? » il aimait la voir rougir, ça le rendait fou, c’était incroyable de voir une jeune femme rougir encore de nos jours. Et sans s’en rendre compte ça lui plaisait. Une mini, blonde version de l’ancien Gabriel lui plaisait. Quand ses yeux croisaient ceux de la jeune femme il repartait au profond de ses souvenirs, ceux qu’on n’oublie jamais, les meilleurs souvenirs de sa vie. Et à cause de ce sentiment de retour en arrière il avait envie d’en savoir plus, plus sur elle, sur son histoire, sur son corps sur tout ce qui l’entourait. Peu à peu, il laissait tomber sa garde et se montrait sous son vrai jour. Celui qu’il avait enterré des années avant. Il va même jusqu’à lui raconter son histoire sans dévoiler son identité et pourtant elle n’est pas dupe, elle comprend rapidement. Le gentil Gabriel lui murmure de lui dire la vérité alors que le connard crie que ça ne la regarde pas. Il efface toutes sortes de pensée et laisse parler son cœur, son instinct. Il soupire et forme un o avec ses lèvres, sur le point de s’exprimer. Il sait pas comment le dire, quoi lui dire enfaite. « Ok, t’as gagné. » fini-t-il finalement par lui lancer. Il espérait sincèrement qu’elle en vaille la peine.
Il sent alors ses petits doigts glisser le long de son torse, un sourire grand s’affiche sur son visage, elle sait pas ce que ça lui fait. Chacun ses zones sensibles, quand on lui caressait le torse ça le chatouillait et le chauffait. Il sait toujours pas pourquoi d’ailleurs, mais il fonctionne comme ça, comme tout le monde d’ailleurs. Chacun a son point sensible qui l’excite et il crevait d’impatience de connaitre celui de Kenza. Il voyait la mettre ses mains entre son visage et il avait encore plus envie de la voir mal à l’aise. « Je suis désolé hin, mais je me caresse pas seul. » Ca l’amusait et ça le rendait bizarrement heureux. Ils arrivaient à parler de sexe d’une certaine manière, de façon différente. Nouvelle même. Et ça le changeait. Et étrangement il aimait ça. Voir les choses depuis l’œil d’une débutante. Ca devait être excitant et confus en même temps. Elle devait être perdue et il allait l’aider à se diriger dans le bon sens. Elle repose sa main sur son torse et la laisse juste au dessus de son boxer en lui offrant ainsi quelques caresses. Il se racla la gorge évitant de souligner l’effet que ça lui faisait. « J’vais t’avouer que t’as pas besoin de faire grand-chose, te voir rougir, ça m’donne envie de te faire de vilaines choses et … crois-moi je reste poli. » Il approche son visage du sien, pose son doigt sur le menton de Kenza soulevant ainsi légèrement son visage, colle son corps au sien, il sent leur chaleur respective s’échangeait. Il devient bipolaire avec elle, il a envie d’elle mais se pousse à ne rien faire, il lui fait des avances pleines de sous entendus ouvertement mais ne va pas loin dans ses idées. Il pose finalement son doigt sur la bouche de Kenza qu’il entrouvre et la laisse ainsi pendant quelques secondes, il a envie de l’embrasser, brutalement, violemment mais encore ici il se retient. Sa bouche toujours entrouverte, la lèvre supérieure du jeune homme touche la lèvre inférieure de Kenza et il a envie de rester ainsi immobile, la laissant sur sa faim. Cependant n’arrivant pas à se contenir il enfreint les dernières limites les séparant et l’embrasse dans un rapide baiser et, avant même de finir il se retire et la regarde dans les yeux. Oui, il avait envie de la frustrer et de voir comment est-ce qu’elle allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Jeu 8 Jan - 23:27

Tu devais très certainement être l’une des seules de l’école à ne pas juger si tu ne connaissais pas la personne. Franchement, tu ne comprenais pas pourquoi les gens écoutaient tout ce qui se disait dans les couloirs, vu que la plupart des choses étaient totalement fausses. Tu en avais la preuve avec Gabriel, parce qu’il était peut-être un coureur de jupons et pourtant avec elle, il était tout le contraire. Cela prouvait bien que les rumeurs n’avaient aucunes valeurs. Tu ne pus que sourire en l’entendant te remercier et tu laissas même un léger rire s’échapper d’entre tes lèvres. « Te connaître ? De nom et de réputation oui. Mais je n’y crois pas à tout ça. Je préfère apprendre à connaître le vrai Gabriel, celui qui est à mes côtés à cet instant. » Tu laissais planer un petit sourire pendant que vous commenciez à parler de son passé, même s’il ne l’avouait pas du tout, enfin jusqu’à ce que tu reprennes la parole. Peut-être avait-il besoin de se confier mais qu’il avait peur d’être jugé ? Si c’était le cas, tu le comprenais parfaitement, vu que c’était la même chose de ton côté. Ton passé était plutôt sombre et tu n’avais pas envie d’être prise en pitié. T’avais envie de le prendre contre tien, de lui dire que tu le comprenais mieux qu’il pouvait l’imaginer et pourtant tu te retenais, encore et toujours. Quand finalement il t’avoua que tu avais raison et que c’était bien son histoire qu’il venait de te conter, ton sourire s’agrandit encore plus. Ce n’était pas une fierté non, mais tu étais contente de voir qu’il te faisait assez confiance pour te l’avouer. Tes doigts commencèrent ensuite de jouer vers le bas de son ventre, mais tu ne faisais pas grand-chose, ne sachant pas comment faire pour qu’il prenne du plaisir. C’était ça d’être novice, tu avais peur de faire faux, de tout faire de travers et qu’au final il ne prenne pas de plaisir. Oh, bien entendu, tu avais lu des livres, des romans dans lesquels des scènes étaient décrites, mais ce n’était pas du tout la même chose, maintenant que tu pouvais tout mettre en pratique. En rougissant, tu lui avouas ne pas savoir quoi faire et il ne fallut pas longtemps pour que Gabriel prenne la parole et ses mots te firent devenir toute rouge. Tu venais de t’imaginer la scène et tu ne savais même pas comment ces images étaient arrivées dans ton cerveau. Tu ouvris la bouche, mais aucun son n’en sortit, tu étais trop chamboulée pour dire quoique se soit. Pourtant, tes doigts étaient restés à leur place et tu te demandais bien comment tu avais fais, parce que ton cerveau t’ordonnait de les enlever. Savoir que tu lui faisais de l’effet sans rien faire, tu dis rougir encore plus. Heureusement que la lumière était toujours allumée, sinon tes joues auraient pu éclairer toute la pièce, tellement tu étais rouge. « Oh, euh.. Je… C’est bien ou pas ? » Là, tu devais passer pour une cruche, parce que t’as question était totalement débile et tu t’en rendis compte bien trop tard. Il rapprocha e même temps vos corps, ce qui te mis une nouvelle fois dans touts tes états. Qu’est-ce qu’il allait faire cette fois ? Tu te laissais totalement faire, ayant hâte de voir où ses lèvres et ses doigts allaient se déposer sur ton corps. Tes yeux se fermèrent quand il déposa sa lèvre contre la sienne et quand enfin il t’embrassa, comme tu l’avais espéré depuis de longues minutes, tu te serras un peu plus contre lui, laissant même un gémissement s’échapper d’entre tes lèvres, tellement tu aimais quand vous vous embrassiez. Alors que tu espérais de tout cœur qu’il aille plus loin, il s’arrêta et plongea ton regard dans le sien. Désespérée, tu laissas un grognement sortir de ta bouche et à ton tour tu plongeas ton regard dans le sien, te serrant encore plus contre lui. Tes doigts se baladèrent tranquillement dans son dos et ses cheveux, pendant que tes lèvres allèrent se déposer sur sa mâchoire pour descendre dans son cou et remonter contre son oreille. Tu essayais de te rappeler tout ce qu’il t’avait fait dans les douches pour le remettre en pratique ici, dans ton lit. « Tu me rends dingue Gabriel, de toujours t’arrêter… » Tu le poussas légèrement en arrière pour que vos corps se séparent pour pouvoir enfin goûter à son torse avec tes lèvres. Tes baisers étaient légers et maladroit, mais tu espérais quand même t’y prendre plus ou moins bien.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Ven 9 Jan - 0:27

« Et tu me laisserais te découvrir ? » lui demande Gabriel gentiment pour ne pas paraitre indiscret et, il ne parlait pas seulement de son physique mais bel et bien d’elle. De sa personnalité, de ce qu’elle aime dans la vie et ce qu’elle déteste. De ses envies futures, de son concept de la vie, de ce qu’elle pense de lui au profond d’elle. De sa vie amoureuse, familiale, amicale tout. Elle avait pas besoin d’être timide avec lui, il jugeait personne encore moins après toutes les conneries qu’il avait déjà faites. Il était très ouvert d’esprit et ne se basait en aucun cas sur les clichés et les préjugés des autres. Même si les femmes restaient un sujet très sensible pour lui et qu’il ne leur faisait pas assez confiance Kenza avait l’air différente. Tout semblait trop à ses côtés, elle avait pas l’air de faire du mal à une mouche mais son ex-femme à l’époque aussi paraissait plus que gentille.  Il sourit lorsqu’elle lui demande si elle faisait bien les choses, il hoche la tête pour signer sa satisfaction.
Il retrouve ses lèvres mais les quitte aussi vite dans l’unique but de la perturber, la frustrer, la rendre folle et ça avait l’air de faire son effet, car ses lèvres aussi vite quittée qu’elle reprend un rythme régulier.
Couché sur le dos, il pose ses mains sur ses hanches et l’attire au dessus de lui. C’était plus confortable ainsi et, il pouvait mieux la voir aussi. Il la laisse poser ses lèvres le long de son corps, elle l’embrasse et répète les mêmes gestes que lui. Il ferme doucement les yeux profitant de ses caresses sur son dos. Elle se rend pas compte combien ça l’enflamme. Et de savoir que lorsqu’il s’arrête ça la rend dingue, c’était tout ce qu’il pouvait demander. Elle en avait envie, elle en mourrait d’envie. Et ça lui plaisait, énormément même. Il sourit et ouvre à nouveau ses yeux alors que ses doigts se glissent au dos de Kenza où il va dégrafer son soutien-gorge qu’il balance au sol rapidement. Il retrouve sa poitrine et ça l’excite encore plus. Sa peau, son odeur, ses cheveux encore mouillés sur son corps. Il lui écarte les jambes encore plus et passe ses mains sur ses fesses qu’il va toucher et, prendre goût à caresser. Il la bascule sur le lit et se retrouve au dessus d’elle. Il est impatient et ça se voit, il en a marre d’attendre, il veut retrouver ses lèvres. Il retrouve sa poitrine avec grand bonheur qu’il embrasse et mord doucement. Passant une main sous son dos il la soulève et la cambre pour embrasser son cou puis retrouve ses lèvres. Il en devient fou, s’il pouvait il ne quitterait jamais ses lèvres, mais il a d’autres idées en tête pour le moment et il s’imagine déjà comment la torturer à petit feu. Il pousse la couette qui les couvre, retire son pantalon et se met à genoux entre les jambes de blondie. Ses mains glissent sur les jambes de la belle blonde et la caresse, il soulève une de ses jambes et l’embrasse lentement, déposant de fiévreux baisers le long de sa jambe qu’il fini par reposer ensuite sur le lit. Son sourire s’agrandi encore plus lorsqu’il vient lui écarter les jambes plus et encore plus. « De vilaines, vilaines idées Blondie. » Il lui mord l’intérieur de sa cuisse, ce qui lui laissera surement des traces le lendemain, de quoi bien se souvenir de lui. Elle est à sa merci et ça lui plait plus que n’importe quoi d’autre. Ses mains vont volontairement se bloquer vers les hanches de Kenza pour laisser glisser sa jolie petite culotte le long de ses jambes qu’il balance aussi à l’autre côté de la pièce. Elle est nue, complètement nue face à lui. Cette position le tue, elle est belle à en couper le souffle. Ses doigts se font audacieux et coquin et vont la caresser dans cette partie spécifique puis se retirent rapidement. Il répète l’action plusieurs fois, il a envie qu’elle en meure d’envie, qu’elle le veuille absolument, qu’elle le supplie de venir la sauver. Il durcit à nouveau et cette fois ci plus que la fois dernière. Il retrouve finalement ses lèvres, collant son corps au sien frôlant ainsi son intimité à plusieurs reprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Ven 9 Jan - 9:53

Tu ne fus pas réellement surprise quand il te demanda à son tour s’il pouvait te connaître. Après tout c’était normal, il c’était dévoilé entièrement et il voulait donc la même chose de toi. Tu te mordillas quelques secondes la lèvre, pendant que tu te demandais si c’était vraiment une bonne idée de tout lui dire sur ton passé. Pourtant lui t’avait fait confiance et tu devais avoir confiance en lui également. « Qu'est-ce que tu veux savoir ? » Tu plongeas ton regard dans le sien, essayant de mettre de l’ordre dans tes idées, parce qu’il fallait que tu te rappelles de quasiment tout. Enfin, tu n’en étais pas encore là, vu que vous recommenciez à vous embrasser comme deux adolescents. Plus les minutes passaient et moins tu savais comment te comporter en sa compagnie, vu qu’une fois il te repoussait et ensuite il faisait tout pour que tu lui sautes dessus. C’en était déroutant excitant à la fois, parce que tu ne savais jamais à quoi t’attendre quand tu étais dans ses bras. Rapidement, tu te retrouvas à califourchon sur lui et tes baisers descendirent lentement sur son torse, pendant que ton esprit essayait de reproduire ce qu’il t’avait montré un peu plus tôt, tout en espérant que sa lui ferait autant d’effet que cela t’en avait procuré quand il c’était occupé de toi. Rapidement, tu te retrouvas à califourchon sur lui et pendant que tu t’occupais de lui, tu sentais le cœur de Gabriel accélérer dans sa poitrine, signe que ce que tu étais en train de lui faire, lui faisait quand même un peu d’effet, ce qui te tira un doux sourire. Apparemment tu étais moins nulle que tu en avais l’air, ce qui te rassurait. Pendant que tes lèvres se baladaient tranquillement sur son torse, il en profita pour s’occuper de ton soutien-gorge et tu fus quasiment dans la même tenue que sous les douches, il ne te restait plus que ta petite culotte. A peine celui-ci sur le sol de ta chambre, que tu te retrouvas sur le dos et il descente lentement mais sûrement vers tes jambes, ce qui fait accélérer ton cœur et ta respiration pendant que tu te demandais ce qu’il comptait bien faire si bas. En sentant ses lèvres et ses doigts sur ton corps, celui-ci fut totalement électrisé et tes paupières se fermèrent pour encore plus apprécie le moment et enregistrer chaque mouvement qu’il faisait. De temps à autres, de petits gémissements de plaisir s’échapper d’entre tes lèvres entrouvertes et tu cherchais également à reprendre ta respiration, tellement elle devenait saccadée. Quand le jeune homme reprit la parole, tu sentis tes joues s’empourprer encore une fois et heureusement que tu savais que cela lui plaisait, sinon tu aurais presque honte d’autant rougir en sa compagnie. « Comme… Comme quoi ? » Oui, tu étais curieuse de savoir ce qu’il avait en tête pour te faire grimper aux rideaux et il ne te fallut que quelques secondes pour comprendre ce qu’il avait en tête. Quand il recommença à jouer avec le bas de ton anatomie comme dans les douches, tu crus défaillir, tellement il savait bien s’y prendre. Tu te tortillais sous ses doigts, le suppliant silencieusement de continuer et quand tu sentis qu’il se collait une nouvelle fois à toi et que vos lèvres se retouchèrent, tu ne pus pas résister de les lui mordiller, pendant que tu plaquais totalement ton corps contre le sien. Rapidement, tes mains allèrent se balader dans son dos pour descendre lentement sur ses fesses et sans savoir comment, tu trouvais rapidement que se dernier bout de tissu entre vous, te gênait réellement et audacieusement, tu le fis descendre le long de ses jambes et cambra un peu plus tes hanches contre les siennes pendant que tu plongeais ton regard dans le sien tout en essayant vainement de reprendre ta respiration. On t’avait souvent dit que les hommes aimaient également beaucoup qu’on en s’occupait d’eux et tu comptais bien voir si cela était la stricte vérité. Décollant légèrement vos deux corps, tu passas l’une de tes mains entre vous et pendant que tes lèvres recommencèrent à parcourir le bas de son visage et son cou, tu expérimentais une toute nouvelle gauche avec tes doigts sur son intimité, priant qu’il prenne autant de plaisir que tu venais d’en prendre avec ses propres doigts.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Ven 9 Jan - 16:38

Elle était curieuse de savoir ce qu’il voulait savoir d’elle. Il ne savait pas par quoi commencer. Dans un côté il voulait connaitre les choses basique, son prénom, son nom, son âge, quelles sont les raisons de sa venue ici, son origine. Les choses pour lesquelles il est curieux. Il a juste envie de l’entendre parler, de discuter avec elle. « Je sais pas … tout … tes goûts, ton âge, tes surnoms … » finit-il en rigolant. « J’en sais rien, j’ai juste envie de discuter avec toi, d’apprendre à te connaitre. » C’est en communiquant que l’on apprend à réellement se connaitre. Y’avait pas vraiment de règle à suivre, il voulait juste savoir à qui il parle. Qui est la personne derrière ce bout de femme qui finalement lui plait bien.
Leurs lèvres se scellent à nouveau et leur respiration s’accélère. Il sait pas non plus pourquoi il est comme ça. Dans un sens, il a pas envie de jouer les connard et d’aller jusqu’au bout avec elle et, puis d’un autre côté il a envie d’elle, il se fout de savoir si c’est sa première fois ou non, tout ce qu’il veut c’est goûter à son corps sans se prendre la tête, sans y réfléchir à deux fois. Finalement le nouveau Gabriel saute sur l’occasion, sur cette occasion qui s’est présentée tel un cadeau devant lui. Qui ne rêverait pas de se faire une vierge. Oui c’était mauvais de penser ainsi mais c’est un mec et, en tant que mec qui couche partout c’était nouveau pour lui. Jamais il n’avait eu à faire à une innocente novice. Il se fout de ce qu’il se passera après. Tout ce qui l’importe c’est maintenant. C’était sa soirée à elle et à personne d’autre. Une soirée qu’elle n’oubliera surement jamais.
D’un geste farouche il éloigne son boxer de lui et retrouve les yeux de Kenza. Sa respiration saccadée le fait sourire. Ses battements de cœur aussi, seuls dans la chambre plus aucun bruit ne les dérangent. Les soupires de la jeune femme rythme lentement leur danse, il la sent se cambrer sous lui et ses hanches qui cherchent à se rapprocher toujours plus. Son visage trouve refuge au creux du cou de Blondie et lorsque les doigts de cette dernière vont le caresser plus bas il grogne contre son cou. Il accueille ses caresses en embrassant sa peau, elle commence à le rendre fou et sa virilité est presque à son maximum. Il glisse sa main vers celle de Kenza pour la retirer. « T’as pas envie de m’achever avant que je ne commence. » lui dit-il en souriant. Si elle continuait il allait exploser dans sa main. Elle était maladroite mais maladroitement délicieuse. Il attrape le petit plastique qu’il coupe avec ses dents et en sort le préservatif. Avant de l’enfiler il l’embrasse rapidement sur les lèvres. Il se sent nerveux à sa place, il a peur de lui faire mal. Peur qu’elle ne prenne pas de plaisir et qu’elle finisse par regretter. La protection enfilée il retrouve ses lèvres. Dans un baiser rugueux plein d’impatience. Il se place en face de son intimité, prêt à la faire chavirer, la caressant  légèrement en s’approchant toujours plus d’elle. « Regardes-moi. » lui dit-il pour qu’elle se concentre sur ses yeux et sur rien d’autre. Elle doit pas trop y réfléchir, si elle le fait elle se focalisera sur une seule chose et elle pourrait ressentir de la douleur. Il pose une main en dessus de ses fesses pour la soulever toujours son regard porté sur ses yeux. Doucement il s’approche d’elle et élimine toute distance en unissant leur corps. Il soupire de plaisir lorsqu’elle l’accueille et sous sa pression il sent son innocence se briser. « Tu te sens comment ? » lui demande Gabriel sans bouger. Il attendait de savoir si tout allait bien avant  de faire tout autre mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Ven 9 Jan - 17:25

Tu souris en entendant Gabriel te dire qu’il voulait tout savoir de toi. Tout ? C’était vraiment énorme et tu étais certaine qu’il allait s’endormir avant la fin de ton récit. Tu réfléchis quelques instants, essayant de trouver des choses intéressantes à dire sur toi. « Alors… J’ai 22 ans, je viens de Californie et je suis enfant unique. Je n’ai aucun surnom à par le tiens maintenant. J’aime les choses simples de la vie et mon pire trait de caractère est la curiosité… Après, je ne sais pas vraiment quoi dire d’autre sur moi. » Tu lui fis un petit sourire parce que tu n’étais pas douée pour parler de toi. C’était la première fois qu’on te demandait de te décrire et tu étais totalement perdue. Tu voulais lui dire des choses, sans trop lui en dire non plus. T’avais peur de le faire fuir avec ton passé, parce qu’on ne pouvait pas dire que tu avais eu une enfance toute rose, bien au contraire et à cause de ça tu ne voulais pas qu’il te prenne en pitié, comme beaucoup de monde l’avait fait dans le passé. Finalement, à la place de discuter, vous aviez préféré reprendre vos baisers et vos caresses, ce qui te faisait plus plaisir que de discuter. Il faut dire que depuis le moment des douches, il t'avait vraiment envie de passer le cap et tu comprenais pas comment il avait fait. Peut-être était-il magicien tout simplement. Tu te doutais bien que Gabriel avait envie également envie de prendre du plaisir et c'était donc pour cela que tu avais passé encore un cap en sa compagnie. Les yeux mi-clos, tu espérais ne pas être trop gauche, mais en entendant le bruit de sa respiration dans ton cou, tu te disais que cela ne devait pas être si mal et tes craintes s'envolèrent totalement quand il retira sa main pour lui faire comprendre qu'elle était plutôt douée. Un léger sourire apparu sur le coin de tes lèvres, pendant que tu plongeais ton regard dans le sien. « Désolé, je ne pensais pas te faire autant d'effet. » Et c'était la strict vérité. Tu pensais faire tout de travers et même en sentant sa virilité, tu ne pensais pas que tout était parti de toi. Tu le vis se relever pour prendre le bout de plastique qui se trouvait près de vous et qu'il avait déposé là en arrivant dans la chambre pour te provoquer et en réalisant que tu allais réellement passer le cap, tu le regardais fascinée, tout en retenant ta respiration. Pas par peur, mais plutôt par excitation. Tu ne bougeais plus, le laissant maître du moment et quand Gabriel te demanda de le fixer dans les yeux, tu le fis sans te poser de question, te doutant bien que c'était pour te détendre. Ton coeur battait à tout rompre dans ta poitrine et tu avais réellement hâte de la suite. Alors qu'il t'enlevait ce qu'on disait précieux chez une femme, tu ne sentis pas grand chose, du moins rien qui pouvait te faire crier de douleur. Tu avais bien entendu sentie ta virginité se rompre mais cela t'avait fait beaucoup moins mal de ce que tu avais pu entendre autour de toi, tu avais plutôt ressentis du plaisir. Lentement, l'une de tes mains alla caresser la joue du jeune homme, pendant que tes lèvres se déposèrent quelques secondes sur les siennes. « Très bien, je ne pourrais pas me sentir mieux, ne t'inquiète pas. » Tu enfouies ta tête dans le creux de son cou et y déposa quelques baisers pendant que tu faisais tout pour que vos deux corps soient totalement collés. Tu comprenais mieux pourquoi certaines personnes adoraient ça, c'était une sensation merveilleuse et tu avais hâte, mais vraiment hâte, de voir comment il allait faire pour te faire monter au 7ème ciel et bien entendu, tu espérais qu'il allait également prendre du plaisir et tu allais tout faire pour y arriver. Tes doigts se promenaient tranquillement sur tout son corps dévêtu. « C'est merveilleux... »

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Ven 9 Jan - 21:27

« Tu parles de ton pire trait de caractère mais très peu de ta principale qualité, tu te rends compte ce que ça projette de toi ? » C’est vrai, son défaut était sortit tellement facilement et pas une seule qualité qui aurait pu la mettre en valeur. Elle lui dit aimer les choses simples mais il le voit bien ça. Elle était jeune, mais assez grande pour avoir, un minimum confiance en elle. « Pourquoi t’as aussi peu confiance en toi ? » ca devait venir de quelque chose. Elle était pas naturellement timide et très peu confiante. Parce qu’il fallait le dire, c’était pas un manque de confiance, ça allait plus loin que ça. Il était curieux de savoir d’où ça venait. Qui l’avait rendu ainsi, peut être qu’elle avait eu une amie qui s’était bien foutue de sa gueule, une enfance difficile des parents très peu présents. Ca devait venir de quelque chose. C’était pas naturel, il s’en doutait bien. Lui avait été timide durant plusieurs années parce que sa mère était ainsi aussi et qu’elle avait l’habitude de toujours rester en retrait et vu que c’était son seul exemple il faisait comme elle.
Finalement, il élimine toutes la distance qui les séparait et s'unis à elle, dans un lent et doux geste. Il attend de savoir que tout va bien de son côté pour ainsi pouvoir lui offrir ce dont elle a envie.
« Tu as raison, tu es merveilleuse. » Il commence alors lentement à bouger, pour qu’elle s’habitue à sa présence, à cette nouvelle sensation. Il pose ses lèvres sur les siennes, prend ses bras et enlace ses doigts qu’il vient disposer au dessus de sa tête. Ses coups de reins se font plus rapides, plus puissants, plus violents. Il soupire de plaisir à chaque fois qu’il s’enfonce encore plus en elle. « T’es délicieuse Blondie. » Une de ses mains glisse le long du corps de Kenza et il attrape sa jambe qu’il soulève pour qu’elle s’ouvre plus à lui, à son intrusion. Sa main se resserre autour de sa peau. C’est bon, elle est bonne. Elle s’en rend pas compte, de ce potentiel qu’elle a. Elle s’est privée de ce plaisir et a privée les hommes de son corps. Il ne comprend même pas comment aucun mec n’a pu la mettre dans son lit plus vite. Il se redresse et se met à genoux devant elle sans pour autant se retirer. Il veut la voir bouger sous ses coups de butoirs. Il enlace ses jambes en la soulevant légèrement. Elle est couchée alors qu’il est à genoux, il continue ses va et vient. Sa poitrine bouge sensuellement sous les mouvements de Gabriel et ça l’excite encore plus. Il reste ainsi plusieurs minutes, la chaleur de son corps ne cesse d’augmenter et son torse transpire lentement.
Sa respiration s’accélère à nouveau alors qu’il arrive au sommet du plaisir. Mais il ralentit la cadence pour profiter des dernières minutes. Il se couche à nouveau sur elle et, sa lenteur est un supplice. Il l’embrasse en lui mordant les lèvres, la langue. Il goûte toutes les parcelles de son corps comme s’il allait le perdre d’une minute à l’autre. Il lâche sa jambe la laissant resserrer son étreinte autour de sa taille et, tout contre ses lèvres il lui dit. « Dis-moi ce que tu veux. » Il continue avec des mouvements plus rapides. « Dis-moi combien t’en as envie. » C’était un mec et il aimait quand on le suppliait de continuer. Ca lui plaisait d’entendre les femmes flatter son égo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Sam 10 Jan - 12:23

C’est vrai que dans ta description de toi-même, tu ne t’étais pas fais beaucoup d’éloges, mais tu étais comme ça. Tu préférais que les gens voient en premier tes mauvais côtés pour ensuite plus apprécier tes bons côtés, même si bien souvent ils prenaient la fuite avant de te découvrir réellement. Mais tu avais fais ça aussi parce que tu ne savais pas quoi dire de gentil sur toi. On t’avait tellement dénigrée, que tu ne voyais plus que tes mauvais côtés. Tu te mordillas quelques secondes la lèvre, essayant vraiment de trouver quelque chose de bien à dire sur toi et franchement c’était plus difficile qu’il n’y paraissait. « Je sais… Alors on peut dire que… Je suis fidèle en amitié et en amour, même si pour ce dernier point je n’ai pas encore vraiment pu le tester. Mais je pense l’être, parce que je ne comprends réellement pas comment on peut faire souffrir quelqu’un qu’on dit aimer. » Et voilà qu’à peine quelques secondes plus tard, il me demande pourquoi je suis comme ça. Il devait se douter que quelque chose dans mon passé avait du faire que je sois autant timide maintenant. Je pousse un long soupir et détourner le regard du sien, ne sachant pas si j’étais réellement prête à en parler ou pas. Mais après tout, c’était comme tout, on était jamais réellement certain d’être prêt. Je replongeais mon regard dans le sien, essayant de retenir les larmes qui étaient prête à rouler le long de mes joues. « Je vais te raconter une histoire. » Oui, tu étais en train de le recopier mais tu te disais qu’ainsi tu arriverais mieux à tout lui dire. « Une petite fille avait tout pour être heureuse. Un appartement et des parents ensemble. Sauf que si on regardait bien, tout n’était pas rose dans sa petite vie. Son père aimait un peu trop tout ce qui était alcool et sa mère était… Soumise à lui. Dès qu’il buvait trop, il se défoulait sur sa mère et jamais sur elle et ça à une condition, une condition qui la fait encore vomir aujourd’hui. » Tu fermes les yeux et te mords la lèvre, parce que cela t’en coute d’en parler, surtout que c’est la première fois que tu en parles à quelqu’un. « La petite fille devait assister à chaque fois à la scène. C’était la règle pour qu’elle ne reçoive pas de coups. Sauf que voilà, alors qu’elle était âgée de 10 ans, sa pauvre mère est morte sous les coups de son géniteur, sous ses yeux de petites filles. » Tu déposes tes deux mains sur ton visage pour ne pas pleurer et cette fois-ci, tu savais que tu ne pourrais pas continuer cette histoire qui te déchire encore le cœur. Heureusement pour toi, Gabriel trouve le meilleur moyen pour te faire oublier tout ça et ça, t’enlevant ce qu’il y a de plus précieux chez une fille, sa virginité. Tu ne pensais pas prendre autant de plaisir durant ta première fois et tu te doutes bien que c’est à cause de lui que tu en prends autant. Il est doux, attentionné et fait tout pour que se soit une belle nuit en sa compagnie. Aux mots qu’il te dit, tu rougies comme une tomate et enfuit ta tête dans le creux de son cou pour qu’il ne le voie pas. Tu étais tellement aux anges, que tu ne voyais pas quoi dire et de toute façon tu ne voulais rien dire pour ne pas briser cette magie. Rapidement, le jeune homme se retrouve à genoux en face de toi et tu déposes ton regard dans le sien, l’observant prendre son plaisir, ce qui te donnait encore plus envie de lui. Bizarre ? Peut-être ou peut-être pas, tu n’en savais rien. Quand il se recouche sur toi, tu comprends, qu’il est en train de t’emmener au paradis et tu fermes les yeux pour encore plus apprécier le moment, le serrant tout contre toi, ta tête ayant retrouvé son cou. Un léger sourire apparait sur tes lèvres quand il te demande ce que tu veux et tu mets quelques secondes à lui répondre. « J’ai envie que tu m’emmènes au paradis Gabriel » D’accord, c’était cliché, mais c’est tout ce qui t’étais venue sur le moment. Tu retrouves avec impatiences et gourmandises ses lèvres que tu aimes tant et laisses échapper des tiennes un long et doux gémissements, lui prouvant que tu aimais réellement ce qui était en train de se passer entre vous deux.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Dim 11 Jan - 1:56

« Eh bien il sera très chanceux le type qui te mettra la main dessus. » lui dit-il en lui souriant. On pouvait rien demander de plus qu’une personne gentille et fidèle. Il se fichait de savoir d’où elle venait, qui étaient ses parents, tout ce qui l’importait c’était de savoir qu’il pouvait faire confiance à la personne avec qui il partageait sa vie. Il lui demande alors pourquoi ce trait de caractère. Pourquoi autant de retenue et de réserve. Elle lui explique sous la même forme de sa propre histoire. Elle a du se sentir seule durant de longue années, il se demandait bien comment est-ce qu’elle avait bien pu vivre ainsi. Ca lui faisait mal au cœur mais c’était chacun son histoire. Et c’était son histoire à elle, sa carapace, son passé ainsi que ses choix. Elle avait choisis d’être autrement, de pas suivre le même chemin que celui de ses parents et c’était plus que respectable.
De fil en aiguille, ils finissent par passer le cap.
Elle répond à ses question de façon simple mais ça lui plait. Sa réponse lui plait vraiment, il s’attendait pas à autre chose de sa part, il lui apprendrait à être beaucoup plus directe et explicite dans ses paroles mais c’était normal pour une première fois. Il accélère ses mouvements et la sent enfin vibrer sous sa pression. Il y est aussi presque et la rejoint quelques secondes après.
C’est merveilleux, c’est bon, il soupire, grogne de plaisir, ferme les yeux pour ses derniers moments magnifiques. Il arrive pas à croire qu’elle avait réussis à lui offrir autant de satisfaction. Oui c’était le mot, elle venait de le satisfaire, du moins pour les quelques prochaines heures. Il risquait d’en redemander dans très peu. Il s’écroule sur elle et retrouve ses lèvres ainsi que son cou. Après quelques instants il se lève, se débarrasse de sa protection avant de retourner à ses côtés.
« T’es magnifique. » Il se couche près d’elle et la regarde dans les yeux. Caressant lentement sa joue tout en lui souriant. Ses yeux, ses quelques mèches qui avaient lentement séchées retombaient sur son visage l’hypnotisaient. Il passait ses doigts dessus ses quelques cheveux pour dégager son visage et mieux la voir. Elle était belle, mieux encore, magnifique plus que tout à l’heure. Il dépose un baiser sur ses joues et lui sourit. « Te voir rougir tu sais même pas ce que ça me donne envie de te faire. » Il passe sa main autour de sa taille et la serre contre lui déposant ses lèvres sur son front. Il dépose la couette sur eux pour pas qu’elle attrape froid. Oui il pensait à sa santé alors qu’il y a que quand il l’avait croisé dans les douches il voulait qu’une chose c’était la sauter. C’était plus que son physique qui l’intéressait c’était sa curiosité qui le poussait à vouloir en savoir plus. « Dis moi, c’est indiscret je sais mais je veux savoir. Quand … ta mère est morte … il s’est passé quoi après entre toi et ton père ? » C’était indiscret il lui demandait des choses sans prendre en considération la peine qu’elle devait avoir en ce moment même. « Désolé j’ai pas le droit de te poser ce genre de question. » Se raclant la gorge son regard se dirigea vers ses lèvres. Bizarrement il avait peur qu’elle lui dise qu’en plus d’avoir souffert psychologiquement pendant dix ans elle a aussi souffert physiquement lorsque que sa mère est morte. Il avait peut être décidé de se lâcher sur elle. « Je sais ce que s’est que de voir sa mère faible face à son mari. » Il passe son pouce sur ses lèvres avant de l’embrasser tendrement. Il arrivait pas à quitter ses lèvres et il en avait franchement pas envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Dim 11 Jan - 12:22

Tu souris légèrement à sa remarque tout en essayant de te retenir de rougir, parce qu’une nouvelle fois Gabriel était en train de te faire un compliment. Cela te plaisait bien entendu, mais tu n’arrivais pas à t’y faire, parce que c’était le premier à t’en faire autant en si peu de temps. Tu haussas légèrement les épaules, ne sachant pas vraiment quoi dire. Tu ne savais pas s’il avait vraiment raison, parce que tu avais beaucoup de mal à faire confiance, ce qui n’était pas l’idéal pour commencer une relation ou la continuer. Rien que de penser à tout ça, tu en avais mal au crâne et tu secouas légèrement la tête pour chasser tout ça de ton esprit. Tu aurais assez de temps pour te torturer l’esprit avec ça, tu préférais largement profiter du moment présent en sa compagnie. Surtout que le moment que vous êtes en train de passer actuellement est juste incroyable. Il vient de t’ôter ce que tu avais de plus précieux en toi et tu ne le regrettais pas du tout, bien au contraire, tu étais contente d’avoir attendu jusqu’à maintenant, parce que le moment était juste incroyable. Du moins pour toi, parce que tu ne savais pas du tout ce que pouvais qu’il pouvait ressentir et tu avais un peu peur qu’il n’apprécie pas réellement le moment. Rapidement, presque trop rapidement à ton goût, des milliers de petites étoiles apparurent devant tes yeux et tu compris que tu étais en train de prendre vraiment du plaisir et tu fus soulagée en voyant que Gabriel était également en train d’en prendre. Alors qu’il s’écroulait sur toi, tu le serrais en essayant de reprendre ta respiration pendant que tes paupières se fermaient pour réaliser ce qui venait de se passer. Il se releva lentement et tu reprenais lentement tes esprits, un sourire béat sur tes lèvres et une fois qu’il fut à tes côtés, tu te blottis contre lui et rougis à son compliment. Tu ne te ferais jamais à ça et en entendant sa petite remarque, tu rougis encore plus, tout en te mordant la lèvre, parce que c’était bien la première fois qu’on te disait ça. « C’est de ta faute aussi, tu sais que les compliments me font rougir… » Et c’était vrai. Depuis qu’il t’en faisait, tu avais l’impression d’avoir les joues en feu et le pire c’est que cela lui plaisait. Tu enfouies ta tête dans le creux de son cou pendant quelques secondes pour y déposer quelques baisers et respirer encore un peu son odeur, une odeur dont tu allais te rappeler bien longtemps. En entendant sa question sur ton passé, tu relevas la tête pour plonger ton regard dans le sien. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il te pose des questions sur ton passé, mais c’était légitime. Tu baissas quelques secondes la tête, te replongeant en même temps à cette période. « Ne t’excuse pas, c’est normal que tu veuilles savoir. » Tu caressas lentement sa joue, laissant flotter un léger sourire sur tes lèvres. « Et bien… A la mort de ma mère, les gens ont enfin bougé. J’ai été placé chez des grands-parents que je ne connaissais pas du tout et mon père a été arrêté puis jugé. Actuellement, il est derrière les barreaux et essaie vainement de se faire pardonner envers moi en m’envoyant lettre sur lettre. » Voilà, maintenant il savait tout ou presque de toi. Il était le premier dans cette école à avoir réussis à briser sa carapace et tu te demandais bien comment il avait fait pour y parvenir. Tu fermas quelques instants les yeux, essayant en même temps de chasser toutes ces images de ton esprit. « Et le pire, c’est qu’on est impuissant. » Rapidement et pour ton plus grand plaisir, il déposa ses lèvres contre les tiennes et tu répondis à son baiser avec gourmandise, te serrant contre lui, tes doigts jouant sur son dos. Tu réalisais que tu étais en train de devenir accro à ses baisers, ses caresses, ce qui n’était pas forcement une bonne idée. Lentement, tu reculas ta tête, pour lui caressant la joue. « Tu restes encore un moment ? » C’était peut-être une question bête, mais tu ne savais pas comment il agissait une fois qu’il avait pris du plaisir. Peut-être qu’il partait rapidement pour retourner dans son sa chambre, ce qui serait logique dans un sens. Mais là, tu n’avais pas envie de rester seule et tu aimais trop ces baisers pour ne plus en recevoir dans les minutes qui allaient venir. Le jeune homme allait peut-être se ficher de toi, mais maintenant que tu avais posé la question, tu ne pouvais pas revenir en arrière.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Dim 11 Jan - 20:17

Il voyait pas où était le mal dans le fait de la complimenter. Elle était magnifique et c’était tout ce qui comptait à ses yeux. « Donc … si je t’insultais tu le prendrai mieux ? » lui demande Gabriel. Oui bon il passait d’un extrême à l’autre mais c’était la vérité. Les compliments lui faisaient autant d’effet. Lui ça lui plaisait, ça l’excitait de la voir aussi timide. Il se faisait de mauvaises idées et il s’imaginait bien l’habiller d’une certaines manières. Stop, il allait trop loin, c’était les p’tits fantasmes des lycées qui ressortaient là. Il se racla la gorge essayant de chasser ses vilaines idées de l’esprit et pour le faire il essaya de lui poser une question assez personnelle. Il était curieux de savoir ce qui s’était bien passé après la mort de sa mère. Ca l’attristait mais c’était avec ce genre d’événements dans notre vie qu’on devenait plus fort, qu’on se laissait pas faire par les autres. Mais elle avait l’air toute inoffensive. Il avait envie de la protéger face aux autres. Il se sentait protecteur envers elle alors qu’il ne la connaissait pas tant que ça. Il l’écoute lui raconter ce qui s’était finalement passé après ce triste incident. Il savait pas quoi y penser, son père l’avait mérité dans un sens, mais ça restait son père, sauf, qu’il avait tué la plus belle chose chez un enfant, une maman. Celle qui vous apporte réconfort, stabilité et amour. Une personne à qui on peut se confier pour toutes les choses sur lesquelles ont est indécis. Il savait qu’au fond de lui il n’aurait jamais survécu sans sa mère. Il aime sa mère plus que tout au monde et lorsque son père l’a trompé il a été dévasté tant pour lui que pour sa mère. « Et tu en penses quoi ? Tu penses pouvoir lui pardonner un jour ? » son paternel purge sa peine, jamais il ne pourra défaire ce qu’il a causé à sa femme et à sa fille, sa progéniture, son sang, sa chaire.
Il est normal qu’elle ne veuille plus le revoir, il pouvait la comprendre. Il n’adressait toujours pas la parole à son père, même s’il lui envoie de l’argent de temps en temps. Parce que oui, monsieur est chef d’entreprise et qu’il envoie de l’argent qui est censé subvenir aux besoins du jeune homme. Gabriel ne crache pas sur de l’argent facile et encore moins quand on a une mère qui est malade. Qui paye les médocs, les hôpitaux et autres charges ?
Ses lèvres retrouvent la douce caresse de celles de Kenza dans un tendre baiser. Il en avait eu envie, elle lui en avait donné envie. Elle lui posa une question qui le fit sourire. Il savait pas comment cette histoire allait finir. Il ne savait pas s’ils allaient garder contact après cette belle nuit. Mais une chose était sûre c’est qu’il avait envie de rester à ses côtés.
« Si tu veux bien de moi, oui. » Il enlace ses doigts et pose un baiser sur son nez. Il en avait vraiment envie. Il disait pas ça pour lui faire plaisir. Il avait envie de s’endormir à ses côtés, tout contre sa peau. « Si cette fois-ci t’acceptes vraiment de dormir. » lui dit-il en rigolant. Elle avait surement cours le lendemain et il était très tard maintenant. Elle allait même devoir rater les premiers cours si elle souhaitait être reposée pour pouvoir attaquer une bonne journée de cours. « A moins … d’en redemander. » dit-il en descendant ses doigts le long de son ventre et remontant s’attardant ainsi sur sa poitrine. Il tournait autour avec son doigt en lui souriant. Il était jamais rassasié, surtout pas quand c'était question de sexe. Mais il rigolait et il voulait qu’elle se repose. Qu’elle soit détendu et, il pense qu’il avait réussis à la détendre d’une certaine façon. «Je veux que tu te reposes.» lui dit-il finalement en lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Dim 11 Jan - 23:30

En entendant la demande de Gabriel, tu réfléchis quelques secondes, parce que finalement c’était plutôt ton lot quotidien les insultes, qu’elles soient mineures ou pas. Tu haussas donc légèrement les épaules. « Je dois t’avouer que les insultes arrivent plus souvent à mes oreilles que les compliments. Si tu m’insultes, c’était plutôt les larmes que la rougeur de que tu verras. Sa changerait. » Tu luis fis un léger sourire, parce que finalement tu avais dis la vérité. Depuis que tu étais haute comme trois pommes et au plus loin que tu pouvais t’en souvenir, ton quotidien était remplis de mauvaises remarques voir même d’insultes, donc… Pour toi c’était devenue normal qu’on te descende plutôt que t’aider à te développer correctement. Heureusement, vous changez rapidement de sujet même si celui que vous abordez n’est pas beaucoup plus gai pour toi. Te replonger dans ton passé te faisait mal, psychologiquement, parce que tu t’étais promise de ne jamais en parler, d’effacer tout ça de ta mémoire, sauf que bien entendu c’était impossible. Le jeune homme était donc le seul qui connaissait tout de toi et tu espérais qu’il n’allait pas en profiter dans les prochains jours pour se ficher de toi. Enfin, c’était trop tard pour y penser maintenant, vu que tu lui avais tout dis. La question qu’il te posa, te fis tourner le cerveau à deux à l’heure parce que tu n’y avais jamais pensé, enfin si mais cela faisais des mois voir même quelques années que cette idée ne t’avait pas traversé l’esprit. Tu poussas un léger soupir et passa une de tes mains dans ta chevelure maintenant sèche, ne sachant pas vraiment quoi lui répondre. « Franchement, je n’en sais rien… Je n’y ai pas pensé depuis un long moment. » Tu lui fis un petit sourire espérant que cette réponse lui convienne, parce que de tout façon tu n’en avais pas d’autre et tu n’avais pas envie de réfléchir à ça maintenant, tu étais trop bien dans ses bras pour penser à de telles pensées sombres. Tu te blottis dans ses bras tout en lui posant une question totalement bête, parce que tu devais être certainement être la seule fille avec qui il avait couché qui avait du la lui poser. Mais tu étais novice dans le domaine et à ses côtés, les mots sortaient naturellement, s’en que tu y réfléchisses réellement. En attendant une réponse positive ou négative de la part du jeune homme, tu déposas tes lèvres sur les siennes, pour encore en apprécier quelques instants son goût. A la réponse à ta question, tu laissas un léger rire s’échapper d’entre tes lèvres tout en secouant légèrement ta tête. « Si je n’avais pas envie, je ne t’aurais pas posé la question. » Tu te blottis encore plus contre lui, te demandant si t’allais réussir à dormir, parce que c’était la première fois que tu partageais ton lit. Et oui, encore une première que tu partageais avec lui, sa devenait presque une habitude maintenant. Un doux sourire flottait néanmoins sur tes lèvres et celui-ci s’agrandit quand il passa ses doigts sur ton ventre pour revenir titiller ta poitrine, ce qui fit une nouvelle fois accélérer ton cœur. Tu plongeas ton regard dans le sien, lui mordillant au passage sa lèvre inférieure. « Dormir ? Cela va être difficile si tu continues à me faire envie comme ça. » Tes lèvres recommencèrent à arpenter sa mâchoire, comme si tu la découvrais pour la première fois. Ton corps se colla tout contre le sien et tu fis une toute petite moue en entendant qu’il voulait que tu te reposes pour de vrai cette fois-ci. « Très bien chef, je vais essayer de me reposer. Mais toi aussi t’as intérêt de te reposer. » Tu enfouies ta tête dans son cou et y déposa quelques petits baisers pendant que tes doigts commencèrent à jouer instinctivement sur son torse. T’avais pas forcement envie de dormir, juste envie de profiter de sa présente contre toi et amasser pleins de souvenirs, parce que tu ne savais pas du tout ce qui allait se passer une fois que le jour se lèverais et que vous alliez vous séparer pour reprendre une journée de cours normale.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   Mar 13 Jan - 16:51

Elle disait n’importe quoi, dans un sens ça l’énervait un peu de l’entendre dire ce genre de chose. Bien sur que oui, c’était pas normal d’acceptait des insultes des gens comme ça. C’était pas normal.
Comment pouvait-on d’ailleurs insulter quelqu’un comme elle ? Elle était tout ce qui avait de plus adorable, de gentil et il en passait. Il voulait l’aider à changer, à être autrement, mais finalement ce n’était pas à lui de le faire. C’était sa vie et si jusqu’ici ça lui convenait c’était son problème.
Au fil de leur discutions ils abordèrent le sujet de son passé. Elle avait l’air plutôt mal à l’aise, mais curieux comme il était il lui posa une question. Elle y répondit et il enchaina avec une autre. Il se demandait bien si son père lui manquait, ou si elle lui en voulait encore. Finalement elle lui expliqua qu’elle ne savait pas et qu’elle n’y avait pas pensé depuis très longtemps.
Il finit par la lâcher sur ce sujet là, il voulait pas qu’elle s’oblige à lui répondre c’était normal. Il se connaissait à peine qu’il lui posait déjà des questions un peu indiscrète.
Il sourit à sa réflexion, c’est vrai il allait arrêter de la toucher. Elle devait se reposer.  
Ils s’étaient finalement endormis. Tous les deux, l’un contre l’autre. Bizarrement il dormait bien, il se sentait apaisé il saurait expliquer si c’était l’effet qu’elle avait sur lui ou si finalement la douche chaude avait vraiment fonctionnée sur lui. A peine quelques heures plus tard il ouvrit les yeux. Il était 6h30  du matin. C’était franchement un lève tard mais le fait d’avoir encore Kenza dans ses bras l’avait réveillé. C’était une chose qu’il ne faisait pas, du moins ne faisait plus. Avoir une femme dans ses bras toute la nuit contre lui c’était contre ses règles. Les règles qu’il s’était imposé. Il se leva lentement pour ne pas la réveiller. Il voulait pas avoir à lui rendre des comptes. Il enfila rapidement ses vêtements, attrapa son portable et sortit de sa chambre tel un voleur.
Il se rendait compte de l’effet qu’elle avait sur lui, elle était le genre de femme parfaite pour qu’il puisse tomber sous son charme. Il en était hors de question, il s’était juré de plus regarder une femme comme il avait regardé autrefois son ex-femme. Plus jamais. Et même s’il n’y avait rien entre Kenza et lui, il avait envie de la protéger contre le monde. Et rien que l’idée qu’un autre homme aurait pu lui voler sa première fois, ça le met dans un état qu’il ne comprend pas.
Dire qu’il avait des sentiments pour elle, serait mentir, car personne ne peut développer des sentiments en seulement quelques heures. Seulement, il sait une chose, c’est qu’elle lui plait vraiment. Et ça, c’est le début des soucis. En sortant de sa chambre sans la prévenir ou rien que déposer un petit mot près de son oreiller il ne s’était pas soucié de ses sentiments à elle. En vrai, il s’en fichait royalement. Pour le moment c’était lui qui passait avant le reste. Parfois il faut se montrer égoïste pour vivre heureux.

FIN DU SUJET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)   

Revenir en haut Aller en bas
 

un jour mon prince viendra et peut-être même qu'il est là (gab, suite des douches)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» LIBRE - un jour viendra nous aurons des rêves à nouveau
» Pokemon Rumble World - Super Mise à jour !
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A VOTRE ARRIVÉE :: Tout le reste :: Les archives-