AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de laisser un mot sur BAZZART & PRD
Le bal a ouvert ses portes ici amuse-vous les licornes

Partagez | .
 

 le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Ven 2 Jan - 14:59


le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ?

Depuis son entrée à l'académie, Blaze venait régulièrement faire le tour de cette très grande librairie. C'était un peu son repère secret. Quand quelque chose n'allait pas, elle venait ici, s'asseyait entre deux rangées, et lisait. Ses lectures étaient très variées : des histoires destinées aux adolescents aux romans policiers, jusqu'aux livres d'amour.

Aujourd'hui, elle était stressée à cause d'un projet de danse classique. Elle devait présenter sa chorégraphie au professeur le lendemain, et même si elle avait fournie énormément de travail sur celle-ci, elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter de son avis. Sa réussite dans cette matière lui tenait à cœur. Alors, après avoir révisé pour la énième fois sa création, elle avait marché jusqu'à la librairie, dans le but de se changer les idées. A peine avait-elle passé l'entrée de la bâtisse qu'elle se sentait déjà apaisée. Ici, elle se sentait comme dans une bulle en dehors du monde. A partir de ce seul endroit, elle pouvait s'évader dans n'importe quel contrée, qu'elle soit réelle ou fictive. Elle pouvait s'identifier à des personnages extraordinaires, la faisant sortir de sa condition, qu'elle jugeait banale et insignifiante.

Blaze était donc installée dans une partie de la librairie qu'elle savait peu fréquentée, assise en tailleur et une sucette à la main tandis qu'elle relisait un livre qui a marqué son enfance : Harry Potter à l'école des sorciers. Ses cheveux étaient détachés, et de longues mèches blondes venaient barrer son visage. Emmitouflée dans son épais gilet noire -un de ses gilets très chauds et moelleux qui étaient trop large pour elle mais dont elle ne se séparait jamais-, elle souriait en s'imaginant recevoir, comme Harry, une lettre lui annonçant qu'elle allait devenir une élève de Poudlard.

C'est à ce moment qu'elle remarqua un joli fessier dans sa vision périphérique... Ce n'était pas voulu, mais étant assise et la tête penchée sur sa lecture, elle ne pouvait distinguer autre chose que les fesses de cette personne. Étrangement, avec seulement ce détail, elle était convaincue de l'avoir déjà rencontré(e). Elle relevait la tête pour vérifier quand il/elle fit de même. Il faut savoir que Blaze n'a jamais été très douée pour les relations sociales, alors, se retrouvant yeux dans les yeux avec cet(te) inconnu(e), la jolie blonde paniqua : ses joues rosirent et, sans que son cerveau n'intervienne, elle s'entendit balbutier :

- Je, euh... Ce n'est pas ce que vous croyez...

Et voilà, ma pauvre fille, tu t'es ridiculisée une fois de plus ! pensa-t-elle, alors qu'elle tentait à présent d'éviter le regard de l'inconnu(e), en espérant que, si elle ne le/la voyait plus, cela effacerait ce qui venait de se passer...

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Dim 4 Jan - 23:00

Ambroise marchait dans la rue, mains dans les poches tout en soupirant. Comment avait-il pu perdre treize fois de suite à pierre-papier-ciseau ? Son ami avait besoin d'un service qu'il refusait de lui rendre pour une raison bien précise : c'était gênant. Celui-ci avait quelque chose à faire durant toute la journée mais il voulait à tout prix qu'il aille récupérer un roman érotique qui sortait aujourd'hui à la librairie. Le jeune homme n'était pas friand de ce genre de lecture mais son ami, si. Finalement, il ne sait trop comment mais il s'était fait manipuler et avait fini par accepter après une défaite total à un jeu de hasard... Il poussa un soupir en donnant un coup sur une pierre qui se trouvait sur le chemin. Encore une autre journée où la chance n'était pas avec lui, ça lui arrivait souvent depuis qu'il était ici.

Lorsqu'il arriva enfin à la librairie, il resta dix bonnes minutes devant l'enseigne n'osant pas entrer. Il trouvait ça vraiment gênant d'acheter ce genre de romans, même s'il n'avait rien contre, ça le mettait juste mal à l'aise. Mais il finit par entrer, prenant son courage à deux mains, le visage légèrement rouge alors qu'il n'avait absolument rien fait encore. Il croisa le regard du (ou de la) libraire qu'il salua avant de détourner aussitôt le regard, de plus en plus gêné. Il se faufila parmi les rayonnages, se rapprochant dangereusement de l'endroit où se trouver la catégorie en question. Son père avait raison, c'était pathétique à vingt-trois ans d'être encore mal à l'aise avec ça, surtout pour un homme mais... il n'y pouvait rien, c'était dans sa personnalité.

Finalement il attrapa le livre et sans oser se rendre à la caisse il bifurqua vers un autre rayon : littérature jeunesse. C'est à ce moment là qu'en se retournant après avoir lancé quelque regards apeurés il croisa le regard d'une jeune femme. Instinctivement il sourit, son sourire pouvait sans doute paraître narquois mais ce n'était pas le cas, juste un sourire de façade pour cacher son mal aise. "Je ne crois rien." Il disait ça d'une voix calme et assuré, mais au fond de lui il ne l'était absolument pas. Au contraire, il avait une main dans le dos, celle qui tenait le bouquin qu'il essayait de cacher à tout prix. Une goutte de sueur perla sur son front alors qu'il ajoutait "Et vous, vous croyez quelque chose ?" C'était l'inquiétude qui parlait, pas le fait qu'il puisse imaginer qu'elle pouvait avoir des vues sur ses fesses. Il était trop préoccupé pour s'intéresser au fait qu'elle avait son regard sur son popotin. "Tu aimes Harry Potter ?" Une tentative de changer totalement de sujet.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Lun 5 Jan - 0:22


le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ?



Effacé.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Blaze Hardy le Lun 5 Jan - 21:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Lun 5 Jan - 0:49

Elle avait l'air gênée, pourquoi ? Est-ce qu'elle avait vu ce qu'il cachait désespérément derrière son dos ? Est-ce qu'elle savait ? Ambroise déglutit, gardant son calme, réfléchissant. Il était de dos, elle n'avait rien pu voir, n'est-ce pas ? Il s'inquiétait pour rien, il en devenait paranoïaque. Il se calma, gardant au mieux un calme apparent. Il l'observa un instant essayant de réfléchir posément. Elle était plutôt mignonne, sa façon d'entortiller son doigt dans ses cheveux surtout dénotée qu'elle n'était pas très à l'aise non plus. C'est pour cela qu'il avait décidé de changer de sujet, pour lui mais aussi un peu pour elle. A première vue c'était une gentille personne. D'ailleurs à bien y réfléchir elle ne semblait pas travailler là, mais elle avait quand même l'air de faire partie des meubles. Une habituée certainement, elle devait beaucoup aimer lire.

La question eut l'air de la métamorphoser, elle avait presque l'air d'une autre personne, presque. Ambroise ne pu s'empêcher de sourire avec douceur en la voyant ainsi. Étrangement il commençait à se prendre d'affection pour la jeune fille. Il l'écouta avant de répondre en essayant de se souvenir, il avait vu les films ça il en était certain bien qu'il se soit arrêté au quatrième. "Je les ai lu, mais c'était il y a longtemps... j'avais beaucoup aimé !" Elle s'était soudainement levé le surprenant un peu et le faisant reculer d'un pas. Il cachait toujours le livre derrière son dos, gêné. Quelle idée avait on eu de lui demander d'acheter ça sérieusement ! Elle lui proposa alors de l'aider à trouver ce qu'il cherchait. C'était gentil de sa part mais il avait trouvé ce qu'il était venu acheter.

Néanmoins il sourit de nouveau avec douceur, c'était vraiment une gentille personne. Une raison de plus pour ne pas la laisser voir ce qu'il cachait. Il passa sa main libre derrière sa tête en riant doucement, toujours un peu gêné. " J'ai déjà trouvé ce qu'on m'a demandé de récupérer, mais merci c'est vraiment gentil de proposer ton aide." Il devait changer de sujet, trouver quelque chose à dire, n'importe quoi. "Alors tu viens souvent ici ? C'est... ton endroit secret ?" Comment ça les "endroits secrets" sont un truc d'adolescents en mal d'amour ? Il devait trouver quelque chose à dire et c'était tout ce qui lui était venu à l'esprit. "C'est vrai que c'est un endroit calme et au moins ici personne ne viendrait te déranger... sauf moi ? Je ne te dérange pas au moins ?" Il s'en voulait un peu, mais il cherchait toujours à ramener la conversation à autre chose. Et puis il était plutôt bon acteur, ça l'aider un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Lun 5 Jan - 21:39


le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ?

- J'ai déjà trouvé ce qu'on m'a demandé de récupérer, mais merci c'est vraiment gentil de proposer ton aide.

Elle arqua d'abord un sourcil, en entendant le jeune homme lui dire qu'il avait déjà trouvé ce qu'il cherchait. Comme il n'avait rien dans sa main visible, la théorie de la jeune fille -qui était qu'il cachait quelque chose derrière son dos- semblait se confirmer. Puis, quand il la remercia, elle lui sourit et agita sa main dans un mouvement qui signifiait "de rien, c'est normal". Après cela, elle resta silencieuse quelques millièmes de secondes, se demandant si elle devait continuer à le taquiner ainsi. Elle avait bien remarqué son mouvement de recul, et sa gêne. Mais, même si elle ne connaissait rien de lui, elle le trouvait attachant et elle n'avait aucunement envie d'insister lourdement.

- Alors tu viens souvent ici ? C'est... ton endroit secret ?

Blaze se demanda s'il n'allait pas la croire puérile, mais réalisa vite qu'elle tenait encore sa sucette presque terminée dans sa main, donc s'il devait croire cela, c'était déjà fait.

- C'est même exactement ça...

Lâcha-t-elle, et son regard se perdit dans les rayonnages tandis qu'elle remettait sa sucrerie dans sa bouche.

- Il faudra donc que ça reste notre petit secret.

Ajouta Blaze ; sa sucette était de retour dans sa main et elle le regardait droit dans les yeux, un sourire malicieux parant son visage d'un éclat pétillant. D'un geste de la main, elle rabattit tous ses cheveux sur son épaule gauche, son sourire malicieux s'étant transformé en un rictus plus doux tandis qu'elle posait à présent un doigt sur sa bouche, pour ponctuer cette affirmation.

- C'est vrai que c'est un endroit calme et au moins ici personne ne viendrait te déranger... sauf moi ? Je ne te dérange pas au moins ?

Cette fois, la jolie blonde répondit du tac au tac, et sa voix cristalline semblait emplie d'assurance alors que son regard bleu s'était plongé dans celui du garçon, comme si elle défendait déjà sa sincérité.

- Bien sûr que non.

Et elle lui fit un clin d’œil, accompagné d'un petit sourire en coin, avant de reprendre sa sucette, pour la terminer tranquillement. Elle se sentait beaucoup plus détendue, à présent. Rien à voir avec la Blaze qui était assise il y a encore quelques minutes ! Cela s'expliquait sûrement par le fait que, dans un premier temps, elle était à présent convaincue qu'il n'avait rien vu du regard qu'elle avait pu avoir sur ses fesses et cela était très rassurant pour la jolie blonde. Mais cela s'expliquait également par le fait que, sans qu'elle ne sache se l'expliquer, elle se sentait à l'aise avec le jeune homme.

- J'ai une idée : je vais faire comme si tu ne cachais rien derrière ton dos mais en échange, tu viens boire un verre avec moi. Tu en dis quoi ?

Bah oui, elle n'était pas dupe, Blaze. Elle était très rarement aussi directe et spontanée avec un inconnu, mais ce jeune homme lui inspirait confiance. Et sa meilleure amie, étudiante en Psychologie à l'Université, ne cessait de lui répéter qu'il fallait qu'elle s'ouvre plus aux autres, depuis quelques temps. C'était une tentative comme une autre. Cela lui permettrait au moins de gagner quelques jours de tranquillité une fois qu'elle lui aurait raconté cette histoire !
FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
If you fell down yesterday, stand up today ▵ ©️endlesslove
come and get your love ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Mar 6 Jan - 1:50

Elle était franche et honnête, du moins c'est l'impression qu'il avait. Et ça ne faisait que le mettre plus mal à l'aise encore. Il détestait mentir, encore plus éviter la vérité. Il avait l'impression d'avoir fait quelque chose de grave, quelque chose de mal. Mais il n'avait rien fait que rendre un service à un ami. Mais d'un point de vu extérieur ça ressemblerait certainement à une excuse bidon "c'est pour un ami", comme si c'était pour lui et qu'il ne voulait juste pas le dire. Il sourit lorsqu'elle lui avoua que c'était bien "son endroit secret". Lui aussi avait eu un tel lieu autrefois, c'était dans les bois, pas loin de sa maison de campagne en Italie. V'était à l'époque où son père avait les idées clairs, où il acceptait encore de l'écouter. Mais aujourd'hui c'était du passé, il avait changé, plus fou que jamais.

Ambroise lui fit un clin d’œil, il passait d'un instant de mal aise à un moment détendu et ainsi de suite c'était tout à fait déconcertant mais il s'y faisait à la longue. "Promis, je n'en parlerais pas." Il était sincère, en réalité il ne mentait que rarement, dans des cas extrêmes ou quand il voulait s'éviter une humiliation ou un quiproquo. Il continuait à l'observer, elle, son visage, ses cheveux, elle avait de longs et beaux cheveux. Puis sa sucette, elle aimait les sucreries, c'était juste... trop mignon. Le jeune homme sursauta lorsqu'elle lui fit remarquer qu'elle savait très bien qu'il cachait quelque chose derrière son dos. Il savait qu'elle savait mais il avait quand même l'espoir qu'elle ferait comme si de rien était et c'est bien ce qu'elle lui proposait.

En échange de... Ambroise rougit violemment d'un coup. Il s'était déjà fait draguer plusieurs fois, on lui avait des avances plus qu'explicites mais c'était la première fois qu'une fille correcte l'invitait à boire un verre. "B..boire ..v...vec moi ?" Il détourna le regard en passant une main sur sa bouche, c'était plus gênant encore. C'était sous le coup de la surprise, mais voilà il bégayait. Cela lui arrivait parfois sous le choc ou le stresse ou alors les deux. Il inspira une grande bouffée d'air, discrètement, puis il corrigea le tire. "Oui, oui.... bien sûr ! Avec plaisir !" C'était juste une invitation comme ça, il en était certain. Étrangement les filles biens ne s'intéressaient jamais à lui. Il attirait juste les cas désespérés.

Mais voilà à peine eut-il accepté qu'il réalisa qu'il ne pouvait absolument pas y aller en gardant cet horrible bouquin avec lui. Il fut tiraillé l'espace d'un instant entre son ami qui attendait ce livre et cette jeune femme qui paraissait si anormalement normale. "Tu m'excuses juste un instant, ne bouge pas !" Il recula doucement, pour qu'elle ne puisse pas voir le livre, avant de disparaître dans les rayons. Il alla déposer le livre, sans oser le remettre à sa place exact. Il reviendrait le chercher avant la fermeture, il espérait qu'il pourrait revenir à temps. Aussitôt débarrasser de "la chose" il retourna auprès de la demoiselle. "Voilà, c'est bon, on peut y aller... euuh juste..." Il sourit et il lui tendit la main "Je m'appelle Ambroise, mais tu peux m'appeler juste Amb. Je... je peux connaitre ton prénom ?'"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Mar 6 Jan - 20:09


le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ?


A peine avait-elle fini d'énoncer sa proposition qu'elle regretta de l'avoir faite. Non pas que Blaze n'avait pas envie de passer un moment avec le bel inconnu ; car toutes les raisons énoncées précédemment étaient vraies. Mais elle sentait comme un poids, sur son estomac, depuis qu'elle avait terminé sa phrase. Elle se jugeait très maladroite, dans cette histoire, et elle avait peur : peur qu'il la prenne pour une idiote, ou qu'il ne veuille simplement pas de sa compagnie ; peur d'avoir mal fait.

- B..boire ..v...vec moi ?

Parmi toutes les possibilités de réponse que Blaze avaient eu le temps d'envisager avant d'entendre celle-ci, elle n'avait même pas effleuré l'idée que le jeune homme serait si surpris par la question et deviendrait rouge comme une pivoine. Et encore moins qu'il bégayerait. Etant donné son charisme et ses attitudes attachantes, et sachant qu'il faisait partie des personnes populaires dans l'académie, elle pendait qu'il était habitué à ce genre de demandes. Le fait qu'il soit si gêné eut pour effet immédiat de faire rosir les joues de la blonde, soudainement intimidée à nouveau. Son regard se perdit sur la moquette durant quelques millièmes de secondes avant de retourner se poser sur le visage du beau brun quand il poursuivit enfin sa réponse.

- Oui, oui.... bien sûr ! Avec plaisir !

Blaze sourit spontanément. Elle était contente d'avoir obtenu ce résultat et n'avait à présent plus qu'une seule idée en tête : quitter la bibliothèque. Si elle ne s'était pas trouvée dans un endroit public, elle aurait certainement sautiller de joie et effectuer son pas de danse "de la joie".

- Tu m'excuses juste un instant, ne bouge pas !

Elle acquiesça d'un signe de tête, et profita de cette courte absence pour récupérer ses affaires. Blaze avait tendance à être la reine des têtes de linottes, mais elle ne voulait pas avoir à repasser par ici aujourd'hui donc elle fit bien attention à ne rien oublier.

- Voilà, c'est bon, on peut y aller... euuh juste... -il sourit et il lui tendit la main, alors elle fit de même- Je m'appelle Ambroise, mais tu peux m'appeler juste Amb. Je... je peux connaitre ton prénom ?

- Bien sûr, Amb. Moi, c'est Blaze.

Répondit-elle, en accompagnant sa parole d'un sourire en coin, qui s'allongea au fur et à mesure qu'ils approchaient de la sortie.

- Alors, où veux-tu aller ? Je te laisse choisir le lieu.

A peine avaient-ils passés la porte que la jeune blonde s'assit s'appuya contre un pilier, sortit une de ses cigarettes de son sac à main et l'alluma.

- Tu en veux une ? demanda-t-elle, en tendant son paquet à Amb, par politesse.

Alors qu'ils se dirigeaient vers le bar que le jeune homme avait choisi, la jeune femme chercha à lancer la conversation : - Tu étudies à l'Académie de séduction aussi, je ne me trompe pas ?
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Jeu 8 Jan - 16:37

Une personne normale ! Ambroise était aux anges, il en avait soupé de toute ces personnes complètements tarés ou juste très, trop bizarres. Dès sa naissance il en avait croisé un, son père, un modèle dans le genre. Et la chose s'était répétée inlassablement au point qu'il s'en était habitué, c'était devenu normal de rencontrer, de parler, de supporter ces personnes étranges et complètement marginales. Alors c'était un choc, une belle illusion pour laquelle il se prenait d'affection : une jeune femme tout à fait "normale". Il n'avait pas encore vu à travers la supercherie et il ne voulait pas voir de toute façon alors... il souriait simplement, elle s'appelait Blaze. C'était un beau prénom, quoi que plus masculin que féminin mais il ne ferait aucune remarque, lui c'était l'inverse. "Enchanté Blaze". Et c'était peu de le dire.

Dès qu'ils furent à l'extérieur, elle se tourna vers lui pour lui demander où il voulait aller. Il n'en avait aucune idée à bien réfléchir, un des nombreux Pubs de Londre peut-être ? Non, il valait sans doute mieux éviter l'alcool et il n'avait pas beaucoup d'argent sur lui en y pensant vu ses dernières dépenses. Un café peut-être ? Il regarda autour de lui, il y en avait justement un pas très loin. "Pourquoi pas... là-bas ?" Il accompagna sa phrase d'un geste de la main pour indiquer le lieu dont il parler. Il n'y était jamais aller, n'avait jamais eu l'occasion de prendre la moindre consommation donc, il espérait néanmoins que ce soit comme plus ou moins partout : correct. Il se tourna vers elle quand elle lui proposa une cigarette. Non pas qu'il ne fumait pas, mais il évitait et ne le faisait que lorsqu'il était sur les nerfs.

"Non merci, sans façon" Il leva la main pour affirmer son geste, cela dit il avait quand même un léger sourire presque reconnaissait d'avoir poser la question ou juste content. Et alors qu'il se dirigeait vers ce qu'Ambroise pensait être un café mais qui s'avéra être un bar... oui il avait mal vu, ça pouvait arriver à tous le monde... Il fut surprise devant sa question, comment le savait-elle ? Sans doute parce que le "aussi" voulait dire qu'elle y était aussi et donc elle avait du le croiser. Il ne faisait pas vraiment attention ces derniers temps, trop occupé à ses propres affaires. "Contre mon gré, mais oui..." Il n'avait pas pu s'en empêcher, c'était juste qu'il ne supportait pas d'être dans cette école. Il n'y avait pas sa place, c'était comme ça qu'il le ressentait.

Il aurait été mieux dans une école publique avec des personnes simples. Mais voilà, son père en avait décidé autrement et il était "retenu contre son gré dans cet enfer". Bref, il poussa un léger soupir avant de se remettre à sourire. "Tu y es aussi je présume, on s'est sans doute déjà croisé... je ne fais pas toujours attention."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Sam 10 Jan - 12:51

Ils marchaient donc vers l'établissement qu'Ambroise avait désigné quand il lui répondit. Contre mon gré, mais oui... Cette phrase la peina un peu. Elle lui adressa un regard compatissant, sans vraiment comprendre comment quelqu'un pourrait forcer une personne à venir étudier dans un endroit où elle ne souhaitait. L'envie de lui demander pourquoi lui démangeait les lèvres, mais elle ne voulait pas le mettre dans l'embarras. Ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes, et elle ne voulait pas qu'il ait l'impression qu'elle "envahissait son espace personnel". Finalement, il reprit la parole et elle décida donc d'attendre qu'ils soient installés pour éventuellement lui poser la question. Tu y es aussi je présume, on s'est sans doute déjà croisé... je ne fais pas toujours attention. Elle lui sourit de plus belle. Pas de problème. La belle pensait réellement qu'il n'y avait aucun mal au fait qu'il ne l'ait pas remarqué. Etant d'une nature discrète et essayant depuis qu'elle était arrivée dans cette école de suivre son petit bout de chemin sans être dérangée, elle préférait même qu'il ne l'ait jamais vue. De plus, même si elle s'était inscrite à l'académie de son plein gré, elle savait que toute personne n'était pas bonne à aborder ici. Elle l'avait appris "à la dure", et se protégeait donc depuis en se fermant aux autres et en faisant en sorte de ne pas les attirer vers elle. Une lueur de tristesse apparut comme un flash dans ses grands yeux bleus. Puis ils arrivèrent devant ce qui s'avérait être un bar, et Blaze n'ayant pas terminé sa cigarette, elle s'installa naturellement à une des petites tables rondes en ferraille qui était placée en terrasse. Un serveur vint rapidement prendre leur commande. Je prendrai une Guiness, et Amb... ? Elle attendit que le serveur soit parti pour laisser libre court à sa curiosité. Alors, Amb, pourquoi es-tu ici contre ton gré ? Si ce n'est pas trop indiscret, bien sûr. De toute façon, elle l'avait invité à prendre un verre pour apprendre à le connaître, alors il fallait bien commencer par quelque part. Le vent faisait coller ses cheveux contre ses joues, alors elle sortit un élastique, et les attacha maladroitement, simplement pour ne plus être gênée.

_________________
If you fell down yesterday, stand up today ▵ ©️endlesslove
come and get your love ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Dim 11 Jan - 12:03

Ils marchaient toujours lorsque Ambroise cru voir comme une lueur de tristesse dans le regard de la jeune femme. Est-ce qu'il avait dit quelque chose qui lui aurait fait de la peine ou qui lui aurait remémoré un mauvais souvenir ? Il en était terriblement désolé et se sentait un peu coupable, bien qu'il ne sache encore tout à fait le sujet de ce bouleversement passager. Ils arrivèrent finalement devant ce qui était un bar, un bar. Le jeune homme retint un soupir en comprenant son erreur et s'installa face à Blaze. Elle s'était installé à la terrasse sans doute pour finir sa cigarette. Le serveur arriva, Ambroise était toujours aussi étonné de voir ça. Habituellement dans les Pubs anglais, c'était aux consommateurs de se lever pour prendre leur commande. Mais ici il semblait y avoir un fonctionnement plus, moins conventionnel ce qui n'était pas pour lui déplaire.

Ambroise observait la rue, les commerces des environs, les passants tout en réfléchissant, l'espace d'une minute, à ce qu'il allait commander. "Une bière, Greene King IPA... si vous n'en avez pas, n'importe quelle bière blonde devrait faire l'affaire" C'était la seule marque qu'il aimait particulièrement, mais au fond, habituellement, il ne buvait pas. D'ailleurs il n'avait pas l'intention de boire, mais c'était venu naturellement, les vieilles habitudes de ses vingt ans, quand son père l'emmenait avec lui faire la tournée des bars à Milan et qu'il se retrouvait obliger de le ramener sur son dos après avoir bu une seule et unique bière, sans même avoir eu le temps de la savourer pleinement. Il retint un nouveau soupir, décidément il n'avait pas un seul souvenir où son père n'était pas mêlé de près ou de loin. Il n'avait pas non plus de "bons" souvenirs. Il regarda le serveur partir lorsque soudainement la demoiselle lui posa une question à laquelle il ne s'attendait pas.

Il n'avait absolument aucune envie d'y répondre, mais c'était lui qui avait soulevé le sujet et puis à quoi bon taire ce que tous le monde finissait par apprendre tôt ou tard ? Il la regarda d'abord attacher ses cheveux, quelque peu hésitant, il finit par laisser sortir un long soupir. "Cela risque d'être une longue histoire alors je vais essayer de résumer." Par où fallait-il commencer ? Il y avait certain détails qu'il ne voulait pas aborder, d'autres qu'il trouvait insignifiants. Finalement il se résolu à en dire plus que prévu mais moins que ce qu'il fallait. "Mon père est persuadé que si je n'ai jamais eu de petite amie 'correcte' c'est parce que je ne suis pas doué socialement parlant. Donc il a décidé de bloquer la quasi-totalité de mes comptes bancaires et de me désinscrire de l'université où j'étais. Disons qu'il a les connaissances qu'il faut là où il faut et que je n'ai pas le coeur à le poursuivre en justice..."

Ambroise lança un regard à l'intérieur de bar voir où en était la commande qu'ils avaient passé puis il poursuivit : "Je n'ai aucun problème de sociabilité, c'est juste que je ne tombe jamais sur la bonne personne... on pourrait dire que je suis maudis à ce niveau."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Date d'arrivée : 02/01/2015
Mots débités : 133

Je me trouve : Quelque part dans Londres, logiquement.
Je suis : Mélancolique et blasée.
Métier/Etude : Troisième année, options : danses classique et moderne, yoga et histoire de la séduction.

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Dim 11 Jan - 16:23

Le sourire de Blaze s'affaissa au fur et à mesure qu'il lui parlait de son père. Mon père est persuadé que si je n'ai jamais eu de petite amie 'correcte' c'est parce que je ne suis pas doué socialement parlant. Donc il a décidé de bloquer la quasi-totalité de mes comptes bancaires et de me désinscrire de l'université où j'étais. Disons qu'il a les connaissances qu'il faut là où il faut et que je n'ai pas le cœur à le poursuivre en justice... La blonde n'avait pas eu de père, et elle ne faisait donc qu'imaginer le sentiment que cela pouvait procurer d'en avoir un comme celui-ci. Mais elle était très empathique, alors cette histoire la rendit triste, et, malgré qu'elle n'était pas tactile -du tout, du tout- en général, sa main vint naturellement se poser sur celle d'Amb. Son regard lui exprimait son soutien et sa peine concernant ce qu'il traversait et elle ne sentit pas le besoin d'exprimer cela avec des mots. Après quelques secondes, l'étudiante replaça sa main sur sa cuisse, en lui adressant un petit sourire gêné, comme pour essayer de se montrer réconfortante, et demanda : Et tu n'as pas une amie qui voudrait bien faire semblant d'être ta petite amie ? Ainsi, il te laisserait sûrement plus... "tranquille", non ?

Je n'ai aucun problème de sociabilité, c'est juste que je ne tombe jamais sur la bonne personne... on pourrait dire que je suis maudit à ce niveau. Elle se demanda pourquoi il se sentait le besoin de préciser cela, et lui adressa un sourire franc. Je me doute... La jeune fille le trouvait vraiment trop mignon, et elle n'avait même pas imaginé que le problème pouvait venir de lui. Elle décida de faire un peu d'humour, pour lui décrocher un sourire. J'espère que tu ne te sens pas maudit de m'avoir rencontrée en tout cas. Son sourire s'agrandit. Et leurs boissons arrivèrent, accompagnées de la note. Blaze se saisit de son verre, et lança toujours souriante : Je te propose de trinquer à tes amours, qu'ils se fassent plus faciles et agréables et qu'ils arrivent rapidement, alors...

_________________
If you fell down yesterday, stand up today ▵ ©️endlesslove
come and get your love ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POPULAR
On aime se faire connaître

avatar

Date d'arrivée : 04/01/2015
Mots débités : 39

Je me trouve : Là où tu as le plus besoin de moi ♥
Je suis : toujours de bonne humeur quand tu es là ♥
Métier/Etude : En Première année à l'Académie

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   Lun 12 Jan - 23:50

Ambroise était touché par le geste de la jeune femme, bien qu'il trouvait ça aussi un peu gênant... ils se connaissaient à peine, bien qu'il ait l'impression de la connaitre depuis longtemps, comme une bonne amie. Il n'avait pas tant d'amies que ça, comme dit précédemment lui et les femmes c'était une longue histoire de désastres. En fait, toute ses relations étaient désastreuses... Ses amis étaient une bande d'idiots farceurs, dont il était plus une victime qu'un ami en réalité. Il se demandait parfois s'il avait un seul véritable ami, une seule personne qui le considérait comme tel. Il rit légèrement lorsqu'elle lui demanda s'il n'avait pas une amie pour jouer ce rôle. Il rit oui, parce qu'il y avait déjà pensé. "J'ai récemment eu cette idée lorsqu'il est venu me voir, mais... je suis incapable de mentir. C'est peut-être idiot, mais je n'y arrive pas... " Son père était quelqu'un de gentil quand on le connaissait, un peu flippant, séducteur s'il en était, bizarre dans le sens qu'il pouvait passer d'une sorte de "parrain de la mafia" à un gros "bisounours" en moins de quelque secondes.

Il était son seul enfant, enfin si on oubliait sa sœur... Monsieur Lancellotti aimait particulièrement son fils, cela depuis sa naissance. En fait il l'aimait excessivement, au point de le surprotéger, d'autant plus dû à sa maladie. Et cet amour était un véritable poison, il ne pouvait pas passer une journée sans le harceler d'appels, de sms et de mails. Une raison supplémentaire à ses difficultés à nouer des liens. Son père ne pouvait s'empêcher de le critiquer, de lui trouver des défauts, de l'empêcher de grandir. Il avait vingt-trois ans et pourtant il avait l'impression d'en avoir dix. La demoiselle tenta de ramener la conversation à quelque chose de plus gaie, elle s'essaya à l'humour pour cela. Ambroise rit "Je ne sais pas..." puis il lui lança un regard, comme s'il cherchait à lire à travers elle "Est-ce que tu crois que j'ai des raisons de me sentir maudit d'une telle rencontre ?"

Les boissons arrivèrent enfin, Ambroise fut ravi de voir qu'il avait sa marque préférée. Il sourit en voyant l'immense chope, il adorait ce côté "rustique" qu'il trouvait dans presque tout en fait. Sans doute du au fait qu'il avait vécu la vie de château avant d'être envoyé à l'académie. Il remercia le serveur en récupérant la note, par habitude, il y jeta un œil et la rendit au serveur accompagné d'un énorme billet. Il regarda Blaze et sourit "J'espère que ça ne te dérange pas, c'est juste pour avoir l'occasion de dire... la prochaine fois c'est toi qui paiera la note... Et comme ça tu es obligée de m'inviter de nouveau et je sais que je te reverrais... Je sais, c'est stupide dit comme ça mais..." En réalité il était juste incapable de laisser une fille payer pour lui, c'était contre tout ses principes. Mais il ne voulait pas le dire comme ça, c'était elle qui l'avait invité. Et puis il savait que beaucoup de jeunes femmes auraient trouvés ça insultant.

Alors c'était sa façon d'échapper au courroux féminin qui aurait pu l'abattre d'un coup sans prévenir. Il leva sa chope pour porter un toast comme elle venait de le faire. Mais tout en riant : "Entre nous je préférerai qu'ils n'arrivent jamais et que mon père se fasse à l'idée. Trinquons à la liberté et à l'amitié plutôt." Il sourit, il était de bonne humeur alors qu'il avalait... il continuait de boire mais il s'était soudainement souvenu que ce n'était pas conseillé par ses médecins. Il allait encore avoir des problèmes, si ce n'était pas avec son cœur, c'était l'infirmière qui allait le gronder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)   

Revenir en haut Aller en bas
 

le ridicule ne tue pas, et ce qui ne me tue pas me rend plus forte. conclusion ? + (free)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ridicule, à se tordre de rire, niais... Qui à votre avis...
» Le ridicule ne tue pas... et c'est heureux!
» [résolu]Stat Vitesse ridicule
» Awards du lutteur le plus ridicule
» N'ais-je pas l'air... Ridicule? [Libre ^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: Shoreditch :: British Library-