AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de laisser un mot sur BAZZART & PRD
Le bal a ouvert ses portes ici amuse-vous les licornes

Partagez | .
 

 LIBRE + solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: LIBRE + solitude   Jeu 1 Jan - 23:15

Quand tu n'arrivais pas à dormir, la seule chose qui te détendait c'était de prendre une bonne douche chaude. Et non, le lait chaud ne te faisait rien et c'était regrettable, parce que cela aurait été plus pratique de boire quelque chose de chaud plutôt que de devoir prendre une douche. Il était près de deux heure du matin et tu te retournais sans cesse dans ton lit, priant pour pouvoir dormir sans avoir besoin de finir sous l'eau chaude. Mais tu devais te rendre à l'évidence, la douche allait devoir être obligatoire. Tout en poussant un long soupir, tu sortis de ton lit, pris tes affaires de toilettes et sortis de ta chambre pour te rendre dans les douches mixtes. Le seul point positif, était le fait que l'endroit allait être totalement désert à une heure si avancée. Tu pourrais donc prendre ton temps sans avoir des personnes qui râlent parce que tu es entrain de prendre toute l'eau chaude. En seulement quelques minutes, tu te retrouvais dans la pièce totalement vide et te déshabilla pour ensuite te glisser sous l'eau chaude. Le silence était ton ami du moment, jusqu'à ce que tu entendes la porte s'ouvrir et te fit te figer sur place. « Il... Il y a quelqu'un ? » Tu n'étais pas du genre à croire aux fantômes, mais tu regardais tellement de films d'horreur, que tu étais entrain de tourner parano.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Jeu 1 Jan - 23:48

Ses yeux sont fermés, il s’est assoupi depuis quelques minutes après une nuit torride avec une de ses conquêtes. Le sommeil commençait à prendre le dessus lorsque son téléphone vibre près de son bras. Il ouvre lentement les yeux sans regarder qui s’était il répond d’une voix lente et fatiguée. C’est son ex-femme. Il ouvre grand les yeux et se tire de son lit. Ce n’était pas possible qu’est-ce qu’elle voulait. Ca faisait presque trois ans qu’il ne lui avait pas parlé. Elle lui avait brisé le cœur, c’était la dernière personne avec qui il voulait parler. Elle le supplie de l’aider, il lui explique gentiment qu’il ne peut pas qu’il a repris ses études et que le temps manque. Il fini par raccrocher.
Il sort de la chambre laissant sa sulfureuse compagne du soir dans le lit seule.
Il se rend compte que son ex femme lui manque, celle qui lui a brisé le cœur lui manque. Il est hors de question de laisser ses vieux démons refaire surface. C’est un connard à cause d’elle. S’il est ainsi c’est par sa faute il la hait.
Il entre alors dans les douches mixtes dans le but de se rafraichir un peu et de se détendre, lorsqu’il entend une petite voix. « Je … je suis désolé. » dit-il hésitant. « Tu peux finir, je reviendrai plus tard. » lance Gabriel s’apprêtant à sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Jeu 1 Jan - 23:55

Franchement, en allant prendre une douche si tard, tu n’avais pas pensé une seule seconde qu’une autre personne pouvait avoir la même idée que toi. C’était donc pour ça que t’étais plus que surprise, quand la porte des douches c’était ouverte. Peut-être c’était-elle ouverte à cause du vent, parce que tu l’avais mal fermé ? Cette pensée te fit sourire, parce que cela était juste impossible. Tu avais donc pris la parole, d’une voix mal assurée, il fallait bien l’avouer. A peine ta bouche refermée, la voix d’un jeune homme retentit dans la pièce et un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres. Au moins c’était une personne réelle et pas un fantôme, comme tu l’avais imaginé. « Non, non… Tu peux rester sa ne me dérange pas. Après tout, l’endroit est à tout le monde. » Tu sortis ta tête de l’habitacle de la douche pour regarder le jeune homme et lui faire un petit sourire. T’avais pas l’habitude d’être dans une telle situation, mais si t’avais voulu venir étudier dans cette école, c’était pour changer et ce n’était pas en restant tout le temps seule et surtout en fuyant la gente masculine que tu allais y arriver. Lire des livres, c’était intéressant mais tu savais que c’était en faisant de la pratique que tu allais pouvoir t’améliorer et devenir moins timide.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Ven 2 Jan - 1:00

« Merci. » lui lance Gabriel sans faire réellement attention à elle. Il pose son portable sur les tables mise à disposition et commence à se déshabiller sans être réellement gêné par la présence de Kenza. Alors qu’il retire son pantalon son portable vibre à nouveau. C’est encore elle. Si elle lui ordonnait de revenir à ses côtés il le ferait. Il savait que son cœur flancherait face à sa voix, ses caresses et ses douces paroles. Il était naïf malgré tout. Il ne répond pas à son appel de peur de céder. Mais elle n’arrête pas elle l’appelle à nouveau, et encore une fois sans s’arrêter. Elle lui laisse même un message vocal. Le suppliant de répondre. Finalement lorsque son portable vibre à nouveau il décroche. « J’ai pas envie de parler… » lance Gabriel d’une voix tremblante. « Je peux pas me ramener en Italie en un claquement de doigts.. j’ai pas le temps … ni l’envie. » avoue t’il finalement à son ex-femme. Finalement elle lui ressort leur passé, ce qui le blesse réellement mais il ne laisse rien paraitre.
Il raccroche et balance son portable sur la table. Il retire son boxer restant ainsi nu sans gêne. La pudeur ça ne le connaissait pas. Et depuis toujours, il n’était pas pudique, ça le dérangeait pas de se balader nu devant tout le monde. Il se foutait du regard des autres. Il se retourne et son regard croise celui de sa voisine de douche. Sa petite tête ressort de la douche. Il sourit et s’avance vers elle. « Besoin de compagnie ? » lui demande Gabriel plongeant son regard dans le sien. Il rigolait bien sur, c’était pour la taquiner et pour relativiser les choses question d’oublier cet appel catastrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Ven 2 Jan - 11:08

A peine quelques secondes après l’entrée du jeune homme, son portable se mis à sonner. Etant plutôt curieuse de nature et parce que d’un côté tu n’avais pas d’autre choix, tu écoutais ce qu’il disait à la personne qui se trouvait de l’autre côté du fil. Tu venais donc d’apprendre qu’il était italien, ce qui n’était pas pour te déplaire, parce que même si tu ne l’avais avoué à personne, tu trouvais les italiens craquant. Mais bon, tu étais tellement timide devant les hommes, que tu ne faisais jamais rien pour leur montrer. Rien que d’y penser, cela te mettait le cafard et tu espérais donc que cette école t’aide à te dévergonder et surtout à pouvoir approcher la gente masculine. Se fut sa voix qui te sortit de tes pensées plutôt sombres et en entendant sa demande, tu en fis tomber ton gel douche sur le sol de la douche et le rouge te monta aux joues. Tu n’avais pas du tout l’habitude de telle demande et ton cerveau tournait à cent à l’heure pour trouver quelque chose de cohérent à dire. « Euh… Si tu aimes l’eau très chaude… » Mon dieu, si un de tes professeurs t’avait entendu à cet instant, il serait très certainement soit mort d’une crise cardiaque ou alors mort de rire. Comme quoi, la lecture des livres de cours ne faisait pas tout et tu étais en train de t’en rendre compte à cet instant précis. Tu tournas légèrement la tête pour l’observer, priant pour que le rouge qui se trouvait toujours sur tes joues ne se voit pas trop.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Ven 2 Jan - 16:46

Après avoir raccroché il fit une proposition à sa jeune voisine de douche dans le seul but de la taquiner mais voilà qu’elle accepte. Ca ne l’étonnait pas réellement. Si c’était d’autres filles elles auraient sautée sur l’occasion sans même attendre une proposition du jeune homme. Sauf qu’elle, elle était hésitante. Elle essayait d’aller à l’encontre de ses comportements en général.
« Je rigolais. » dit-il en pouffant légèrement de rire. Elle était timide, c’était adorable. Les filles comme elle ça ne court pas les rues. La plupart d’entres elles se sentent forte et tiennent tête aux autres. Elle au contraire, à l’air d’être en retrait. Dans son coin. Il en conclu au vu de ses joues qui ont tournées au rosé, rouge. Il attrapa son gel douche qui était tombé au sol et le lui tend. Il n’allait pas profiter de sa timidité mais ça allait lui changeait d’idée. C’était bête et pas très gentil mais certaines fois se comporter comme un égoïste c’est ce qui nous sauve de nos vieux démons.
Il ouvre alors la porte de sa cabine et y entre, il referme bien derrière lui. « Mais si t’insistes mademoiselle. » ajouta Gabriel la taquinant.
Ses yeux étaient toujours plongés dans les siens et il se rendit compte de la beauté de son visage. Il ne l’avait jamais croisé, c’était pas normal. Une fille pareille il l’aurait pas oublié. Il attrapa alors la main de Kenza et l’emmène sous le jet d’eau, il meurt d’envie de dévisager son corps mais ne le fait pas pour ne pas la mettre encore plus mal à l’aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Ven 2 Jan - 23:09

A cet instant, deux sentiments étaient en train de se percuter à l’intérieur de toi. Celui de prendre la fuite en prétextant une fausse excuse et celui de rester pour mettre e pratique les cours suivis jusqu’à présent. Tu savais que si tu ne faisais pas d’effort, tu n’arriverais jamais à changer et tout l’argent mis dans cette école n’aurait servit à rien. Te mordillant légèrement la lèvre, tu observais le jeune homme ramasser ton gel douche qui était sur le sol de ta douche et tu l’observer entrer sans aucun soucis dans la cabine pour te rejoindre. Une chose était certaine, il ne faisait pas parti du groupe des timides. Tu parierais plus sur les populaires voir même les matchos, mais tu avais quand même un doute sur ce dernier groupe. Ton regard scotché au sien, tu ne faisais plus un mouvement, totalement perturbée par sa venue. « Je, euh.. D’accord. » Tu devais avoir l’air totalement stupide, mais plus rien ne fonctionnait correctement dans ton cerveau et la beauté du jeune homme ne t’aidait pas vraiment à reprendre tes esprits. A 22 ans, tu étais toujours vierge et tu n’avais donc pas du tout l’habitude de voir un homme totalement nu, ce qui te fit encore plus monter le rouge aux joues. Tu te laissais entrainer sous le jet d’eau chaude, ce qui n’était pas pour te déplaire, vu que tu commençais à grelotter. Tu fermas quelques secondes les yeux, totalement perdue, ne sachant pas quoi faire ni quoi dire. Il devait te trouver tellement idiote à cet instant, qu’il allait très certainement se ficher de toi et aller prendre sa douche de son côté et toi, tu resterais seule comme une idiote. « Au fait moi c’est… Kenza. » Peut-être se fichait-il totalement de ton prénom, mais c’était la seule chose qui t’était venue à l’esprit pour chasser ce silence qui devenait trop pesant à ton goût.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 0:34

Cette situation était des plus nouvelles pour lui. Il n’avait jamais croisé cette jeune femme et encore moins toutes nues sous les douches. Et puis que faisait-elle ici à 2 heures. Il souriait en guettant ses réactions. Elle était adorable. Il fondait devant ses yeux bleus cette chevelure et ses joues rosées par sa timidité. Il n’allait rien faire, c’était pas son genre profiter des gens plus faible que lui et encore moins d’une jeune fille aussi timide.
Il l’emporta sous l’eau chaude, passant une main dans ses cheveux mouillés il lâcha les mains de la jeune fille. « Gabriel. » lui souffle t’il près de son visage.
Il attrape une bouteille de shampoing qui se trouvait près d’eux et l’ouvre pour en verser au creux de sa paume pour l’étaler sur les cheveux de Kenza. Doucement, délicatement tout en souriant. « Respires blondie. » Elle avait pas à s’inquiéter. Il voyait bien qu’elle était pas très à l’aise. Elle avait pas l’air d’être très confortable face à lui. Ils étaient nus il pouvait comprendre et si elle le souhaitait il l’aiderait à s’accepter comme elle est, à ne pas se sentir timide dans ce genre de situation. « Je ne te toucherai pas si tu ne m’en donnes pas la permission. » Et il disait vrai. L’ancien Gabriel est toujours là au fond. Peut être bien caché mais toujours là. Il l’avance vers le jet d’eau pour lui rincer les cheveux, il passe ses mains sur ses épaules et fini par les retirer. Il arrête l’eau et pose une main sur le carrelage derrière Kenza la bloquant entre lui et le mur. Finalement ses yeux se baladent légèrement sur son corps appréciant la vue qu’elle lui offrait. Il fini par sourire. « D’ailleurs qu’est-ce que tu fais à cette heure ci toute seule dans les douches ? » lui demande t’il alors que son regard regagne celui de la belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 0:52

Ton cœur battait à cent à l’heure dans ta poitrine et tu essayais vainement de te concentrer pour te rappeler quelques phrases d’un bouquin que tu aurais pu lire, mais rien ne te venait en tête. Tu étais totalement démunie face à lui et cela ne te plaisait pas du tout. L’eau coulait sur vos corps et tu te demandais ce qu’il allait faire maintenant qu’il était en face de toi et que vous étiez nus comme des vers. Tu essayais néanmoins de respirer calmement pour qu’il ne se fasse pas trop d’idée sur toi. En l’entendant te dire son prénom, tu laissais apparaître un petit sourire sur ton visage. Tu aimais ce prénom, il était doux, léger et surtout il te faisait penser à un ange. D’ailleurs quand tu le détaillais, tu avais l’impression qu’il lui ressemblait un peu, mais c’était très certainement le fruit de ton imagination. « J’aime beaucoup. » Un commentaire très certainement inutile, mais c’était plus fort que toi, il fallait que tu  parles pour te détendre. Sans que tu t’y attendes, Gabriel commença de te laver les cheveux, ce qui te fit légèrement sursauter. Premièrement parce que tu ne t’y étais pas attendue et surtout parce que personne n’avait fait ça avant. Bien vite, sa voix brisa le léger silence et en entendant sa remarque, tu laissas un rire s’échapper d’entre tes lèvres. « D’accord monsieur l’ange. » Oh, en entendant ce que tu venais de lui dire, tu te sentis rougir encore plus mais tu ne bougeas pas, le laissant enlever le shampoing qui te couvrait la tête tout en te demandant ce qui allait se passer par la suite et au même instant, il reprit la parole, à croire qu’il pouvait lire dans tes pensées. Tu relevas légèrement la tête pour le regarder droit dans les yeux et un nouveau sourire apparu sur le coin de tes lèvres. Il te prenait vraiment au dépourvu et si tu le pouvais, tu courais prendre un livre pour essayer de comprendre son comportement envers toi. Tu enlevas un peu de mousse qui se promenait tranquillement sur ton corps, essayant de trouver quelque chose à lui répondre. « Tu dois me prendre pour une idiote. » Et tu l’étais, enfin tu avais l’impression d’en être une, parce que tu n’y connaissais rien aux hommes et à ton âge s’en était presque pitoyable. Sans t’en rendre vraiment compte, tu fis prisonnière de son corps, corps que tu venais d’observer, sans vraiment le vouloir mais qui t’avais plutôt convenu. Tu relevas quand même la tête pour le regarder et ne pas paraître encore plus bête. Tu soulevas légèrement les épaules à sa question. « Je n’arrivai pas à dormir et normalement l’eau chaude m’aide à me détendre. « Et toi alors, tu fais quoi ici tout seul et surtout si tard ? » Tu étais curieuse d’entendre sa réponse, parce que ce n’était pas souvent que tu croisais quelqu’un dans les douches en pleine nuit.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 2:06

Ils se lancèrent dans une présentation mutuelle pour savoir au moins leur prénom respectif. Elle lui avoue aimer son prénom. Ce qui le fait sourire de plus belles. C’était pas vraiment le genre de compliment qu’il entendait le plus venant de la gente féminine. « Merci blondie. » Il avait du mal avec les compliments. Après sa rupture qui lui était tombée dessus par surprise c’était avec peine qu’il se revoyait échanger de gentils mots avec une femme. C’était malheureux mais tout ce qui restait sur ses lèvres étaient de mots crus destinés à assouvir ses besoins. Il lâcha un petit rire en l’entendant jouer avec son prénom. « Madame a de l’humour. » lui lance t’il en la dévisageant du regard.
« Dans ce cas tu dois me prendre pour un pervers. » C’est vrai. S’ils jouaient à ça, elle serait trop idiote et naive de l’avoir laissé entrer et prendre une douche à ses côtés et lui serait un gros pervers tentant tout pour arriver à ses fins. « T’as pas besoin de toujours justifier ton comportement. Et t’as pas besoin d’être aussi gênée, je devrais être gêné. Je jalouse ta poitrine. » dit-il en rigolant. Il essayait d’alléger l’atmosphère. Lorsqu’il déposa sa main contre le mur bloquant ainsi Kenza il remarqua son regard coulisser sur son corps ce qui le fit sourire. C’était légitime. Il pouvait pas lui en vouloir au contraire. Il avait pas hésité avant de faire de même. Il lui demande alors dans le but de tourner son attention pourquoi est-ce qu’elle était à cette heure ci dans les douches. Il hoche la tête. « Problème de petit ami ? » demande t’il. Il était curieux, il voulait pas s’engouffrer dans une histoire avec une fille déjà casée. Si c’était le cas il s’en irait aussi vite qu’il avait mis les pieds dans la cabine. « J’ai reçu un appel qui m’a arraché de mon sommeil. Je pensais que l’eau chaude allait me détendre aussi. » lui avoue Gabriel un sourire toujours perché sur son visage. Il attrape le gel douche qu’il avait ramené avec lui et lui tend. « Tu m’aides ? » c’était une approche, y’avait pas photo. Il avait des arrières pensées comme tout homme hétéro qui se serait retrouvé à sa place. Il ne se mentait pas et ne mentait pas aux autres. Elle était belle et son corps réveillait plus d’une sensation en lui. Il se retenait de poser ses lèvres sur sa peau ou de caressait son dos parce qu’il ne voulait pas la brusquer ou lui faire peur. Elle avait l’air d’être nouvelle dans ce domaine. Tout devait lui paraître étrange et confus. Et il ne pouvait que mieux la comprendre, il a décroché sa première fois lorsqu’il avait vingt ans. Il était lui aussi très maladroit et hésitant dans ses gestes. Même s’il savait s’y prendre maintenant il restait tout de même ébahi face à la gente féminine et leur façon de prendre les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 11:37

Blondie… Ce surnom allait très certainement te coller à la peau, du moins avec Gabriel, mais cela ne te gênait pas, parce que tu avais eu bien pire comme surnom jusqu’à présente. Des surnoms que tu préférais oublier, parce qu’ils étaient plus moqueurs qu’autre chose. Tu étais presque certaine que si une autre fille se trouvait à ta place avec lui en face, elle lui aurait très certainement fait du charme et ils feraient autre chose que discuter, sauf que toi tu n’y arrivais pas. Il t’intimidait, premièrement parce que c’était un homme et deuxièmement parce qu’il était nu en face de toi. Entendre que Gabriel essayait également de détendre l’atmosphère te fit sourire et te détendit légèrement, ce qui était bon signe, il fallait bien l’avouer. Il avait du courage d’essayer de te détendre et c’était tout à son honneur, parce que peu de monde le ferait. En l’entendant te dire que tu devais le prendre pour un pervers, tu secouas la tête tout en le regardant avec de grands yeux. « Non, pas du tout ! Je te prends pour un jeune homme tout à fait normal. » Tu lui fis un grand sourire tout en espérant qu’il te croirait, parce que tu disais la vérité. C’était un jeune homme normal, qui aimait séduire et observer les jeunes femmes aux belles courbes. Tout le contraire de toi en fait et il te fascinait, oui, vraiment. Il dégageait quelque chose que tu ne pouvais pas décrire et en plus il paraissait sur, très sur de lui et tu en étais presque le contraire. Il reprit ensuite bien vite la parole et tu ne pu qu’éclater de rire en entendant sa remarque sur ta poitrine, tout en laissant une nouvelle base de rouge envahir des joues. C’était la première fois qu’on te complimentait le dessus et cela te rassurait un peu, parce que toi, tu la trouvais beaucoup trop petite, surtout comparé à celles des autres demoiselles se trouvant dans l’école. « Euh… Merci Gabriel. Je vais essayer d’arrêter de ressembler à un feu de signalisation alors, mais je ne te promets rien, surtout si tu continues les compliments. De plus… Oublies le rêve d’avoir une poitrine, sa ne te mettrait pas du tout en valeur. » Tu déposais ton regard sur son torse, seul endroit que tu arrivais à regarder sans devenir rouge tomate et fit une légère grimace en imaginant une poitrine sur son corps. Non vraiment, cela ne lui irait pas. La conversation partit ensuite sur le pourquoi du comment on s’était retrouvé tout les deux ici et en entendant sa question, tu secouas vivement la tête. « Un petit ami ? Oh non, je suis seule depuis toujours. Personne n’a envie d’une fille autant timide. » Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres et du détournas la tête quelques secondes. Parce que même si tu ne l’avais dit à personne, le célibat te pesait de plus en plus. Pour détourner la conversation de sur toi, tu lui retournas la question et souris légèrement à sa réponse. « Je vois qu’on a eu la même idée tout les deux. » Bon, il n’y avait rien d’exceptionnel là-dessus, parce que beaucoup de monde considérait l’eau comme une relaxant. Alors que tu étais plongée dans tes pensées, Gabriel t’en sortit en te demandant de l’aide avec le gel douche. Tu regardas le flacon et ensuite le jeune homme totalement interdite. Est-ce que tu devais accepter ou refuser ? Ton cerveau ne savait plus comment réagir. Lentement, tu levas le bras pour prendre le flacon et une fois le liquide au creux de ta main, tu commença à lui savonner le torse, ne savant pas du tout si tu t’y prenais et t’osais à peine le regarder, de peur de voir un sourire moqueur apparaître sur son visage. Tes doigts parcouraient lentement son torse et même si tu ne voulais pas vraiment l'avouer, t'aimais beaucoup ce qu tu étais en train de faire.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   


Dernière édition par Kenza Keynes le Sam 3 Jan - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 16:02

« Dans ce cas si tu vois en moi un jeune homme tout à fait normal je peux me permettre d’avoir des pensées de pervers t’y verras que du feu. » lui lance le jeune homme dans le seul but de la voir rougir à nouveau. Il trouvait ça mignon et tout à fait adorable. Qui rougissait encore de nos jours ? Personne justement. Ca le surprenait, elle le surprenait et c’était pas vraiment pour lui déplaire au contraire. Et si en plus de ça elle avait une image de lui plutôt soft il était bien partit. Elle avait pas l’air de le connaitre, avec toutes les rumeurs qui le suivait il pensait avoir une sacrée réputation au près des jeunes filles. Et les filles comme Kenza il les approche pas tout comme elles ne l’aiment pas. Elles ont l’air d’avoir peur de ce genre de garçon. Avoir peur peut être de tomber sous son charme. Lui ça le dérangeait pas, c’était même mieux ainsi il voulait redevenir le gentil Gabriel d’autrefois et il voulait surtout pas briser le cœur d’une jolie fille comme on lui avait piétiné le cœur à l’époque.
Pour alléger l’atmosphère et dans l’unique but de la mettre à l’aise il lui lance un petit compliment, qui de plus était vrai. Il avait pu jeter un coup d’œil à sa poitrine et il pouvait certifier et confirmer le compliment qu’il venait de lui faire. Il avait même quelques idées qu’ils pouvaient mettre en pratique … enfin … jusque là il a seulement touché avec ses yeux. « D’accord blondie … dis moi alors ce qui me mettrait en valeur, l’idée ne me déplairait pas de me balader avec une petite paire de seins. » ajoute Gabriel avec un petit clin d’œil. Mais il voit bien qu’elle est mal à l’aise peut importe ce qu’il lui dis ou ce qu’il fait. Il lui sourit et finalement lui propose quelque chose. « Tu veux que je m’habille ? On fait comme ça, réfléchis à ma question pendant ce temps et me mattes pas. » Il la quitte un instant et retourne vers les tables où ses affaires étaient éparpillées au sol. Il ramasse son boxer l’enfile et revient près d’elle. « Il faisait franchement froid en plus. » fini-t-il par lâcher. Il repose sa main sur le carrelage du mur et plonge à nouveau son regard dans le sien. Elle n’avait pas de copain, c’était un point positif pour lui. « Belle à tomber, un corps qui me donne de vilaines idées et pas de copain. Dis moi une chose, où étais-tu tout ce temps ? » Il était spontané et lui disait ce qu’il avait sur le cœur mais il venait de se souvenir qu’elle souhaitait qu’il cesse de la complimenter. « Pardon c’est vrai pas de compliments. » Il se rend compte alors qu’elle venait juste de se rabaisser. Qu’elle a toujours été seule et que personne ne voudrait d’une fille aussi timide qu’elle. Il voyait dans ses yeux un désespoir et un manque. Il voulait la prendre dans ses bras et l’embrasser ce qu’il ne fit pas. Il voulait pas qu’elle pense qu’il avait pitié d’elle parce qu’il avait tout sauf pitié d’elle. Il se sentait d’un coup protecteur envers elle. Elle avait l’air faible et inoffensive et il regrettait de ne pas l’avoir connu plus tôt. Il se serait fait une joie de la défendre face aux abrutis.
« J’aimerai bien te dire que personnellement j’en ai envie .. mais bon on a dit pas de compliment. » il était honnête, il a longtemps côtoyé les filles sures d’elle qui prenait les autres de haut mais jamais il n’avait croisé le chemin d’une fille comme Kenza et ça, et bien ça l’intriguait et ça lui donnait envie d’apprendre à la connaitre.
Il soulève son visage en posant son doigt sous son menton. « N’ais pas honte de qui tu es ou je me fâche. » lui dit-il en fronçant les sourcils très peu crédible, il lui sourit. Il fini par la laisser poser lentement le liquide savonneux sur son corps alors qu’il sourit. Le regard de la jeune fille se fait hésitant et elle le fuit. Il posa alors une de ses mains sur celle de Kenza pour l’aider à passer sur tout son torse. Il s’approche plus d’elle et fait glisser leur main derrière son dos, qu’il laisse coulisser jusqu’au bas de son dos. « Tu as oublié cette zone. » Il rigolait il voulait juste voir sa réaction. Elle s’était exécuté sans broncher et ça l’intriguait il savait pas si elle faisait parce qu’elle en avait envie ou si elle faisait ça pour s’obliger à changer. « Si tu le souhaites je peux m’en aller. Dis le et j’y vais. » si elle n’osait pas le lui dire c’était bien malheureux. Il voulait pas s’imposer à elle alors que ça la dérangeait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 16:30

Il avait tout à fait raison, parce que tu n’y connaissais tellement rien en garçon qu’il aurait pu se comporter comme un pervers que tu ne l’aurais pas remarqué. Tu passais tellement de temps le nez dans les bouquins que tu ne faisais plus vraiment attention à la réalité et s’en était bien triste. « Et oui, t’en as de la chance d’être tombée sur une fille tellement naïve » Tu fis une légère grimace et secouas légèrement la tête, parce que oui, tu étais naïve et ça depuis toute petite. On pouvait te faire croire tout ce qu’on voulait, tu y croyais à chaque fois, ce qui était plutôt marrant pour les autres mais moins pour toi. Tu te mis ensuite à réfléchir à sa question tout en l’observant, sans aller trop bas, parce que vous étiez toujours nu tout les deux sous la douche. Il venait de poser une excellente question, mais vu que ton cerveau avait de la peine à fonctionner, tu peinais à trouver une réponse correct à lui donner. « Et bien… Je pense que le sourire que tu as depuis ton arrivée dans ma cabine de douche te mets très en valeur. Non mais vraiment oublie l’idée de la poitrine, tu serais simplement la risée de tout le monde, sauf si tu changes de sexe ou de bord. » Tu laissais flotter un léger sourire sur tes lèvres en réalisant que tu venais de faire un compliment sans t’enfuir en courant. Lentement mais sûrement tu étais en train de faire des progrès et c’était très certainement grâce à Gabriel. Quelques secondes après, il sortit de la douche pour se rhabiller et tu le voyais déjà entrain de claquer la porte parce que tu n’étais pas du tout intéressante et que c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour partir. Mais contre tout attente, il revint à tes côté, vêtu d’un simple caleçon et sa remarque te fit lever la tête. Tu ne savais pas vraiment depuis combien de temps vous étiez là, mais il n’avait pas tout tort. L’eau qui sortait du pommeau de douche devenait de plus en plus froide. « T’as raison, je crois qu’on utilisé toute l’eau chaude. » Ce détail te fit éclater de rire, parce que vu l’heure qu’il était, l’eau n’aurait sûrement pas le temps de se réchauffer et les premiers élèves qui viendront prendre leur douche matinal n’auront que de l’eau froide. En entendant le jeune homme recommencer à te complimenter, tu rougis encore une fois et baissa le regard pour qu’il ne le remarque pas, pendant que tu haussais en même temps les épaules. « Toujours là… Simplement le nez derrière un bouquin. C’est pratique pour passer inaperçu surtout envers vous les mecs. » Et c’était la stricte vérité. Depuis que tu étais haute comme trois pommes, tu lisais tout ce qui te passait entre les mains, ce qui fait que tu devenais un vrai fantôme pour les autres. C’était donc pour ça que tu avais décidé de rentrer dans cette école, pour pouvoir t’ouvrir aux autres. T’aimais bien regarder le carrelage c’était… Rien du tout en fait, mais tu n’avais pas le courage de relever la tête pour observer le jeune homme qui était quasiment collé à toi. Se ne fut que quand il déposa un de ses doigts sous ton menton que ton regard croisa encore une fois le sien. « Oui chef, très bien chef, je ne ferais rien qui pourrait vous mettre en colère. » A peine les mots sortis de ta bouche, tu commenças à laisser glisser tes doigts sur son torse et quand il te les plaça dans le bas de ses reins, tu retins ta respiration tout en le regardant droit dans les yeux. Jamais tu n’étais allée aussi loin avec un homme et cela te perturbait totalement. De tout façon tu te doutais bien que quand il découvrirait que tu étais novice dans le domaine, il te laisserait en plan pour aller trouver quelqu’un de plus expérimentée. Une nouvelle fois, se fut sa voix qui te sortit de tes pensées et tu secouas vivement la tête négativement. « Oh non reste, j’en ai envie… Enfin je veux dire, euh… J’ai envie que tu restes. » Le rouge te monta une nouvelle aux joues pendant que tu te mordais la lèvre tout en te traitant intérieurement d’idiote.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 17:29

Elle n’arrêtait pas, elle n’avait pas confiance en elle, et il le voyait. Ca se voyait. C’était une version de lui au féminin d’il y a plus de dix ans. Mais avec le temps il a bien vu que sa timidité et son renfermement sur sois même lui avait rapporté que des problèmes. Et il détestait voir les gens ainsi. Il voyait comment est-ce qu’il avait souffert à l’époque, lorsque les plus forts s’en prenaient au plus faibles. « Ne le dis pas devant n’importe qui. Tout le monde pourrait profiter de toi, les mecs les premiers, moi le premier. » Il voulait qu’elle se rende compte des choses. S’il voulait il pourrait franchir les quelques centimètres qui les séparaient et abuser de sa gentillesse. Et il le souhaitait vraiment, la seule chose qu’il voulait c’était qu’elle lui donne son feu vert. Les hommes sont des animaux insatiables. Et Gabriel en faisait partit. Un bon petit cul et une paire de seins ça les excite.
Il sortit de ses pensées lorsqu’elle lui fit des compliments. C’était mignon, elle faisait attention aux détails, mais c’était surement ça le souci. Elle réfléchissait trop et elle ne vivait pas assez dans le moment. Ce silence autour d’eux et cette salle vide, ça l’aidait à se lâcher un peu. Elle n’avait pas à avoir honte face à lui, avec toutes les conneries qu’il avait faites, et toutes les filles qu’il avait côtoyé c’était ça qui devrait le gêner. Toutes les mauvaises rumeurs et la réputation qu’il avait. Il devrait en avoir honte et pourtant c’est pas le cas.. pourquoi ? parce qu’il se fiche du monde entier. Son sourire s’agrandit lorsqu’il la voit rigoler. C’était la première fois qu’elle rigolait devant lui, tout ce qu’il avait pu voir jusque là c’était ses petits yeux hésitants et ses joues rosées. Elle baissa à nouveau la tête pour qu’il ne remarque pas ses joues. Seulement il n’était pas duper et tout ce qu’elle disait confirmait les pensées du jeune homme. Il avait à faire à une jeune fille encore innocente. « Tu me dis être seule depuis toujours, donc pas de copain mais en plus tu te caches derrière tes bouquins. Si je comprends bien … c’est la première fois que tu vois un mec aussi peu vêtu. » dit-il en souriant, l’idée lui plaisait énormément. C’était vraiment la première fois qu’il rencontrait une fille pareille. Perle rare … type de fille presque inexistante à Londres. « T’es ce qu’on appelle une espèce très rare blondie. » Il lui sourit. Elle devrait se préserver plus longtemps et choisir la bonne personne qui représenterait sa première fois. Les gens n’arrêtent pas de dire que c’est surestimer la chose mais oui, lui sa première fois elle est encrée dans sa tête non seulement parce que c’était avec sa foutue ex femme mais aussi avec son premier amour.
Il sourit lorsqu’elle accepta de ne pas le fâcher. Leurs corps étaient proches et il l’aidait à la tâche. C’était du pur flirt. Il attendait qu’une chose qu’elle fasse le premier pas, qui n’avait pas l’air d’arriver. Elle était dure à séduire et ça le poussait à essayer encore et encore. Il voyait alors dans sa dernière phase une chance à ne pas rater. Il approche alors leur deux corps et la poitrine de la jeune fille se colle contre son ventre. Il sourit au contact et son regard ne quitte pas celui de Kenza.
« Tu as vraiment envie que je reste ? » Lui demande Gabriel. « Prouves le moi. » Il essayait de provoquer la Kenza rebelle, le peu de rébellion qui pourrait avoir en elle. Il voulait voir jusqu’où elle irait s’il la provoquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 18:03

Il avait raison, il ne fallait pas que tu cries sur touts les toits que tu étais du genre naïve, parce que te doutais bien que beaucoup de monde était du genre mal intentionné. Tu laissais échapper un petit soupir d’entre tes lèvres avant qu’un sourire y apparaisse et que tu plonges ton regard dans le sien. « Toi mal intentionné ? J’ai de la peine à y croire. Parce que si tu l’étais, tu aurais certainement déjà profité de moi. » Enfin, tu disais ça sans en être réellement certaine, parce que tu ne le connaissais et que tu ne connaissais pas les hommes en général, donc tu ne savais pas comment ils pouvaient réagir face à une personne comme toi. Bien entendu, tu avais entendu parler de ces mecs qui agissaient comme des connards envers les filles, qui profitaient de leurs corps et de leurs faiblesses pour assouvir leurs besoins de mâle. Pourtant, plus tu regardais Gabriel et moins tu le voyais comme ça. Enfin, peut-être cachait-il très bien son jeu mais plus tu réfléchissais et plus tu te disais qu’il était sincère avec toi, du moins tu l’espérais. Tu étais tellement plongée dans tes pensées pour essayer de comprendre le fonctionnement masculin, que tu ne te rendis pas compte que tu étais loin, très loin de lui. Heureusement, il était toujours là pour te ramener à la réalité. Tu rougis encore légèrement à sa remarque, parce qu’une nouvelle fois il avait visé dans le mille. Vraiment, il devait lire dans tes pensées. « Tu as tout compris, tu… Tu es le premier. Les livres ont toujours été mes seuls amis. Je n’étais pas du genre populaire dans le passé à cause de ma situation familiale et bien entendu c’est toujours le cas. » Avoir un père derrière les barreaux et une mère décédée alors que tu n’avais que dix ans, ne t’avais vraiment pas aidé à te construire et à t’ouvrir, c’était évident. De plus, tu n’avais pas vraiment fait d’effort pour t’intégrer et tu le regrettais de plus en plus. En entendant te dire que tu étais une espèce rare, tu éclatais une nouvelle fois de rire et secouas légèrement la tête. C’était bien la première fois qu’on te disait ça et franchement tu ne te voyais pas du tout comme ça. Tu étais simplement une demoiselle qui n’aimait pas être sur le devant de la scène et qui aimait tout observer depuis le fond. « Tu dis n’importe quoi. Je suis simplement très timide. Si j’étais une espèce rare je serais derrière des barreaux ou dans une cage de verre. » Là, tu étais vraiment entrain de dire n’importe quoi et c’était très certainement à cause de sa proximité. Et son cerveau s’arrêta totalement au moment où Gabriel colla vos corps et c’était vraiment une première pour toi. Tu retenais ta respiration, totalement paniqué parce que qui était en train de se passer et pourtant tu n’avais même pas l’idée de prendre la fuite. Sans que tu réalises vraiment, tu étais bien entre ses bras et un léger sourire suivit d’un mouvement de tête positif pour lui confirmer qu’il devait rester. De plus, tu savais exactement ce qu’il voulait mais tu ne savais pas du tout si tu en étais capable. Tu te mordillas quelques instants la lèvre, hésitant vraiment à franchir le cap. Lentement, tes yeux se fermèrent et tu franchis les derniers centimètres qui séparaient vos lèvres pour déposer gauchement tes lèvres sur les siennes. A cet instant, ton cœur se mit à battre la chamade dans ta poitrine et il battait tellement fort que tu avais la nette impression qu’il allait s’échapper de ton corps et tu te doutais bien qu’il devait le sentir de son côté. C’était ton premier baiser et il était… Bien, oui très bien, même si tu avais l’impression de faire tout de travers.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 22:22

Elle était très sûre d’elle sur ce disait. Du moins elle en avait l’air. Il sourit en pensant qu’actuellement dans son lit il y avait déjà une fille avec qui il avait passé une très bonne soirée. Il allait éviter de le lui dire pour ne pas la faire fuir. Mais c’était la réalité, il faisait partit des mecs qui couchaient à droite à gauche sans vouloir se poser. Bien sur il sortait pas avec les filles déjà en couple, après la trahison de sa femme il se voyait pas faire la même chose aux autres. Du coup, c’était un coup facile plusieurs fois par semaine avec plusieurs filles sans prise de tête tout simplement. Ce qu’elle ne savait pas c’est qu’il ne profitait pas spécialement d’elle mais de la situation et du fait qu’elle ne lui dise pas non.
Il l’écoutait parler du faire que les livres ont toujours été sa petite protection contre les mecs comme lui. Il se doutait bien qu’elle ne devait pas trainer avec des gens comme lui, elle devait même les fuir. Il se sentit mal en écoutant lui dire qu’elle avait des problèmes familiaux, il voulait en savoir plus mais par réflexe il gardait ses questions pour plus tard. S’il avait bien sur, une chance de la recroiser. Elle lui fit comprendre qu’elle souhaitait qu’il reste et il sourit en la laissant faire. Elle posa ses lèvres maladroitement sur les siennes ce qui le fit sourire. Ses lèvres étaient douces et son hésitation rendait le baiser tendre et beau. Elle savait pas comment s’y prendre mais c’était adorable et pour un premier baiser c’était très bien. Lui ça lui plaisait énormément et il en redemander plus. Il soupir en regrettant le toucher de ses lèvres. C’est en pratiquant qu’on apprend et il allait bien en profiter. Il pouvait être son cobaye à n’importe quel moment ça ne le dérangerait pas.
« Faut que tu te détendes, ok ? Penses à rien et, laisses tes émotions prendre le dessus, si tu réfléchis trop tu ne vas pas y arriver. » Il caressa la lèvre inférieure de Kenza en souriant. « Je vais te montrer, laisses toi faire. » lui souffle-t-il. Son pouce glisse sur sa joue délicatement et la caresse. Son visage près du sien il passe son autre main autour de sa taille pour la soulever légèrement et il pose ses lèvres contre les siennes pour lui offrir un baiser tendre et délicat. C’était pour qu’elle s’y habitue pour ne pas la secouer mais il avait envie de l’embrasser d’une toute autre manière. Ses lèvres sont douce et leur saveur l’enivre, il détache ses lèvres des siennes qui se retrouvent sur le cou de Kenza et continue leur chemin jusqu’à son épaule, sa main qui était derrière le dos de blondie glisse lentement jusqu’au bas de son dos caressant ainsi ses rondeurs, il descend sous ses fesses et bloque sa main dans le creux de son genou qu’il remonte jusqu'à sa jambe. Il s’avance alors encore plus vers elle pour attraper son autre jambe et la soulève en la bloquant contre le mur. Les jambes de Kenza se retrouvent autour de sa taille lorsqu’il relève son regard vers le sien. Il lui sourit et dépose un bisou sur ses lèvres et s’arrête sans bouger. Il s’est emporté dans ses gestes et le corps de la belle l’attire plus qu’elle ne puisse le croire, en plus d’être adorable et naïve. « J’peux pas être ton premier … j’en ai envie mais je ne pense pas que tu veuilles que ça se passe ainsi crois moi. » L’eau continue de ruisseler le long du corps de Kenza et il jette un coup d’œil à sa poitrine noyée sous l’eau, cette forme et la couleur de sa peau qu’il souhaite embrasser. Il sourit et détourne son regard. « Crois moi t’en as pas envie. » Sa main caresse sa cuisse et ses lèvres retrouvent celles de Kenza. Il suffisait de son feu vert pour qu’il prenne les devants, mais il se rendait compte que c’était égoïste. Qu’elle méritait mieux pour une première expérience. Et malgré ce qu’elle pensait, Gabriel était et reste un mec à fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 22:44

C’était la première fois que tu déposais tes lèvres sur celles d’un garçon et tu comprenais pourquoi certaines filles pouvaient en devenir accros. C’était bon, très bon même, et tu pourrais presque en redemandé. Gabriel te laissait totalement faire, te laissant explorer à ta guise cette première fois. Ton esprit repartit en direction des livres que tu avais lu sur ce sujets, parce que oui, des livres sur comment embrasser existaient bel et bien, ce qui pouvait paraître étonnant mais très pratique en même temps. Quoique, tu ne voyais pas vraiment comment mettre en pratique ce que tu avais lu, surtout que ton esprit refusait de travailler correctement. Depuis que le jeune homme était à tes côtés, tu étais sur automatique. Tu aurais voulus que cet instant magique dure toute l’éternité mais vos lèvres finirent par se séparer et tu repris lentement ton souffle, tout en redéposant ton regard dans le sien. Un léger sourire y apparu en entendant sa remarque et tu avais même envie d’en rire. Cela paraissait tellement facile quand il le disait et pourtant c’était tout le contraire. « C’est plus facile à dire qu’à faire Gabriel… J’ai jamais rien fais à par lire des livres.. » Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres alors qu’il reposait les siennes sur les tiennes, ce qui te surpris légèrement. Tu te laissais pourtant faire, curieuse de voir où tout cela allait bien te mener. Toi qui pensais juste prendre une douche en venant ici, tu étais loin de te douter de ce qui allait se passer réellement. En y réfléchissant, si tu avais su que t’allais rencontrer un si beau garçon, tu ne serais certainement pas venue et tu serais toujours entrain de compter les moutons dans ton lit. Le jeune homme prit rapidement les devants et ton cœur s’affolait encore plus, t’avais même l’impression d’être au bort de la crise cardiaque. Est-ce qu’on ressentait ça à chaque fois ? Parce que si c’était le cas, tu n’étais pas certaine d’y résister bien longtemps. Sans que tu comprennes comment, il avant réussit à te faire nouer tes jambes autour de sa taille et cela te perturbait encore plus, parce que ton esprit savait parfaitement où tout cela allait terminer et tu n’étais pas certaine d’y être prête. Mais est-ce qu’on était prêt un jour à passer ce cap ? Tu n’en savais rien. Déposant ta tête contre le carrelage froid de la douche, tu fermas quelques instants les yeux, tout en écoutant ce qu’était en train de te dire Gabriel. Tu voyais très bien où il voulait en venir mais malheureusement pour lui, ton cerveau refusait de travailler. « Je ne sais plus ce que je veux Gabriel. T’es en train de me faire perdre la tête et franchement… Sa me fait peur et sa m’excite en même temps. » Tu rouvris lentement les yeux pour le regarder, tout en laissant apparaître un léger sourire sur tes lèvres. « Mon cœur me dit que la personne avec qui je dois faire ma première fois doit être spéciale pour moi alors que mon corps… Me dit le contraire. » Tu secouas légèrement la tête tout en poussant un soupir. « Tu dois me prendre pour une idiote, une fille sans importance voir même une fille facile et pourtant… J’ai envie de cette première fois, de voir ce qu’on ressent, de grimper au septième ciel comme on dit. Et pour le moment il n’y a qu’à toi que je fais confiance, qui me donne envie de passer à l’acte. »

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Sam 3 Jan - 23:45

« Dans ce cas … hum .. tu lis pleins de livres ? Des trucs d’amour ? J’suis sûre que oui. » dit-il en souriant. « Y’a surement tu sais … des petites scènes entre les personnages ? » c’était assez gênant d’en parler. Et franchement venant de lui c’était étrange. C’est juste que parler de sexe de cette façon c’était nouveau. « Oublies le côté technique de la chose et pense à ces moments là. Je sais pas comment t’expliquer ça. » il rigolait en la regardant dans les yeux. « Laisses ton corps prendre le dessus tout simplement, c’est ton corps qui voudra certaines choses. » il se racla la gorge. « Dis donc … Blondie tu me pousses à dire des choses … » dit il en rigolant. Il devait lui expliquer comment les choses fonctionnaient, ça le dérangeait pas au contraire, ça l’amusait dans un sens. Elle avait plein de chose à découvrir, mauvaises comme bonnes. Elle ignorait ce que son corps pouvait ressentir et quelles étaient les parties de son corps les plus sensibles.
Il prend les devants et la soulève du sol. Ses pieds quittent le sol et se retrouvent autour de la taille de Gabriel. Il veut pas être le mec qui lui arrache son innocence. Elle lui explique que son corps et sa raison se battent. Il rigole. « Ton corps fonctionne parfaitement dans ce cas, félicitation Kenza. » Il lui sourit. « C’est normal, c’est pas ta tête qui parle c’est tout autre chose. » dit-il pleins de sous entendus. Et c’était vrai. Elle avait beau être contrôlée par ses livres et ce qu’elle a toujours connu jusque là, son corps la trahis.
« Oui comme on dit, et tu sais ce qu’on dit aussi … que ça fait mal … que c’est pas spécialement plaisant. » Il voulait pas lui briser ses idées reçues sur sa première fois mais c’était le cas. Il avait jamais eu à faire à une vierge et tout ce qu’il avait entendu sur une première fois d’une fille c’était pas toujours que du plaisir. « Je suis désolé c’était pas gentil. Et tu n’es pas une fille facile. Dis pas ça.» C’était une généralité, certaines en avaient profité comme personne. C’est juste qu’elle réfléchissait trop, et quand on réfléchis trop on se focalise beaucoup trop sur la chose et ça finit en désastre.
« Tu sais pas quel effet tu me fais aussi. » Dit-il en déposant un baiser au creux de son cou. Il la souleva plus pour avoir accès à sa poitrine. « On va y aller doucement, tu me dis quand tu veux qu’on s’arrête. » Il voulait pas qu’elle regrette d’avoir finalement couché avec lui alors que c’était pas ce qu’elle souhaitait quand elle y réfléchissait bien. Déposant un baiser entre sa poitrine il remonte lentement jusqu’à son menton, sa peau lui plait, il en frissonne. Il embrasse son oreille et lui mordille son lobe. Il voulait rendre sa première fois plaisante, s’il n’y arriverait pas il serait triste pour elle et il sait pas s’il réussirait à la regarder dans les yeux plus tard. Elle aurait cette image du mec qui en aura bien profité alors qu’elle, n’en aurait rien retiré. Il redescend sur ses seins qu’il commence à embrasser et à mordiller. Il y va doucement pour ne pas lui faire mal. Toutes ces sensations doivent être nouvelles pour elle. Il comprend. Il a été à sa place. Mais tout était différent, les femmes étaient différentes, leurs sentiments se multipliaient ainsi que leurs émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Dim 4 Jan - 0:06

Tu étais complètement perdue et cela se voyait très bien sur ton visage et dans tes paroles. Tu réfléchissais beaucoup trop mais c’était plus fort que toi, t’avais été programmé comme ça depuis toute petite et les vieilles habitudes sont tenaces. En entendant Gabriel essayé de t’expliquer les rudement du sexe, un petit sourire apparu sur le coin de tes lèvres et tu l’écoutais avec attention, même si au final il te faisait plus rire qu’autre chose. Au moins c’était déjà ça, il avait trouvé le truc pour te détendre et peu de monde l’avait trouvé. « Oh mais tu te débrouilles très bien. Je te verrais bien comme professeur. Et puis, je suis certaine que tu parles de ça souvent, comparé à moi du moins. » C’est vrai que toi et la parlote sa faisait deux et tu parlais encore moins quand il s’agissait de rapport. Même en cours, tu te faisais toute petite pour passer inaperçue et t’avais même l’envie de te boucher les oreilles. Pourtant il n’y avait rien de sale, c’était dans la nature humaine tout simplement. Alors que tu ne touchais plus terre, il reprit la parole et tu éclatas de rire tout en devenant rouge pivoine. Vraiment, ce jeune homme était étonnant, très étonnant. « Ravie de le savoir alors. Au moins je suis certaine de ne pas être un robot sans cœur. » Ton regard parcouru le peu de peau que tu pouvais voir de lui et tu devais bien l’avouer, Gabriel était plus que canon et il devait le savoir. Une grimace apparu quelques secondes sur ton visage quand il se mit à parler de la première fois féminine. Tu savais tout ça, que ça pouvait être douloureux, que tu risquais même de ne pas apprécier et surtout de ne pas prendre de plaisir. Pourtant, tu avais envie de franchir le cap, pas pour ressembler aux autres, non, mais pour pouvoir être fière de toi et enfin dépasser un stade dans ta nouvelle vie. Bien vite, tu sentis ses lèvres dans ton cou, ce qui te fis légèrement frémir et tes paupières se fermèrent quelques secondes avant que tu ne les rouvres, les plongeant dans les siens. « J’espère bien, sinon je ne pense pas que tu serais encore là. Tu serais déjà reparti à la recherche d’une autre demoiselle. » Au même instant, tu fus encore soulevé plus haut contre le carrelage et la crainte qu’il te laisse tomber te passer par la tête. Tu n’étais pas obèse, mais tu n’étais pas une plume non plus et tu ne savais pas comment il réussissait à te soulever autant haut. Le voir autant attentionné envers toi, te faisait totalement fondre, parce que tu ne te doutais pas qu’un homme pouvait être autant gentil, surtout envers une fille comme toi. « D’accord. » Au moment où tu sentis ses lèvres sur ta peau, ta respiration se bloqua pendant que ton cœur recommençait de battre la chamade dans ta poitrine. Tes mains se déplacèrent lentement sur les cheveux du jeune homme pour ensuite descendre sur sa nuque et dans le haut de son dos. Tu étais certaine qu’en sa compagnie tu n’allais pas être déçue et pas parce qu’il avait l’habitude de coucher avec des filles mais simplement parce qu’il avait de la patience et qu’il était prêt à arrêter à tout moment. Un léger soupir de bien être s’échappa d’entre tes lèvres pendant que l’une de tes mains replongea dans sa chevelure pour presser un peu plus sa tête contre ton corps. Tu étais en train de faire comme il te l’avait dis ; Tu laissais parler ton corps, laissant ta tête au repos.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Dim 4 Jan - 1:36

Il se souviendrait de repasser à n’importe quelle heure dans les douches. Cet appel devenait tout à coup une chance. Une bonne chose. Il avait certes sauté sur l’occasion pour oublier son ex-femme, se détendre et se changer les idées. Mais ça avait changé. Il savait pas qu'en venant ici il croiserait Kenza, avec qui le courant passe plus que bien. Il était content tout simplement. Il avait envie d’en apprendre plus sur elle, sur son passé sur sa personne tout simplement. Il se sent protecteur envers elle alors qu’il ne comprend pas pourquoi. Peut être à cause de sa timidité et de sa retenue. Du fait qu’elle se bat constamment contre sa timidité. Et il respectait cet aspect d’elle. Ca le faisait craquer.
« Que j’en parle beaucoup ? Je suis déçu blondie, je pensais pas que tu penserai ça de moi. » lui dit-il en rigolant. Il en parlait franchement à personne. Il avait pas d’ami ici. Il avait tout laissé tomber pour reprendre ses études et faire quelque chose de sa vie. Et parler de ses coucheries avec les autres c’était franchement pas son délire. Avec les intéressées bien sur qu’il partageait des discutions très explicites mais ça s’arrêtait là.
Sa peau retrouve alors celle de sa partenaire, qu’il soulève plus pour aller l’embrasser à nouveau. Ses lèvres la frôle, l’embrase, la touche. Elle est à sa merci. Ce qui l’excite de plus belle.
Elle était loin d’être un robot sans cœur comme elle le disait. Il pouvait sentir les pulsions de son cœur. Ses battements le rendait fou, il voyait qu’elle perdait pied, ça lui plaisait plus qu’elle ne pouvait l’imaginer.
Leur respiration rythmaient leur danse, elle posait ses mains dans ses cheveux, il était resté impatient il avait voulu qu’elle le touche depuis la minute où il est entré dans la pièce.
Il avait envie d’être nulle part autre qu’ici avec elle. Elle avait un peu tort, Gabriel avait des critères mais il aimait toutes les femmes, il avait pas de préférence réelle.
Il mène la vie dure à sa poitrine qu’il goute et goute à nouveau. Il décolle ses lèvres de son corps pour jeter un coup d’œil vers Kenza. Et lorsqu’il la voit soupirer il sourit. Elle apprenait à se détendre c’était bien. Il la soulève plus haut pour la reposer au sol, il la retourne et la sert contre lui. Il sent son dos contre son torse, son odeur qui titille ses narines et ses cheveux mouillés contre sa peau. Il passe sa main le long de son ventre pour descendre toujours plus bas. Approchant ses lèvres de son oreille qu’il embrasse lentement et descend vers son cou.
Son pied écarte gentiment les jambes de Kenza qu’il va caresser doucement. Ses lèvres contre son cou il lui murmure quelques mots gentils concernant son odeur alors que sa main trouve chemin vers sa féminité. Il la prépare, il voulait qu’elle profite du moment, qu’elle laisse son corps s’exprimer et la surprendre plus, toujours plus. Il la caresse, la titille et guette toute réaction de sa part. Gabriel rompt alors tout contact et se détache d’elle. Surveillant toute réaction, il retire lentement son boxer qui était devenu beaucoup trop serré pour lui. Leurs lèvres se retrouvent alors, leurs langues s’entremêlent et se chamaillent. Il en a envie, réellement. Mais il l’attend, elle et son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Dim 4 Jan - 13:18

Tu réalisais que plus les minutes passaient et plus tu en disais sur toi, ta personnalité et ton passé, chose qui ne se passait en général. Bon d’accord, en tant normal tu étais toujours plongée dans un bouquin, donc il était normal que personne ne sache rien de toi. Rien que d’y penser, t’avais envie de grimacer et de soupirer, mais tu te retins, parce que tu n’avais pas envie que Gabriel pense que c’était à cause de lui que tu faisais cette tête. Tu étais plongée bien trop souvent dans tes pensées et c’était également une chose que tu allais devoir changer, si tu voulais être acceptée par les personnes qui t’entouraient. En entendant la remarque du jeune homme, tu fis de grands yeux et secoua vivement la tête tout en devenant encore une fois rouge pivoine. Voilà, maintenant il devait penser que tu le prenais pour un jeune homme qui parle que de sexe à longueur de journée, ce qui était totalement faux. « Non, non !! Ce n’est pas ce que je voulais dire, je me suis mal exprimée. » A cet instant, tu avais juste envie de disparaitre sous terre, tellement tu avais l’impression de dire des bêtises. Pourtant tu faisais des efforts, tu faisais tout pour dire des choses intelligentes et surtout des choses qui ne le feraient pas fuir et pourtant c’est tout le contraire qui était en train de se produire. Tu l’imaginais déjà en train de te lâcher pour te laisser seule, tellement il en aurait marre de tes bêtises. Bien vite, Gabriel commença de lui apprendre à se laisser aller et elle le fit avec plaisir, parce que tu avais hâte d’en apprendre d’avantage, surtout en sa compagnie. Les doigts du jeune homme électrisait ta peau et tu avais l’impression de ne plus toucher terre, ton esprit était déjà loin, loin dans le pays du plaisir. Si tu avais su que c’était autant agréable de recevoir des caresses de la part d’un homme, tu te serais laissée bien avant ce soir, quoique tu ne fus pas certaine que tu en aurais eu le courage. Déjà que là, tu ne comprenais pas comment tu avais réussis à te laisser totalement aller avec lui. Peut-être que c’était le fait qu’il te laissait toujours le choix, qu’il prenait le temps et surtout qu’il arrivait à te faire sourire et rire alors que ce n’était vraiment pas évident avec toi. Une chose était certaine, tu pourrais restée là dans ses bras longtemps, très longtemps parce que tu étais en train d’en prendre goût, ce qui n’était pas forcement une bonne idée. Finalement tes pieds retouchèrent terre et il te laissa seule quelques instants, ce qui permit à tes pensées de se remettre en ordre, du moins légèrement, parce que quand il te touchait, t’embrassait, tout se mélangeait comme si tu avais trop bu. C’était une sensation étrange mais que tu appréciais de plus en plus, surtout que ton sourire ne voulait plus quitter ton visage. Ton corps se retrouva une nouvelle fois contre le sien et la nouveauté des caresses et de la position de vos corps t’électrisait encore plus. Tu avais envie de tout découvrir en sa compagnie, tu avais envie qu’il te montre ce que c’est de prendre vraiment du plaisir en compagnie d’un séduisant jeune homme. Ton corps se plaqua contre le sien et un petit gémissement s’échappa d’entre tes lèvres, ce qui prouvait bien que tu étais en train de prendre du plaisir grâce à ses caresses. Tes mains se firent audacieuses et allèrent se plaquer contre ses hanches et ses fesses pour presser son corps un peu plus contre le tien. Ta tête s’appuya contre son torse et tes yeux se fermèrent pour mieux apercevoir les étoiles du plaisir, pendant que t bouche s’entrouvrait pour essayer d’aspirer le plus d’air possible pendant qu’il te faisait monter dans les nuages.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Dim 4 Jan - 19:10

« Shh .. c’est pas grave. » avoue Gabriel lorsqu’elle lui dit qu’elle s’est mal exprimée.  Il savait que ça la mettait mal à l’aise, et puis toute façon elle avait pas à se justifier, il comprenait les préjugés et les clichés ça arrivait à tout le monde.
Ses mains se font baladeuses et il sourit, un très grand sourire tout bête s’affiche sur son visage. Elle se presse plus contre lui et laisse sa tête se poser sur son torse. Il le voit, et ça le surprend qu’elle puisse se lâcher ainsi. Il l’avait cherché et avec les minutes qui défilent il était arrivé à la trouver. « Tu penses à quoi ? » lui demande Gabriel en continuant à déposer des baisers sur ses épaules et son cou alors que se main continue à chatouiller sa féminité. Il voulait l’entendre avouer ses désirs, ça l’amusait un peu mais c’était pour qu’elle se livre un peu, qu’elle avoue avoir des envies et des besoins elle aussi.
Ils se refont face il plonge son regard dans le sien attendant une réponse de sa part alors que  ses bras se collent à ceux de Kenza qu’il met en l’air et qu’il colle contre le carrelage de la douche. Ses lèvres gagnent à nouveau celle de sa partenaire et il se fait plus imposant, plus violent. Il mélangeait baisers brut et tendre. Il avait été très sage depuis le début, parce qu’il la respectait et qu’il voulait pas la brutaliser pour sa toute première fois. Il repense alors à sa première fois à lui et ça le fait sourire. Il avait été très maladroit. Il avait détesté sa première fois mais ne l’avait jamais dis à personne. Ca avait été plat, sans étincelles et ce même si c’était avec ex femme qui avait tout de même de l’expérience. Les rôles s’inversaient avec Kenza, c’était nouveau pour elle alors que lui, ça faisait quelques années qu’il connaissait le plaisir de la chair. Ses mains glissent le long du corps de la jeune, elles s’attardent sur ses fesses qu’il prend entre ses mains. Il l’attire vers lui et dépose un baiser sur son nez. Il se sent alors durcir et ça le gêne parce qu’elle peut le sentir elle aussi. Il pensait pas que ça le gênerait mais finalement si, devant elle surtout. Il l’embrasse tendrement et ses pensées divaguent sur un tout autre sujet.
« T’as … hum, désolé, t’as un préservatif ? » C’était idiot de lui demander ça, bien sûr qu’elle en avait pas. Il partit dans un petit éclat de rire. « Quel con, désolé. » dit-il en se reprenant. C’était bête cette situation, ils étaient sur le point de franchir l’étape cruciale et tout ce qui leur manquait c’était une protection. « J’ai pas envie que tu tombes enceinte la première fois. » c’est vrai, bien que les protections servent pas qu’à ça, il avait pas de maladie, il était très vigilant et se tapait pas les meufs contagieuses. Il voulait juste pas à lui imposer ça. Surtout pas pour sa première fois. Elle devait surement se dire qu’il était pas net sur ses tests vu sa réputation. En vrai il savait pas vraiment ce qu’elle pensait de lui. Et ça le perturbait, il avait absolument envie de lire dans ses pensées et de savoir ce qu’il se passait dans sa petite tête. « Je t’ai dis, tu veux pas attendre ? » finit-il par lui demander. Il voulait pas la froisser ou la blesser mais c’était finalement la solution. Qu’ils attendent, qu’elle attende surtout. Elle avait tout le temps pour choisir son partenaire. Rien ne pressait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BASHFUL
Le rouge est notre couleur favorite

avatar

Date d'arrivée : 23/06/2012
Mots débités : 279

Je me trouve : Derrière un arbre
Je suis : De bonne humeur
Métier/Etude : étudiante en deuxième année et serveuse

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Dim 4 Jan - 23:37

T’avais vraiment l’impression de passer pour la reine des idiotes quand tu lui adressais la parole et pourtant il était toujours là, en face de toi à t’aider pour que ta timidité s’échappe de ton corps. Tu ne comprenais pas pourquoi il faisait ça alors que vous veniez de vous rencontrer, mais cela ne te déplaisait pas bien au contraire. Avec lui tu te sentais en confiance, même si tu ne savais pas pourquoi lui et pas un autre. Vos paroles avaient bien vite diminuées pour laisser la parole du corps prendre le dessus. Rien que ça c’était nouveau pour toi. Voir un homme nu, être nue devant lui et te laisser toucher… Cela pouvait paraître bizarre pour certains voir même repoussant et pourtant Gabriel l’avait totalement accepté, ce qui te mettait encore plus à l’aise. Alors que ta tête venait de se déposer contre son torse musclé, sa voix résonna dans la pièce silencieuse et pendant que tu continuais d’apprécier ses caresses, tu te mordillas légèrement la lèvre inférieure. « Je pense… A toi, à moi… A ce qui est en train de se passer. » Ce n’était sûrement pas la réponse qu’il attendait mais c’était tout ce que tu avais été capable de sortir de correct, enfin c’est surtout tout ce que ton cerveau avait réussis à formuler, parce qu’avec toutes les caresses qu’il était en train de te procurer, c’était vraiment difficile de réfléchir. Tu te retrouvas une nouvelle fois face à lui et tes lèvres retouchèrent les siennes pour ton plus grand plaisir, parce que tu en devenais légèrement accro. Tu te laissais totalement faire entre ses bras en sachant qu’il savait exactement quoi faire, où te toucher pour te faire décoller et ça te plaisait. Tu avais également envie de le découvrir, de le toucher de la tête aux pieds et pourtant tu ne le faisais pas, ta timidité t’en empêchait encore. De temps à autre, la pièce se remplissait de petits soupirs et de gémissements qui s’échappaient d’entre tes lèvres gonflées par le plaisir et il ne fallut pas longtemps pour sentir quelque chose se mettre entre vous deux. En réalisant ce que c’était, tu viras une nouvelle fois au rouge, fière de voir que tu lui faisais de l’effet et en même temps gênée, parce que c’était également la première fois que tu sentais l’objet masculin en pleine érection contre toi. Tu plongeas dans son regard, laissant apparaître un petit sourire sur le bord de tes lèvres et secouas légèrement la tête pour répondre à sa question. « Pourquoi tu dis ça ? C’est normal de l’avoir posé… Je suis certainement la seule fille de l’école à me promener sans préservatif dans mon sac. » Un léger soupir s’échappa d’entre tes lèvres et tu te blottis contre lui, laissant tes doigts courir sur son torse que tu qualifiais de parfait. Tu comprenais que ta première fois venais de tomber à l’eau et étrangement cela te chagrinais. T’avais l’impression d’être prête pour passer ce cap en sa compagnie et voilà qu’à cause de toi, vous ne pourriez pas aller plus loin. Tu relevas lentement la tête et ton regard se déposa sur ses lèvres que tu avais encore envie de goûter et sans vraiment de gênes, tu redéposas les tiennes sur les siennes, pour un nouveau baiser. « On n’a pas trop le choix je crois… Sauf si tu as une autre idée, du genre… Changer d’endroit ? » Oui, tu n’avais absolument pas envie de le quitter maintenant, parce que tu avais encore envie de le découvrir et pas que physiquement. Il t’intriguait et tu voulais voir ce qu’il cachait au fond de lui. Peut-être que ta colocataire, qui étonnement était absente cette nuit, avait de la réserve dans sa table de nuit ? Voir même peut-être que Gabriel en avait dans sa propre chambre. Bien entendu, pour le savoir, il fallait que le jeune homme veuille encore passer du temps en ta compagnie et ça, tu ne savais pas s’il le voulait ou pas.

_________________
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEATING HEART
Notre beauté est notre cerveau

avatar

Date d'arrivée : 31/12/2014
Mots débités : 102

Je me trouve : entre les cuisses de l'une d'entre elles
Je suis : un serial fucker
Métier/Etude : Etudiant en deuxième année

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   Lun 5 Jan - 21:05

Tout s’était enchaîné et leur corps en demandaient plus, toujours plus. Ils étaient entrés dans ce jeu de séduction très rapidement. Il l’assumait il l’avait cherché. Ils s’embrassent, se caressent et se cherchent, et sous l’impulsion de sa pure curiosité il lui demande à quoi elle pensait. Sa réponse le laisse sur sa faim, il se doutait bien qu’elle n’allait pas déballer tout ce qu’elle ressentait dans la seconde près. Il sourit, il était tout de même dans ses pensées et ça lui plaisait finalement. Il n’ajoute rien à sa remarque. Il aura surement une autre réponse plus tard. Seulement lorsqu’il se rend compte qu’ils n’ont aucune protection il lui pose la question sans réellement réfléchir. Elle n’était pas obligée de se balader avec des préservatifs plein le sac. Il avait de la patience avec elle mais le fait qu’elle se sous-estime toujours, tout le temps sans s’en rendre compte commençait à réellement l’embêter. Elle était belle, intelligente elle avait pas besoin de plus d’artifices. Le sexe c’était pas la vie, il y avait plus, d’autres choses, pleins d’autres choses. Il plonge son regard dans le sien légèrement moqueur. « J’me balade pas avec la pilule non plus hin. » Il la regarde se blottir contre lui et il comprend un peu ce qui commence à se passer. Elle commence à bizarrement lui faire confiance. Il savait pas comment elle faisait mais ça avait l’air d’être le cas. Il se dit alors que l’oublie du préservatif était peut être un signe au final. Un signe qu’elle méritait mieux. Que son heure était pas encore arrivée.
Il espérait secrètement qu’elle ne veuille plus de lui. Parce qu’il voulait pas qu’elle regrette et qu’il soit à jamais encré dans ses mauvais souvenirs. Il voulait pas lui offrir sa première fois … parce que c’était un connard aux yeux de tous, tout simplement. Elle méritait mieux, il le savait et elle le savait au fond d’elle. Il ne se faisait pas assez confiance pour se promettre d’être à jamais gentil envers elle. De lui promettre de toujours la saluer dans les couloirs, parce que peut être que finalement, elle serait tout simplement … un coup de plus. Rien d’autre. Pour lui c’était ce que c’était ; du sexe. Un bon coup en plus dans sa liste de conquêtes. Et il s’en voudrait le restant de ses jours de lui avoir volé son innocence pour rien en retour. Seulement, il savait pas s’il arriverait à se contenir si elle continuait de lui en demander toujours plus, de le séduire comme elle le fait avec son petit sourire et ses yeux bleus. Il attrape finalement la serviette de la jeune fille qui se trouvait non loin d’eux et arrête l’eau et passe la serviette autour de sa poitrine. A l’aide des extrémités de la serviette il la tire vers lui. « Je vais te border dans ton lit, à condition de rester sage. » Il a envie de l’embrasser mais il se retient. Hors de question de la ramener dans sa chambre où une fille dort dans son lit. Il voulait pas lui avouer qu’avant elle il avait partageait des moments intimes avec une fille. Il voulait pas la blesser et il savait comment les filles fonctionnaient et ce même si il n’y avait rien entre eux.
Il s’habille rapidement, ouvre la cabine et lui tient la main pour qu’elle l’emmène dans sa chambre.



RP TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LIBRE + solitude   

Revenir en haut Aller en bas
 

LIBRE + solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amère solitude [LIBRE]
» La solitude en couleur (Libre) ...
» La Solitude mene trop souvent a la folie [ Libre ]
» Solitude et Désespoir. [PV : Libre]
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A VOTRE ARRIVÉE :: Tout le reste :: Les archives-